Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 15:19

Après plusieurs dizaines d'articles rédigés ici, j'ai décidé de changer d'air, de m'exiler, bref, je vais me baigner dans de nouveaux horizons plus propices à mes aspirations du moment !. 

Je remercie d'avance ceux qui me suivront dans cette nouvelle aventure (qui s'avérera probablement semée d'embûches !).

Voici mon nouveau blog dédié aux films/séries TV :

http://critiquescinema.eklablog.com

 

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 07:29

 

La France retient son souffle, car ce dimanche, ce sont les présidentielles.

Il y a encore beaucoup de votes à conquérir pour les candidats en lice, les indécis étant nombreux. Petit tour d'horizon des façons de voter, avant de vous fournir un outil pour faire votre choix politique.

 

* Le vote de conviction : le vote le plus naturel. vous votez pour un candidat car c'est celui qui représente le mieux vos idées, votre parti. Ce n'est peut être pas celui que vous vouliez au départ et il a des défauts, mais bon, ce sera lui et personne d'autre !

* Le vote utile : vous comptiez voter pour X qui est à gauche de l'échiquier politique, mais Y est le mieux placé dans le dernier sondage, et il représente aussi un courant de gauche. Bien que X vous plaise beaucoup plus, vous décidez de favoriser Y car c'est le seul qui peut vraiment l'emporter. C'est bien souvent un choix par défaut, purement stratégique et qui nécessite de se tenir au courant des sondages d'opinion.

 

 

Il existe encore bien d'autres façon de voter. Vous pourriez décider de voter pour untel car vous appréciez son charisme ou pour un autre car certains traits de son caractère vous plaisent...

Quoi qu'il en soit, et pour choisir en toute connaissance de cause, voici un outil pour vous déterminer ou tout bonnement consolider votre choix, application qui ne vous demandera pas de mail et qui est assez simple d'utilisation. 

Et pour terminer sur une note d'humour (il en faut !), voici une petite enquête en rapport avec la présidentielle qui en fera rire plus d'un(e). 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 10:34

Echaudé par les banques traditionnelles, je me suis mis aux banques en ligne il y a quelques années. Avant cela, j'avais la légère impression de payer trop de frais sans aucun avantage... Par dépit, j'ai donc testé deux banques en ligne, "pour voir", au départ, quelles étaient leurs avantages et leurs inconvénients.

Fortunéo

j'ai aimé : l'offre de bienvenue (80 euro versés quelques mois plus tard), la réactivité du service client (que ce soit par mail ou par téléphone), le choix pléthorique en matière de fonds actions, la facilité de navigation sur le site.

je n'ai pas aimé : le fait de ne pas proposer de crédits à la consommation ou de crédits immobiliers.

je ne suis pas resté longtemps chez Fortunéo, mais il faut dire que j'étais "à cheval" sur pas moins de trois banques, il me fallait donc choisir la meilleure, sous peine d'être un petit client partout. A noter également que je n'ai eu strictement aucun problème pour quitter Fortunéo et récupérer mes fonds, un point capital !

 

Boursorama

j'ai aimé : l'offre de bienvenue (80 euros également versés trois mois plus tard), le fait de proposer d'emblée (et gratuitement) un logiciel anti-espion (truster rapport), une plateforme qui se charge d'aviser de votre changement de banque tous vos créanciers/débiteurs, et surtout, surtout, des offres relativement variées en matière de crédit personnel et de crédits immobiliers (jusqu'à 30k pour les crédits personnels et à partir de 80k pour les crédits immobiliers).

Vous pourriez apprécier également l'offre de parrainage très attractive (jusqu'à 180 euros offert pour votre 1er parrainage) ou encore des graphiques divers et variés sur l'évolution de vos comptes.

Je n'ai pas aimé : pas grand chose en fait, sinon je ne l'aurais pas choisie comme banque principale. S'il fallait trouver un point noir quand même (puisque jamais rien n'est parfait, je l'aurais un jour !), le service client est parfois dur à joindre par téléphone, mais c'est la simple contrepartie d'un service qui est beaucoup moins cher que dans une banque traditionnelle. D'autre part, certaines fonctionnalités du site peuvent encore être largement améliorées.

