Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 12:11

 

lutteetaimeQui connait Guy Gilbert ? C'est un prêtre au blouson de cuir ! Un personnage aussi singulier par son accoutrement que par son approche anticonformiste du christianisme. Depuis qu'il est entré dans l'église, il s'est fait un surnom : «le curé des loubards», en référence à son engagement dans la réinsertion de jeunes délinquants qu'il tente de remettre sur le droit chemin depuis de très longues années. Un type bien, vous dis-je. Il en faudrait des dizaines comme lui en France mais aussi ailleurs. Lors de ses passages à la télévision (c'est une bête médiatique), il n'hésite pas à critiquer ouvertement les positions du Vatican que cela soit sur l'avortement ou le port du préservatif, tout en disposant toujours de la bénédiction du Saint Siège pour ses oeuvres. Bon, je préfère le dire (quand même) : la logique chrétienne a vraiment ses limites. Quiconque, en ce bas monde, tend la joie droite avec le sourire (s'il vous plait!) peut aussi tendre la gauche dans la foulée et se transformer en punching-ball pour le plus grand plaisir de tous. (…). Essayez donc de tendre la joue avec vos enfants, si vous en avez, et vous verrez rapidement le résultat, sinon, vous pouvez aussi essayer avec d'autres personnes. (...). Le père Gilbert, lui, l'a bien compris, puisqu'il n'hésite pas à distribuer «des torgnoles évangéliques» auprès de ses loubards !

 

N'étant pas chrétien, j'éprouve quand même un profond respect pour lui, parce qu'il a grandi dans la mouise, qui est à peu de chose près la même que la mienne, en peut être pire d'ailleurs, mais comme vous le savez, j'ai horreur des compétitions de misérabilisme (...). C'est pourquoi les écrits du père Gilbert me rappellent un peu ce côté implacable de l'existence.

Florilège de ses écrits avec commentaires... De mon cru, bien entendu.

 

 

 

(Page 11) «S'émerveiller de l'autre, c'est ne plus penser à soi, à sa gueule». Entièrement d'accord avec cette approche, dans l'absolu... Mais quand vous avez quelqu'un qui vous est très proche et qui se trouve dans la misère, vous faites quoi ? vous allez vous occuper des pauvres d'à côté et vous le laissez agoniser sans regrets ?. Le bonheur de nos proches et le nôtre passe avant tout. Par les temps actuels, nombreux sont ceux d'entre nous, justement, qui connaissent des proches dans le besoin. A titre personnel, si je disais combien de temps de ma vie j'ai passé à régler les problèmes des autres avant même de régler les miens... Et je continue, notamment avec ce blog et dans la vie courante. Or, si vous portez trop de la misère du monde sur votre dos sans jamais penser à vous, vous devenez une sorte d'éponge psychologique, et vous accumulez les sacs de nœuds au point que votre cerveau en déborde. Dans ce domaine, j'ai trop donné jusqu'à présent et je donne encore. Or, à un moment donné, il faut bien penser à son propre bonheur !. Il y a bien une chose que j'ai compris ces dernières années : vous ne pouvez pas faire le bonheur des gens malgré eux. C'est pourquoi, sans regrets, envoyez «se faire voir» sans ménagement les ragots et les médisances, soit par l'humour, l'esprit, et même de manière très musclée, sans pincettes ! Faites ce que bon vous semble, mais surtout, gardez toujours le sens de la justice et de l'équité ! Jouissez de la vie «sans entraves» si vous le pouvez, et permettez-vous absolument tous les rêves !

 

Page 19si nous avons la possibilité de gagner de l'argent, le seigneur nous demandera des comptes». Bah, tiens donc. Dieu n'aimerait-il pas «la tune» également, par hasard ?. A-t-il une caisse enregistreuse ? Seulement voilà, je n'aurais sûrement plus grand chose en poche d'ici mon arrivé là haut, au train où vont les choses (rires). Et puis, j'ai un alibi en béton armé... (je fais toujours ce qui me semble juste).

