Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2010 4 02 /12 /décembre /2010 12:16

formation-adulte.jpg

Certains individus ne sont pas doués pour les cursus scolaires classiques et subissent leurs carrières, d'autres ont été mal orientés ou n'ont pas bénéficié de conseils adéquats, et pour une troisième frange de la population active qui a parfois choisi son travail, c'est carrément le "ras de bol" de celui ci qui prédomine.

 

Moi même, j'ai parfois eu le sentiment de me sentir dans "une voie de garage" incompatible avec mes aspirations personnelles et mes centres d'intérêts, et c'est souvent le fruit d'une longue réflexion sur moi même qui m'a amenée à tirer ce bilan.

 

Pour savoir si nous sommes "mûrs" pour changer de métier, il suffit de se poser ces quelques questions : Quels sont mes centres d'intérêts ? Est ce que j'ai réellement envie de terminer ma vie dans ce milieu professionnel ? Quel travail me plairait réellement et serait source d'épanouissement ?

 

Il n'y a rien de pire que de faire quelque chose qui ne nous plaît pas, c'est une forme d'esclavage moderne.

Nous sommes les seuls maîtres de notre destin, et l'on ne doit pas se rendre au travail comme à l'échafaud, sous les prétextes fallacieux de crédits en cours, d'obligations familiales, ou de je ne sais quel prétexte qui nous empêcherait de vivre pleinement notre vie.

 

Oui, il y a des chaînes, et même parfois des boulets en plus que l'on traîne aux pattes pour franchir le pas, mais il est parfaitement possible de concilier ses ambitions professionnelles et ses contraintes financières ou familiales.

 

Ce qui nous empêche d'avancer ? la peur de l'avenir et  le manque de confiance en soi.

 

Pour les salariés du secteur privé, il existe un dispositif qui s'appelle le FONGECIF (site ici > link ) et qui permet une rémunération à 80% de son salaire en suivant à temps plein des cours en vue d'une reconversion professionnelle. Malheureusement, l'employeur est en droit de vous refuser l'accès à celle ci pour des "raisons motivées de service"....

 

Las, la fin des espoirs de changer un jour de métier ?

Et non, car il faut chercher la faille, comme un boxeur qui cherche le K.O.

 

La faille, la voici, elle résulte d'une possibilité de se faire rembourser ses frais de formation en les déduisant des impôts, que l'on soit salarié du secteur public ou privé : (source du site officiel du trésor public : link )

 

Bien sûr, il vous faudra alors poursuivre votre formation à votre rythme en même temps que votre activité à temps plein,  et conserver vos justificatifs de paiement pour l'administration fiscale.

 

Mais quoi qu'il en soit, le résultat sera là : vous suivrez votre formation quand même et vous bénéficierez de réductions d'impôts, nonobstant les oppositions de votre employeur.

 

Dans cette dernière hypothèse, je ne peux que conseiller le CNED (bien qu'un peu cher, il m'a été très utile), mais il existe encore bien d'autres organismes comme le GRETA (assez réputé également).

 

La formation continue est  une merveille,  elle permet de se sortir de l'ornière à n'importe quel moment de notre vie : c'est ainsi que j'ai vu un type qui avait 40 ans passer brillamment une licence en droit, alors qu'il avait échoué lamentablement à tous les types d'examens dans sa prime jeunesse.

Partager cet article

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.