 

BILAN DES COURSES

Choisir une banque en ligne, c'est aussi un sacré changement de gestion au quotidien...En effet, toutes vos opérations bancaires doivent se faire en ligne et plus rarement par courrier (chèques, résiliations...). Bref, vous devenez votre propre banquier et forcément, votre assistance se fera uniquement par téléphone ou par mail !

Côté conditions d'accès, notez que la plupart des banques en ligne imposent souvent des conditions de revenus ou d'épargne pour ouvrir un compte.  Quant aux retraits en espèce effectués avec votre carte bleue de banque en ligne aux distributeurs automatiques de billets des banques traditionnelles, ils sont souvent plafonnés à certains montants...

Avec le recul, je suis plutôt très satisfait de cette expérience et je ne suis pas prêt de retourner dans une bonne vieille banque entre quatre murs.

Par rapport à une banque traditionnelle, j'économise des frais bancaires (de l'ordre de 200/300 euros par an, quand même !), et le fait de gérer toutes mes opérations financières par internet me procure une certaine sensation de liberté que je n'avais pas auparavant.

Dans un monde où les banques traditionnelles augmentent considérablement leurs tarifs bancaires, aller vers une banque en ligne deviendra indispensable pour celui qui souhaite optimiser ses finances personnelles.

Seriez-vous prêts à ces changements dans vos finances personnelles ?

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 22:46

Au moins un français sur cinq souffrirait de douleurs au dos (lombalgies, sciatiques hernies discales, douleurs dorsales à répétition, etc...). Le mal de dos est même l'un des principaux motifs d'arrêt maladie.

Nous connaissons tous les causes de ces problèmes de dos : activités sédentaires, mauvaises postures à nos postes au travail, etc...

Personnellement, j'ai cherché des remèdes un peu partout à un petit problème récurrent de lombalgie...Médecin traitant, kiné, massages, tout y est passé ou presque. Lorsque vous vous apercevez que ces services n'ont qu'un effet limité dans le temps et qu'ils coûtent parfois un bras, vous déchantez complètement et vous ne croyez plus en grand chose pour soulager votre douleur.

Et puis, un jour, complètement par hasard, je suis tombé sur la méthode Mc Kenzie en furetant sur Youtube. Je me suis dit : pourquoi pas essayer ?. J'étais quand même très sceptique.

De plus, j'ai démarré ces exercices (basiques) avec une certaine peur : que cela aille plus mal encore et que je me bloque vraiment le dos pour le bon. Et vous savez-quoi ? les effets de cette méthode ont été quasi-instantanés.

A raison de 10mn au moins trois fois par semaine, mon dos semble avoir retrouvé une seconde jeunesse.  Et dire que j'ai payé des médecins, des kiné, des masseurs pour cela !

Cette solution miracle, aucun spécialiste ne me l'avait pourtant proposée...

Au vu de ces résultats spectaculaires, j'ai conseillé ces fameux exercices autour de moi et jusqu'à présent, je n'ai eu que des retours positifs. 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 12:50

 

A l'origine, le crowdfunding (appelé également crowdlendingfinancement participatiffinancement par la foule ou encore sociofinancement) était une idée géniale. 

Il s'agissait au départ de permettre aux épargnants, moyennant le versement d'intérêts, de pouvoir participer au développement ou à la création d'entreprises (TPE/PME) avec un investissement de départ modeste (en général 20 euros minimum).

Le taux d'intérêt des prêts ? fixé par les épargnants ou par les plates-formes spécialisées, et variable suivant le risque encouru. Monsieur tout le monde pouvait ainsi espérer faire fortune en prêtant à des taux flirtant parfois avec les 10% (oui, vous avez bien lu !).

 

Seulement voilà, quelques années après le lancement de ces plates-formes, le bilan n'est pas très fameux !. D'un point de vue comptable d'abord, et pour en avoir fait l'amère expérience, nous sommes loin, très loin, des rendements promis.