 

(page 30). (A propos des handicapés). «pour un handicapé ou un accidenté, c'est très important de sauvegarder le plaisir sexuel». Hum...Hum. J'en pense que si je me réveillais en fauteuil roulant et qu'en plus, quelqu'un viendrait me susurrer à peu près cette phrase là : «ton bidule, là, entre les jambes, tu peux plus t'en servir du tout»...Et bien si le cas se présente, je demande que l'on m'achève sur le champ, sans aucune pitié...Fort heureusement, je ne suis pas dans cette situation, qui n'est à souhaiter à personne.

 

A partir de la page 48, il commence à parler de sujets «sensibles» comme la persécution des chrétiens dans le monde musulman, de la violence dans les établissements pénitentiaires, du respect qu'il a vis à vis de certaines professions à risques et réunira sûrement l'approbation du plus grand monde par cette approche très objective.

 

Page 122, «Les jeunes (en difficulté, ndlr), nous disent cette vérité très importante : l'animal ne triche pas, l'animal ne ment pas, l'animal ne reprend jamais ce qu'il a donné. Quand un enfant a été jeté dans la nature, à la rue, parce qu'après un bel orgasme ses parents n'en ont plus rien à foutre je peux vous dire que les jeunes qu'on récupère comprennent parfaitement qu'ils ont été abandonnés.» Je dirais presque bravo. C'est cru, certes, cela va en choquer plus d'un qu'un prêtre s'exprime ainsi, mais j'ai envie de dire que c'est de la provocation «saine», qui responsabilise les éventuels parents qui lisent ce bouquin, et dieu sait que les parents qui se foutent de leur progéniture sont nombreux. On apprendra au passage qu'il croit à «un paradis pour les animaux» (pourquoi pas, éventuellement, c'est une belle image poétique, en tous cas...)

 

Page 144. «L'humilité, base de l'autorité». Je partage assez son point de vue, mais il faut savoir se vendre aussi dans le monde d'aujourd'hui et se remettre en cause. Pour moi, donc, l'idéal serait de concilier l'humilité, le talent, et une autorité naturelle. Faire ses preuves au travail, auprès de ses amis, auprès de son banquier, dans les affaires et ce que l'on entreprend, être humble malgré le succès, donner de temps à autre de son temps ou de son argent, etc...dans la mesure du possible. Le tout dans la modestie, avec le plaisir comme vecteur.

 

Directement à la suite, page 144. «Le christ parlait avec autorité. Quand il demande à la tempête de s'arrêter, la tempête ferme sa gueule. L'eau s'aplanit. Et jésus fait son marathon sur les eaux calmes.». C'est typique de ce personnage, je vous laisse goûter, c'est absolument exquis...

 

Dans l'ensemble, la lecture de ce livre n'a pas été désagréable, loin de là. Le prêtre Guy Gilbert ne m'a pas déçu par son franc-parler et m'a assez souvent fait rire. Il nous parle de son enfance pauvre, de ses préoccupations écologiques et spirituelles, etc...

 

L'église catholique est en pleine déconfiture depuis un siècle, tout le monde le sait. Les fidèles sont de moins en moins nombreux. Avec ses lignes simples, Guy Gilbert tente de dépoussiérer les dogmes du christianisme quasiment seul contre tous. Il y a fort à parier qu'il ne s'est pas fait que des amis au Vatican... Du bel ouvrage, j'ai trouvé quelques parties indigestes, mais c'est normal, je suis toujours aussi peu adepte des religions. Accessible à tous à partir de 7 euros, c'est un ouvrage très compréhensible, qui peut rabibocher certaines personnes avec la lecture tout en faisant «une bonne action», puisque ses droits d'auteur sont reversés intégralement à son association.

