Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 11:00

 

L'un de mes objectifs de début d'année était de «me décoincer» au poker en participant à un gros tournoi avec une mise initiale de 200 euros, en partageant la moitié des frais avec un habitué de ce type de tables.

 

Ces dernières années, j'avais un peu mis de côté ce jeu de cartes, malgré quelques très bons résultats. Ou plutôt, j'ai détourné mon attention du poker progressivement, parce que ce type de revenu me semblait trop aléatoire. Au poker, je rappelle que j'ai appris à jouer gratuitement contre des simulateurs, puis sur des tables payantes aux gains microscopiques (0,05 cts d'euros!), mais je me suis toujours arrêté là où je n'étais pas à l'aise, c'est à dire quand les mises me semblaient complètement incompatibles avec mon budget personnel.

 

Là où je veux en venir, c'est qu'il faut quand même être sacrément intrépide pour oser parier ne serait-ce que 100 euros sur un tournoi qui regroupe des centaines de participants en étant parti de si bas. Comme mon pote Arnaud a des horaires peu compatibles avec les miennes et que les plus gros tournois se déroulent toujours le samedi soir, nous avons donc composé avec les moyens du bord et opté pour «du cash game», un après-midi où j'étais disponible.

 

Arnaud est presque un frère pour moi. Trentenaire, un physique à la Bruce Willis, un très bon job, une année entière passée à accumuler des conquêtes féminines sur des sites de rencontre (...) tout en vivant chez papa/maman, avant de «se caser» récemment pour ses 30 ans. Arnaud est aussi un flambeur. Mais il n'a pas les mêmes obligations que les miennes : pas de crédit immobilier à rembourser, aucune charge particulière, etc... Il peut donc se permettre de miser très gros, et il ne s'en prive pas.

 

Deux bons verres de whisky, quelques chips, et nous ouvrons une session sur everest-poker.fr. Sa première réaction m'étonne, il peste : pas de tables en cash-game à de hautes limites, ce qui peut donner des pots effrayants...Enfin pour moi. Avec une petite appréhension, je cave à 50 euros et me lance sur une table de cash game en omaha high pot limit, avec des blinds à 50cts, 1 euro. Trois mains, trois grosses torgnoles. Carré contre full, couleur contre couleur, enfin bon...La poisse. Je recave à 50 euros, et je reprends une gifle magistrale avec «un éléphant» qui force mon blocus pour tenter de trouver une carte miraculeuse qu'il touche à la river...

 

Cela en est trop pour moi, je dit à Arnaud que j'arrête là, car je ne me sens pas en veine et je n'ai pas envie de perdre tout ce que j'ai récolté depuis le début de l'année. Je viens quand même de perdre 100 euros en l'espace de vingt minutes !. Peut être échaudé par ces coups malheureux, Arnaud me rétorque que le Omaha ne lui convient pas. Quand il ouvre sa propre session, je transpire : sa bankroll (en d'autres termes, son fonds de roulement) est de 1500 euros.

 

Et voilà que notre homme s'aligne sur une table de cash-game en Texas Hold'em. Il cave à 200 euros, et les perd quasiment immédiatement. Cet échec lui inspire cette remarque : «bof, pas grave»... Il se remet en selle sur une autre table avec 500 euros en poche. Les mises me donnent des suées. Il monte jusqu'à 1200 euros, puis il est contraint d'arrêter suite à un coup de fil de sa petite amie.

 

Conclusion

 

Qu'est ce que je dois penser de cette expérience ? Et bien, c'est simple : depuis que nous avons joué ensemble, mes appréhensions sur les mises ont disparues. Cela voulait dire que j'avais besoin d'être aidé pour progresser. Beaucoup d'entre nous ont des capacités qui ne demandent qu'à être révélées mais pour ça, ils ont tout simplement besoin d'un petit coup de pouce venu d'un mentor.

 

La majorité des gens n'oseront pas apprendre à jouer au poker, de peur de mettre le doigt dans un engrenage infernal. De même, beaucoup n'oseront pas aller en bourse en ce moment, ou investir dans quoi que ce soit, par crainte de perdre. Mais une fois que vous êtes «dans le bain», que vous vous imprégnez de la philosophie des meilleurs, vous ne pouvez qu'avancer et voir en l'avenir en rose. La providence récompense toujours ceux qui sont optimistes et qui vont de l'avant.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Sur moi-ce blog
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.