Après avoir testé trois de ces plates-formes (Unilend, Finsquare rachetée par Lendix, Lendopolis) sur un échantillon de plus de 60 sociétés différentes, aucune ne parvient à générer un résultat positif. (une seule, Lendopolis étant assez proche de l'équilibre).

 

LES DEFAUTS DU CROWDFUNDING

Par rapport aux autres placements financiers, le crowdfunding pâtit en effet de plusieurs défauts majeurs (liste non exhaustive) :

- Votre argent est bloqué toute la durée du prêt que vous avez accordé

- Vous êtes créancier "chirographaire"...Ce terme barbare signifie que vous serez le dernier à être payé si une société que vous avez financée fait faillite.

- La fiscalité sur les intérêts est lourde (la même que celle des livrets fiscalisés). Les pertes sont déductibles des impôts depuis peu,mais il vous faudra obtenir un justificatif... 

- Lorsque vous connaîtrez vos premiers défauts de paiement, vous aurez des formalités administratives à accomplir, que ce soit sous format papier ou numérique.

 

 

Quelques articles intéressants pour approfondir le sujet :

http://argent.boursier.com/epargne/actualites/lufc-que-choisir-se-penche-sur-le-cas-du-financement-participatif-4073.html

http://www.lesechos.fr/10/11/2016/LesEchos/22316-139-ECH_--crowdfunding-----les-nouvelles-regles-pour-investir.htm

Un blog référence dans le domaine :

http://financementparticipatif.e-monsite.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
2 mars 2013 6 02 /03 /mars /2013 14:22

 

Avertissement préalable : ceci est une interview à vocation uniquement sensibilisatrice. Compte tenu du sujet et des éventuelles dérives qui peuvent en résulter, les propos eugénistes, xénophobes ou injurieux ne seront pas tolérés sur mon blog. Merci de votre compréhension.

 

 

Nous sommes un peu plus de sept milliards d'êtres humains sur cette planète. Sept milliards d'individus petits ou grands qui veulent constamment améliorer leurs conditions de vie. J'aimerais beaucoup vous dire qu'il sera possible pour tout le monde de continuer dans cette folie consumériste et nataliste sans que cela n'ait de conséquences fâcheuses, mais cela serait mentir. L'économiste Thomas Malthus (voir ici) fut le premier à envisager que les ressources alimentaires disponibles ici bas puissent commencer à manquer pour les hommes. Beaucoup plus tard, le commandant Cousteau remit à l'honneur cette idée que la population mondiale serait le plus grand danger pour notre planète. (cf émission ci-dessus avec l'intervention du commandant Cousteau ainsi que ces projections sur la population mondiale)

 

Voici quelques réflexions intéressantes sur ce sujet avec le fondateur de l'association «démographie responsable» (M. Denis Garnier), association dont le but est d'oeuvrer pour la stabilisation, voire la diminution de la population humaine mondiale, qui est l'un des plus grands défis de ce siècle. Tous les jours, nous voyons les ravages que causent la pollution, l'exploitation intensive des terres agricoles (malbouffe, etc...), la dégradation de la faune et de la flore qui s'accélère (je pourrais par exemple vous parler «des continents poubelles» sur les océans, etc)...Bref, nul besoin d'être un bobo ou un extrémiste écologiste pour comprendre que la planète est vraiment en danger !.

 

 

Bonjour, heureux de vous recevoir sur mon blog. J'ai lu d'une vos interviews (ici). Pourriez-vous vous nous expliquer pourquoi vous avez fondé cette association et quels sont les buts qu'elle poursuit ?

 

DG : Lorsqu'il est question dans les médias de la croissance démographique dedenisgarnier l'humanité, on entend en permanence dire qu'à ''telle date'' nous serons ''tant''. Or, toute personne un peu censée peut se rendre compte que justement en ce qui concerne la procréation rien n'est écrit d'avance : tout couple peut décider de n'avoir qu'un nombre limité d'enfants et bien évidemment, si un grand nombre d'entre eux adopte cette ligne de conduite, il est possible de déjouer ces pronostics.