Partager cet article

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans mes lectures
commenter cet article

commentaires

Clodo 30/11/2012 11:40


Hello,je viens de regarder à la page 30 à propos des handicapés.Il a demandé à un tétraplégique s'il bandait.Il faut savoir que Guy Gilbert a été opéré de la prostate alors il ne bande
plus.Peut-être que çà le travaille,le fait qu'il ne puisse plus bander?Il cherche donc à se consoler comme il peut auprès des tétraplégiques qui ne bandent pas eux aussi.On peut supposer
qu'il est contre l'assistance sexuelle aux personnes handicapées(qui est légalisée en Suisse).C'est vraiment contradictoire de sa part....

gestiondevie.over-blog.com 30/11/2012 12:20



Hello.


je me garderais bien de répondre à ce genre de choses qui est du ressort de l'intimité de quelqu'un que j'apprécie quand même, malgré ses défauts... Mais il est contradictoire, c'est clair. Pour
ce qui concerne l'assistance sexuelle, il faudra bien un jour que la France se pose cette question fondamentale de la sexualité des handicapés. En ce qui me concerne, je suis 100% favorable "aux
assistants sexuels", et la formule hélvétique-que tu évoques-me parait la plus adaptée (contrôles, examens psy des assistants, etc...)  


@ bientôt je l'espère


amitiés


 



Clodo 28/11/2012 11:18


Je me demande si Guy Gilbert a vraiment conscience de ce qu'il est,au fond de lui-même,et aux yeux du public.


Il se contredit(comme chacun de nous)


Il répond aux lettres seulement accompagnées d'un chèque pour son association.


Pour critiquer ensuite les riches.

gestiondevie.over-blog.com 28/11/2012 16:15



Hello.


Je suis parfaitement d'accord avec toi. Il y a beaucoup de paradoxes chez lui...Comme par exemple, le fait qu'il dise "si chacun arrêtait de ne penser qu'à sa gueule" et que deux pages plus loin,
il parle d'un jeune dont il est très fier et qui possède une société de transport, une belle maison, etc...Or, ce jeune là pense aussi et avant tout à lui-même, ce qui me parait naturel après
avoir "galéré".


Quand à ne répondre qu'aux lettres accompagnées d'un chèque pour son association, je me garderais bien de répondre parce que je n'en ai jamais entendu parler. Par contre, ce que je peux te dire,
c'est que j'ai donné plusieurs centaines d'euros à des associations cette année et je n'ai même pas eu un merci...Pire encore, je n'ai plus du tout de nouvelles d'un parrainage alors qu'il était
pourtant stipulé que je recevrais des nouvelles régulièrement.


Je ne sais pas si les associations se rendent compte, elles aussi, de l'image qu'elles renvoient à leurs adhérents. J'aime bien les gens sérieux, compétents, qui tiennent leurs engagements. Mais
ce genre de truc à vraiment tendance à m'exaspérer, et j'y réfléchirais à deux fois, maintenant, avant de signer un chèque ou de m'engager dans une cause quelconque.  


@ bientôt



khanel3 26/09/2012 14:33


très interessant ! bonne journée !

gestiondevie.over-blog.com 26/09/2012 17:01



Coucou Khanel, très bonne soirée et merci pour ton passage !



Ludovic 26/09/2012 13:27


«si nous avons la possibilité de gagner de
l'argent, le seigneur nous demandera des comptes»


Je conseille à ce bon monsieur de
suivre quelques prêtres ou curés prenant l'avion. Généralement, ils ne sont pas installés en classe éco. Charité ordonnée...


Même si ton récit est intéressant, ce
livre ne m'inspire pas du tout.

gestiondevie.over-blog.com 26/09/2012 17:10



Hello Ludo.


On peut aimer le rythme d'une chanson mais pas forcément ses paroles. C'est un peu ce que j'ai ressenti en le lisant... C'est un personnage assez atypique, que j'apprécie quand même pour son
franc parler, même si je n'adhère pas à tout ce qu'il dit, loin de là.


"Je conseille à ce bon monsieur de suivre quelques prêtres ou curés prenant l'avion. Généralement, ils ne sont pas installés en classe éco. Charité ordonné..."


Ce qui est marrant, chez lui, justement, c'est qu'il s'est rendu plusieurs fois au Vatican pour être reçu par le Pape, et qu'il se fend justement dans ce livre de plusieurs remarques peu amènes
au sujet du train de vie fastueux du Saint Siège !   


bonne soirée


NB : je rajoute ton blog dans mes favoris sous peu.



Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.