Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 19:06

 

Votre épargne : les produits bancaires

 

Naguère, quand je souscrivais à un support d'épargne, je ne faisais absolument pas attention à la fiscalité de celui-ci. En fait, je souscrivais un peu n'importe quoi et n'importe quand, au bon vouloir de mon conseiller de clientèle.

Et puis, j'ai commencé à m'intéresser vraiment à la fiscalité des entreprises, à celle des artisans et commerçants en deuxième année de DEUG de droit, et mon intérêt pour le domaine de la finance s'est amplifié par la suite en parcourant des blogs sur le développement personnel.

Il faut dire que je n'avais pas le choix : avec trois crédits sur le dos, sans épargne de précaution et sans réel patrimoine, il fallait aussi que je passe à une étude approfondie de mes comptes !

 

Ma question était la suivante : les taux d'intérêts de mes différents livrets ne sont-ils pas grevés par des commissions bancaires ou des charges quelconques ?

 

Pour le Livret A, la question ne se posait pas. Pour un PEL ouvert en 2003, en revanche, la question s'est posée. Car une fois l'épargne de précaution constituée, il me fallait trouver un endroit pour placer le surplus. En étudiant le fonctionnement de ce PEL, je me suis aperçu d'une chose : le taux servi n'était pas réellement de 4,5% nets comme l'affirmait la banque, du moins sans la prime d'état. En effet, en fin de PEL, il me faudra m'acquitter de 13,50% de cotisations sociales déduits des intérêts, ce qui en fait, rémunère l'épargne à un taux légèrement inférieur à 4%.

 

Voici une méthode de calcul pour 1000 euros placés sur une année sur ces anciens PEL :

1000/100*4,5 = 45 euros, auxquels l'on déduit 13,50% (taux en vigueur en octobre 2011) soit 6,07 euros. Au total, sur 1000 euros je n'obtiendrais en fait que 38,93 euros (45-6,07). et 38,93 cela nous donne en fait un taux de 3,89%.

Bien entendu, la prime d'état vient encore augmenter ce pourcentage mais encore faut-il qu'elle ne soit pas supprimée en cours de route par une coupe budgétaire gouvernementale.

 

 

Des illusions sur d'autres produits d'épargne...

 

Beaucoup de produits bancaires nous piquent d'illusions. En effet, ceux-ci peuvent nous être présentés comme des aubaines alors qu'ils sont plombés à la base par des frais de gestion, et ne rapportent rien, ou du moins, pas mieux qu'un bon vieux Livret A.

 

Moins vous avez d'argent, plus vous devez faire attention à ces frais. Moins vous avez d'argent, plus vous devez prendre de risques et optimiser votre épargne. Pourquoi souscrire à un support financier qui ne nous offre que 3,00% toutes ponctions déduites alors que pour un autre, c'est du 3,80% net de frais ?

 

Les frais bancaires sont aussi beaucoup plus importants pour les banques «en dur», il peut être parfois intéressant de souscrire à une banque une ligne pour au moins une partie de ses finances.

 

 

Le vrai ennemi de l'épargnant : l'inflation

 

Depuis le début, je clame que mon but est de rembourser mon crédit immobilier le plus rapidement possible, mais il s'agit plutôt d'une façon de parler qu'autre chose : le fait d'arriver «au niveau» de la somme empruntée me suffira amplement, dans la mesure ou mes placements offriront de quoi le couvrir assez rapidement.

 

C'est l'inflation (en clair : la hausse des prix) qui est mon principal ennemi et non pas les banques ou d'autres organismes financiers. J'ai toujours à l'esprit que pour des placements totalement sécurisés de type livrets, «le rendement moyen» doit toujours se situer bien au dessus de l'inflation, ceci afin de faire progresser l'épargne de façon pérenne. Au delà des six mois de salaire «classiques» du fonds d'urgence (dont je m'affranchis pour une bonne raison), je vais constamment rechercher du 4% minimum net de frais.

 

 

Quelques procédés que j'utilise depuis l'année dernière pour optimiser cette épargne

 

===>paiement des factures à la dernière minute (impôts locaux, ordures ménagères, etc...)

===>gestion de mes finances dynamique par voie d'accès aux services en ligne des banques.  (uniquement virements)

===>Trimestrialisation des impôts sur le revenu (la mensualisation étant «une avance» au Trésor Public)

 

Autre exemple :

 

Il existe bien d'autres pistes pour approcher l'excellence dans l'administration de vos économies, car quand vous connaissez précisément la mécanique du Livret A , vous savez par exemple que l'épargne est valorisée à compter du 15 du mois et le 1er du mois suivant. En prenant en considération cet élément, l'optimisation consiste à abonder le livret A en fin de quinzaine, et à procéder à des opérations de retrait le 2 ou le 16 de n'importe quel mois.

http://droit-finances.commentcamarche.net/faq/163-livret-a-comment-optimiser-son-placement

 

 

Conclusion

 

Votre épargne peut toujours être optimisée de deux façons :

- en amont par les économies que vous parvenez à réaliser

- en avers par la répartition que vous effectuez de votre épargne, les économies substantielles que vous êtes en mesure d'obtenir sur les frais de gestion ainsi que les taux de rémunération.

 

Pour une administration optimale de vos finances, il faut aussi souvent surmonter ses peurs, comme j'ai dû le faire en ouvrant un PEA. C'est la connaissance du milieu financier et de ses instruments aux noms (parfois barbares ou incompréhensibles) qui vous amène naturellement à la richesse. Avant hier, je disais à ma compagne : «pfff... J'ai du mal à croire qu'en ce moment même, des types passent des ordres en bourse pour moi...»...Et elle m'a répondu du tac au tac : «c'est la classe !»

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.