C'est pour rendre possible cette évolution qu'avec plusieurs personnes nous avons décidé de créer ''Démographie Responsable''. Le but de notre association est de sensibiliser nos compatriotes et par delà, le public francophone, sur les implications de la poursuite de la croissance de nos effectifs. A ces personnes ensuite, si elles en sont convaincues, d'adopter librement une attitude responsable, c'est-à-dire de ne pas dépasser les deux enfants.

 

Parler de natalité est plutôt «tabou», surtout dans un pays de tradition chrétienne comme le nôtre…D'ailleurs, une pression sociale énorme s'exerce sur les couples ou les femmes qui n'ont pas d'enfants ou qui ont une famille peu nombreuse, ce qui est vraiment exaspérant. Que faites-vous à l'échelle du pays et du monde pour tenter de briser ce tabou et sensibiliser les populations ?

 

DG : La tradition chrétienne n'est pas le plus grand frein : l'exemple de l'Espagne et de l'Italie dont le taux de fécondité (1,4) est beaucoup plus bas que le nôtre (2,0) en atteste. Je pense plutôt qu'il y a chez nous une tradition nataliste qu'il serait trop long d'étudier ici, mais où le besoin de ''chair à canon'' a joué un rôle certain : il faut rappeler que les ''néo-malthusiens'' du début du siècle dernier ont été condamnés à plusieurs années de prison un peu après 1920.

Je reconnais que la pression qui s'exerce sur les couples est assez ''crispante'', mais nous assistons depuis peu à une reconnaissance (via certaines émissions) du droit à ne pas avoir d'enfants.

Dans l'étape d'organisation et d'effectif où nous en sommes, nous tentons de faire parler du sujet via les publication sur notre site ou sur les réseaux sociaux. Nous avons par ailleurs effectué un rassemblement à Paris à l'occasion du passage (théorique) aux 7 milliards en octobre 2011 et nous venons aussi récemment de d'organiser une Conférence avec le concours de Hugues Stoeckel, Michel Sourrouille et Didier Barthès (lien).

 

Le lien est celui-ci :

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=2aDwQn6s9aI#!

 

 

Entretenez-vous des liens privilégiés avec des partis ou des candidats écologistes ? Quel regard portez vous sur des mouvements anglais comme «no kid's» ?

 

DG : Nous n'avons aucune attache avec quelque parti que ce soit. Par contre, nous relayons volontiers la parole de personnalités politiques lorsqu'elles interviennent dans notre sens. Cela a été le cas avec Yves Cochet (EELV) lorsqu'il a lancé son idée de «grève du 3ème ventre» ou avec Antoine Waechter (MEI) qui s'exprime volontiers lui aussi sur cette question. Nous pensons que sur ce sujet qui demande un très large consensus, il serait contre-productif de choisir un camp plutôt qu'un autre.

Nous sommes évidemment proches des mouvements «Nos Kid's», par le fait que nous parlons tous d'auto-limitation de la procréation. Ceci étant, nous n'appelons pas à ne plus faire d'enfants. En effet, si un petit nombre de personnes n'ont pas d'enfants, du point de vue de la moyenne, c'est plutôt positif. Par contre, au-delà, si un grand nombre de personnes suivaient cet exemple, nous aurions de sérieux problèmes de déséquilibre dans la pyramide des âges. Pour l'avenir de l'espèce humaine, et en tablant sur un rapprochement justifié des niveaux de vie, il vaut mieux convaincre une femme d'un pays en voie de développement de passer de 6 à 2 enfants que de convaincre une femme occidentale de ne pas en avoir du tout...

 

Le dérèglement du climat amènera des migrations importantes de population. Certains élus verts, comme Yves Cochet, préconisent de faire appel «à quelques réfugiés climatiques de la jeunesse du sud» pour résoudre le problème des caisses de retraite de 2020 à 2050.

http://www.lemonde.fr/planete/chat/2009/11/20/faut-il-faire-moins-d-enfants-pour-sauver-la-planete_1270074_3244.html

Qu'en pensez-vous ?

