Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 14:31

immobilier.jpg

Etant titulaire d'un PEL (plan d'épargne logement) version 2002 qui doit arriver à terme, je me suis penché sur ses éventuels «supers pouvoirs» en cas de souscription d'un nouveau prêt immobilier.

 

Tous renseignements pris, ses «supers pouvoirs» sont des coquilles vides. C'est à dire que les conditions de prêt qui sont proposées au détenteur du PEL sont les mêmes que celles qui sont proposées à n'importe quel client.

 

Autant vous dire que ce livret est le berceau d'illusions faciles, celles de devenir propriétaires à des conditions ultra-avantageuses, c'est du moins l'image que des charmeurs de serpent souhaitent vous en donner dès la souscription. Il est vrai que que les banques trouvent un avantage considérable à vous faire souscrire ces plans étant donné qu'elles se financent sur le long terme grâce à vos fonds immobilisés.

 

Le dispositif fiscal de sortie du PEL est donc très décevant pour favoriser l'achat d'un logement. Quant à la prime d'état, présentée comme une immense récompense en cas de crédit immobilier contractée... Elle a été rognée et n'est plus réduite qu'à une peau de chagrin uniquement accordée dans des conditions hyper restrictives ! (achat d'un logement le moins énergivore possible)

 

Depuis 2003, il est plus rentable financièrement de souscrire un Livret A qu'un PEL. Les épargnants ne s'y sont pas trompés et s'en détournent massivement, préférant l'assurance vie.

 

Une énième réforme récente était censée lui redonner un peu de tonus.... Peine perdue, avec un taux d'intérêt faiblard (2,5%), et des conditions de sortie de plan inchangées. 

 

 

Renseignements sur la fiscalité du PEL :

http://www.lesclesdelabanque.com/Web/Cles/Content.nsf/DocumentsByIDWeb/6WGDQX

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 13:17

 assmaladie.jpg

La sécurité sociale vient de lancer ce site (en phase d'achèvement) :

http://Ameli-direct.fr

 

Grâce à ce portail de l'assurance maladie, vous pourrez comparer les prix pratiqués par tous les professionnels de santé sans exception, en trouver un qui vous convient et éventuellement noter sa prestation.

 

1 français sur quatre ne se soigne pas par manque de moyens financiers, une proportion aberrante pour un pays comme la France. Pour leur permettre de bénéficier quand même d'un accès aux soins, je vais préparer prochainement un dossier santé pour les budgets serrés.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 12:36

spiritofwar.jpg

 

"L'âge ne fait rien à l'affaire. Il y'a des enfants prodiges, mais il y a aussi des adultes prodiges et parfois même des vieillards prodiges. L'enfant prodige est un phénomène de la nature. L'homme mûr ou le vieillard prodige sont des phénomènes par leur propre volonté.

Nous naissons tous nantis de talents, d'aptitudes innées, de ressources inexploitées indénombrables avant même d'avoir mouillé nos premières couches-culottes.

Ces talents cachés sont une foultitude de cadeaux hérités de nos trop nombreux ancêtres, dont nous sommes les derniers ou les avant-derniers rejetons en date."

 

Extraits d'André Muller, "la technique du succès"

 


illustration : oeuvre de rodin,  "spirit of war"

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 23:29

 

oeil lynxEn tant que scribouilleur numérique, j'attache une grande importance à la liberté d'expression sur la toile. Cependant, j'ai pu observer qu'internet est devenu un gigantesque cirque, ou tous les coups sont permis, surtout les coups bas. («Ave Caesar morituri te salutant!» : Avé César, ceux qui vont mourir te saluent).

 

Le plagiat, les insultes, ou encore les propos déplacés, pour ne citer que ces dérives, sont devenus monnaie courante. Ces pratiques sont si répandues qu'elles pointent du doigt une évidence : dans cette corrida numérique, les victimes sont souvent démunies.

 

C'est ainsi que des individus (plus rarement des sites internet) cupides et démunis de moralité frappent «au petit bonheur la chance», répandant leur venin ici et là. La plupart du temps, ils espèrent simplement semer la zizanie, blesser psychologiquement, ou jouer les maîtres chanteurs.

 

Quand vous y êtes préparés, l'effet sur vous est bénin. Mais si vous êtes fragiles du point de vue psychique, votre vie peut basculer du purgatoire à l'enfer du jour au lendemain.

 

 

 

Faire supprimer des informations véreuses de sites internet ou de blogs


 

Contacter le responsable du site, ses coordonnées s'affichent en principe dans les mentions légales en bas de page.

Pour un blog, contactez l'hébergeur.

 

===> N'hésitez pas à envoyez un courrier recommandé dans lequel vous précisez les éléments suivants : adresse de la page, quelles infos à retirer en vertu de la loi informatique et libertés, ajoutez que leur présence porte atteinte à votre vie privée, à votre image ou à votre sécurité.

Joindre une photocopie de la carte d'identité.