 

DG : Au vu de la situation sociale actuelle, il n'est pas sûr qu'un surcroît d'immigration soit accepté sereinement par nos concitoyens. De plus, pour résoudre le problème des retraites, la proposition d'Yves Cochet n'aurait qu'un effet marginal. Il faudrait plutôt mettre en œuvre des réformes structurelles (allongement de la vie professionnelle par les deux bouts, épargne,...) et intégrer qu'en vieillissant le mode de vie doit devenir plus frugal, ce qui est d'ailleurs déjà le cas pour un certain nombre d'entre nous, mais n'est pas gagné pour tous...

 

Fin de la première partie d'interview

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans interviews
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 12:39

 

 

Marc Fiorentino fait partie de ces gens qui ne pratiquent pas la langue de bois. C'est tant mieux, parce qu'ils sont très peu nombreux à être aussi honnêtes que lui dans le monde de la finance !.

 

0mn45's : «Après les riches et les entrepreneurs, les retraités sont la prochaine cible puisqu'ils possèdent le patrimoine ». C'est maintenant au tour de retraités d'entrer dans cette danse endiablée du remboursement des déficits publics (...). Pour l'instant, cela commence gentiment (taxe à 0,30% sur les retraites dès avril 2013, désindexation des pensions par rapport à l'inflation, etc...), mais nous allons inévitablement vers une baisse des pensions, la balance retraités/actifs commençant à être intenable sur le long terme... Ce qu'il faut comprendre, aussi, c'est que les électeurs votent d'abord pour leurs propres intérêts (qu'ils soient financiers ou sociaux) en oubliant souvent l'intérêt général, et cela n'est malheureusement pas prêt de changer !.

 

1mn25's : «on va vers une guerre des générations. A partir du moment ou les jeunes compte tenu de la croissance, de la fiscalité, ne peuvent plus se constituer un patrimoine. C'est une réalité : on ne peut plus se constituer un patrimoine quand on a trente ans aujourd'hui.»

Personnellement, je trouve que beaucoup de blogs sur les finances personnelles oublient ces réalités cruelles sur le quotidien des gens. Le quotidien des gens n'est pas romantique et cela ne fait pas forcément rêver de l'évoquer, mais il faut quand même retomber sur terre. Je confirme ce que dit Marc Fiorentino à ce sujet : jusqu'à trente ans et bien que travaillant à temps plein, il m'a été impossible de commencer à construire quoi que ce soit au niveau patrimonial, et je suis loin d'être le seul dans ce cas. Plus vous commencez tard et plus vous devrez être rigoureux dans la gestion de votre budget, particulièrement si vous êtes encore en activité.

 

2mn46's : «La transmission n'est plus le souci des retraités. La mentalité de ces derniers consiste à dire : je me fous de ce que je vais transmettre à mes enfants, tant pis si je leur transmet zéro, mais je ne veux pas dépendre d'eux.» Pré-retraités ou retraités, pensez vraiment à la dépendance, et si vous en avez les moyens, anticipez là. Le premier devoir des individus, c'est d'éviter par tous les moyens d'être à la charge de la société ou de ses enfants. Rappelez vous l'histoire horrifiante de cette nonagénaire :

http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/07/nonagenaire-expulsee-pourquoi-autant-de-reactions_n_2424678.html

Dans les années à venir, vous verrez que ce problème sera malheureusement récurrent vu le coût des maisons de retraite.

 

4mn42's : oubliez toutes les réformes des retraites parce que cela sera modifié 10 fois en mal !. Fabriquez vous-mêmes votre retraite. Épargnez au moins 10% de votre salaire très tôt en démarrant votre première activité salariée, puis un minimum de 15% par la suite.

 

7mn52's : ne comptez pas sur l'état pour votre retraite. L'état ne peut pas distribuer l'argent qu'il n'a pas.

 

Autre question, sur quel revenu peut-on tabler lorsque l'on sera à la retraite si l'on est actif ?. Pour ma génération, qu'elle soit dans la fonction publique ou dans le privé, je dirais qu'il faut tabler sur un gros maximum de 40% des 25 meilleures années.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 12:36

 course.jpg

homme ou femme ? : les propos d'une coach sportive recueillis sur mon blog (voir ici) sont sans équivoque …. Un homme a une masse musculaire plus importante qu'une femme et il lui sera beaucoup plus facile de maigrir.

 

L'âge : il est nécessaire d'adapter ses techniques suivant son âge pour amincir sa ligne. En effet, et suivant l'âge (voir ici), certaines disciplines vous seront peut être interdites et il faudra vous ménager des périodes de repos plus ou moins longues. Toujours à ce sujet, il est prouvé scientifiquement qu'une pratique sportive régulière retarde considérablement les effets du vieillissement. Rien n'est donc irrémédiable pour le corps humain et les exemples d'exploits sportifs de personnes âgées abondent. (voir quelques exemples ici).

 

Le type de sport pratiqué :certains sports se prêtent mieux que d'autres pour éliminer nos kilos en trop. Tout ce qui est «cardio-training» est extrêmement efficace pour maigrir rapidement.(je ne suis pas le seul à le penser). Les tapis de course ou les vélos elliptiques sont les machines les plus utiles à cet effet.

 

Le type de matériel utilisé : choisissez des paires de chaussure bas de gamme et courez sur des tapis de course qui offrent un très mauvais amorti, juste pour essayer...Vous vous apercevrez vite que les efforts physiques que vous consentirez seront contre-productifs pour votre santé, avec des effets très négatifs sur le dos. Pour le matériel, il vaut mieux dépenser plus que moins et ne pas hésiter à demander les conseils avisés d'un spécialiste, surtout pour un débutant.

 

Votre IMC : L'IMC (indice de masse corporelle) se définit par le rapport poids/taille et permet de savoir si nous sommes en surpoids. Pour des efforts équivalents en durée et en intensité, deux personnes aux IMC différentes ne maigrirons pas du tout à la même cadence.

 

L'intensité de l'effort : Je sais, par expérience, que vous ne commencez «à taper dans les graisses» qu'à partir de 45 minutes d'un effort soutenu dans le domaine de la course à pieds. Il en est de même pour d'autres disciplines sportives, c'est le prix à payer...

 

L'alimentation : c'est un facteur capital. L'on ne peut espérer une bonne cure d'amaigrissement sans prêter un œil attentif à ce que l'on mange chaque jour. Dans ce domaine, chacun sa martingale gagnante et se faire aider par un nutritionniste/diététicien peut s'avérer être d'un grand secours.

 

La connaissance de ses limites physiologiques : connaître parfaitement ses limites physiologiques («endurance» ou «résistance») est un atout énorme. Celui qui connait parfaitement sa capacité d'endurance saura doser son effort pour concrétiser ses objectifs. Ainsi, mieux vaut courir une heure à 10km/h que 30mn à 15 km/h si votre but est juste de retrouver votre poids idéal (dans ce cas, cela implique de résister à la tentation «d'épater la galerie» en salle de gym par des performances de courte durée mais plus brutales pour l'organisme).

 

Vos activités sociales/professionnelles : quelqu'un qui a des activités essentiellement sédentaires devra fournir plus d'efforts que la moyenne pour réaccoutumer son organisme à l'exercice physique. Cela sera aussi plus éprouvant pour lui étant donné qu'il n'en a pas du tout l'habitude...Et forcément, il devra peut être se faire aider par un coach ou se rendre à la salle de gym avec une tierce personne pour trouver un soutien psychologique.

 

Pour conclure et sans avoir la prétention d'avoir effectué le tour de la question, l'élément le plus important et sans doute la motivation, garante d'une bonne discipline individuelle. Le plaisir est aussi une récompense car le cerveau libère des endorphines (hormone du bien être) après des séances longues. Pour vous motiver, rappelez-vous toujours que l'obésité entraîne systématiquement des conséquences fâcheuses sur la santé comme le diabète, le cholestérol ou des problèmes cardio-vasculaires. Rester en bonne forme physique est l'une des clés du succès, et ce à toutes les étapes de notre vie !

 

Lien utile :

http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/le-surpoids-un-gros-probleme-pour-les-francais_827430.html

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 10:30

 

 

Nous sommes en février 2013, je n'ai pas écrit beaucoup depuis le début d'année, je m'en excuse d'ailleurs auprès de mes fidèles lecteurs.

Même si nous sommes en février, il est toujours temps de prendre de bonnes résolutions. L'une des plus importantes, pour moi, en ce début d'année, c'était de perdre quelques kilos superflus accumulés en mangeant des trucs (bien gras) et en restant la plupart du temps assis sur une chaise de bureau. Voici un petit compte rendu de mon expérience dans une salle de sport.

 

La salle de sport, un endroit pour tout le monde !

 

A la fin de l'année dernière, je me suis donc inscrit à une salle de sport car le climat actuel ne se prête pas à des activités sportives extérieures. Au delà du tarif (250 euros pour 6 mois, ce qui est assez raisonnable pour ce genre de salle), ce qui m'intéressait, c'était de pouvoir rencontrer d'autres personnes de milieux différents et de savoir si j'étais encore capable de réguler mes excès en matière d'hygiène de vie, nombreux ces dernières années.

 

Je vais vous faire une confidence...Même si j'ai interviewé ici une coach sportive ou déjà recueilli la méthode de Stéphanie du blog Terre de Liberté pour maigrir avec une cure d'activité physique, je n'ai jamais vraiment ressenti personnellement le besoin de conseils de spécialistes dans le domaine de l'activité physique ou de la diététique : le simple fait de me voir avec un petit bedon devant une glace est suffisamment motivant pour me prendre en main...

 

Cependant, comme je l'ai déjà dit, chacun ses choix, certaines personnes s'accommodent parfaitement de quelques kilos en trop, et nul besoin d'être mince pour être équilibré et bien dans sa peau.

 

Côté clientèle, que trouve-t-on dans une salle de sport ? De tout. Oui, de tout, surtout en cette période hivernale, il est donc inutile d'avoir honte de montrer ses formes ou de croire que ce genre d'endroit n'est réservée qu'à une petite élite sportive. Les abonnements vont de 3 mois à 1 an, les tarifs peuvent varier suivant que vous soyez étudiants, salariés, ou chômeurs, mais cela dépend surtout de la politique des gérants de salles.

 

 

Mon alimentation pendant un mois

 

Sur le plan de l'alimentation, j'ai surtout effectué une chasse au grignotage. Lorsque j'étais pris d'une petite faim à 16h00 ou dans des horaires situés hors des repas, je me suis contenté de fruits ou de barres de céréales. Par ailleurs, j'ai scrupuleusement évité tout ce qui était riche en calories.

 

Pour ce qui est des courses, je ne prends plus de plats préparés (qui sont d'affreux vestiges de ma période de célibat...). Nous le savons tous plus ou moins, la plupart de ces plats sont trop caloriques et bourrés de sel. Depuis début janvier, un soir sur deux, le repas du soir consiste en une soupe agrémentée de pain ou de biscottes (avec un minimum de beurre...)

En un mois, j'ai quand même connu quelques sérieux "coups de barre", mais les comprimés de vitamines C m'ont été extrêmement utiles pour retrouver du tonus. Chose importante, également, j'ai remplacé des boissons gazeuses dites "light" par de l'eau parfumée.

 

 

Les activités proposées en salle de sport et la régularité nécessaire

 

Dans cette salle de sport, l'on peut vous proposer un programme individualisé, cela ne coûte strictement rien en supplément. Je n'ai pas entendu parler de conseils diététiques personnalisés, mais chacun semble prêt à vous renseigner sur ses habitudes alimentaires.

Toujours dans cette fameuse salle de gym, des cours spécifiques sont organisés tous les soirs pour des groupes volontaires allant de 8 à 12 personnes : cela va de cours de zumba à ceux de stretching et le prix de ces cours font partie du forfait que vous payez au départ.

 

Lorsque vous vous inscrivez dans une salle de ce type, la discipline individuelle et la disponibilité sont deux facteurs très importants.

===> Si vous n'êtes pas discipliné, mieux vaut suivre les cours proposés au soir avec un coach.

===> Si vous êtes un minimum discipliné, il faut aussi veiller aux horaires pendant lesquels vous vous rendrez en salle de sport, car certaines heures sont plus prisées que d'autres. C'est ainsi qu'après 17h30, la salle est bondée et les machines sont toutes occupés...Tandis que le créneau horaire allant de 13h00 à 17h30 n'intéresse personne, idem pour les matinées du samedi et du dimanche...(c'est apparemment dur de quitter la couette!)

 

Enfin, je vais vous parler du rythme que j'ai suivi en un mois pour perdre 5 kilos. Je pense que c'est important pour que les gens sachent que l'on ne perd pas du poids sans rien faire ou en s'en remettant à des techniques de charlatans.

 

Lorsque je me rends à la salle de sport, je ne me fixe pas un objectif en terme de temps passé, mais uniquement la perte d'un certain nombre de calories. Je m'explique. Au début, je me fixais comme objectif de perdre 400 calories, et je ne quittais pas la salle sans les avoir éliminées... La plupart des machines comme les tapis roulants ou les vélos elliptiques permettent justement de vous faire une idée assez précise de ce que vous perdez en calories.

 

A partir du moment ou vous suez, c'est que l'organisme commence à sentir les effets bénéfiques de l'activité physique. Mais suer, à mon sens, ne signifie pas forcément que vous perdez du poids. A titre indicatif, pendant ce mois, je me suis imposé de courir deux à trois fois par semaine un minimum de 45 minutes et je commençais à suer à peine au bout de quinze minutes d'efforts. Suivant mon allure, les calories consommées étaient de 400 à 650 pour les footings les plus longs. Aujourd'hui, la balance me remercie : 5 kilos en moins en un mois seulement !. Reste à savoir ce que je vais faire les mois suivants...Et il n'est pas dit du tout que je parvienne à perdre autant. 

 

Mais vous vous en doutez peut être, plusieurs autres paramètres influent sur le processus de perte de poids. Je vous propose d' y revenir dans un prochain article.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 12:57
 

Dans la vie, il faut savoir naviguer...Et parfois, également, ramer à contre courant pour se démarquer.

Avant Borgen, il n'existait pas de séries consacrées à la politique *. Peut être qu'un scénariste original y aurait pensé, mais il n'aurait peut être pas rajouté cette touche caractéristique au personnage principal: il s'agit d'une femme, centriste de surcroit, qui va être propulsée au poste de premier ministre au Danemark.

 

Peut-on être centriste et faire preuve de poigne ? Birgitte Nyborg (la charmante actrice Sidse Babett Knudsen) le démontre brillamment. Très à l'aise dans son rôle et particulièrement séduisante dans ses tailleurs guindés dissimulant des formes pulpeuses à souhait (...), elle dirige aussi bien sa barque familiale (mère divorcée élevant deux filles, du moins dans la deuxième saison) que ses collaborateurs.

 

Dans les hautes sphères du pouvoir danois, Nyborg est aussi courtoise que ferme. Dans n'importe quel type de débat, elle sait parfaitement retourner les situations en sa faveur quand ses adversaires tentent de lui faire perdre les pédales.

 

Les pédales ? Elles les perd un peu, de temps en temps, bien à l'abri des caméras, dans les coulisses. On la voit par exemple "péter les plombs" en renversant tout ce qui se trouve sur son passage suite à des révélations médiatiques ordurières, se laisser aller dans les bras de son chauffeur un jour de déprime (et pourquoi pas...), manier le bluff auprès de dirigeants africains mysogines qui la regardent avec curiosité.

 

Bref, Borgen est une série insolite que j'apprécie énormément. La troisième saison est actuellement en cours de tournage. Vivement qu'Arte se décide à diffuser la prochaine saison, comme c'était le cas l'année dernière. En attendant, je déguste la saison 1 en DVD en français, non sous-titrée comme la vidéo ci-dessus. Je conseille vraiment cette série à tous ceux qui ne savent pas négocier ou qui ont toujours peur de prendre des décisions importantes...ou même celles qui se disent intérieurement : «je suis une femme, donc, j'obtiendrai toujours moins qu'un homme.».

 

* Ajout : pour tout dire, il existait déjà une série consacrée à la politique, The West Wing (à la Maison Blanche), mais elle était loin d'être comparable.

Lien utile :

http://www.arte.tv/fr/borgen-saison-1/4317466.html


 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.