La réponse doit vous parvenir sous 2 mois, si cela n'est pas le cas, rendez vous ci-bas pour le dépôt de plainte.

 

===> Cas particulier de facebook : agissez rapidement. Contacter la personne qui a émise cette information. Sans réponse de sa part, allez dans «aide», puis «signaler une infraction», et encore «demander la suppression d'une image portant atteinte à ma vie privée».

 

 

Le dépôt de plainte

 


C'est la CNIL (commission nationale de l'informatique et des libertés) qui est compétente.

 

Vous pouvez déposer une plainte en ligne : http://www.cnil.fr/vos-libertes/plainte-en-ligne/

 

Pour les sites/blogs hébergés hors de France, votre démarche a malheureusement très peu de chance d'aboutir.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 16:56

shiva.4.jpg Un scanneur est quelqu'un qui aime multiplier les projets mais qui se lasse très rapidement. Il ne fait jamais aboutir aucun d'entre eux car il ne va jamais au bout des choses. En gros, c'est quelqu'un qui ne recueille jamais les fruits de ses efforts. (j'y reviendrais certainement dans un autre article)

 

Quand j'ai appris ce qu'était un scanneur, j'ai tout de suite voulu savoir si j'en étais un. Comme vous, un certain nombre «de ratés» encombrent mon existence.

 

Le problème, c'est qu'en ce qui me concerne, j'ai connu tellement de hauts et de bas que je me demande si cela n'est pas ma personnalité qui attire des événements si marquants. 

 

J'ai donc expliqué ce qu'était un scanneur aux gens qui sont les plus proches de moi. Ils ont été contraint (le couteau sous la gorge, sic) de répondre en toute sincérité à cette fameuse question : suis-je un scanneur ?

 

Leur jugement est tombé et j'ai récolté un «non» généralisé, mais leur verdict est-il vraiment impartial ? L'un s'est quand même fendu d'une remarque qui m'a fait assez plaisir : «quand tu veux quelque chose, tu t'en donnes les moyens.»

 

J'ai déjà eu l'occasion de dire tout le bien de ce que je pense être l'esprit américain. La difficulté, au lieu de me miner, me transcende, mais je ne la cherche pas forcément. (je sais que cela représenterait un comportement déviant et «pathologique» psychologiquement)

 

Parfois, l'on peut avoir injustement le sentiment d'avoir tout raté, d'être passé à côté de quelque chose d'important dans sa vie, je ne suis pas différent de vous. Dans ces moments là, les ami(e)s sont d'une aide précieuse car il vous rappellent ce que vous avez fait et ce que vous représentez à leurs yeux.

 

Nous sommes tous amenés à broyer des idées noires, à nous sous-estimer, à nous cataloguer dans une catégorie particulière d'individus qui souffrent de défauts divers. J'ai donc dressé une brève liste de mes plus grandes réussites, et juste à côté, j'ai mentionné pourquoi je n'ai pas pu aller jusqu'au bout.

 

Je me suis aperçu (sans me chercher d'excuses) que la plupart du temps mes échecs étaient dû à des contraintes extérieures indépendantes de ma volonté. (moyens physiques, financiers, etc...)

 

Je vous assure que faire ce genre de travail fait un bien fou, et vous revigore. Allez, voici un florilège de cette liste.

 

====> 2003, obtention d'un baccalauréat professionnel avec mention assez bien. (à 29 ans !)

 

====> Deug Droit à la sorbonne par correspondance, 2005. Obtention de la première année en cumulant un travail à temps plein. Deuxième année : impossibilité d'obtenir un aménagement de poste. Difficulté financières considérables. réforme LMD (licence, master, doctorat) pendant la deuxième année (…). 2 modules supplémentaires à travailler. Abandon définitif.

 

=====>Finances : sortie d'un endettement excessif qui a duré trois ans. ( de 2005 à 2007 il me semble).

 

=====> Ecriture : En 2007, création d'un blog sur skyblog, puis recherche d'un site internet pour exprimer mon envie d'écrire. Bénévolat pendant quelques mois sur un site web de sport, puis «embauche» comme rédacteur web rémunéré. La suite s'écrit en parallèle et au présent sur ce blog.

 

=====> Sport : premier semi marathon en 2004, 1h29mn. 52ème sur environ 160 participants...

 

Je ne vis pas sur le passé, mais c'est un honneur d'avoir pu faire "tout ça".

 

Je n'aurais jamais pu en faire ne serait-ce qu'un quart si je n'avais pas été bien entouré et sans un soupçon d'égo. Malgré tout, je suis très certainement un scanneur. Léonard de Vinci était un scanneur aussi. Les grands voyageurs sont souvent des scanneurs également. Peut être qu'Aurélien du site «Read Me i'm famous» et que j'admire est à classer dans cette catégorie. (son site > http://www.readmeimfamous.com/)

 

Je crois en mes rêves et je renie rien, absolument rien.... Et tout cela n'est pas terminé...

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
19 juillet 2011 2 19 /07 /juillet /2011 07:00

manuel-manipulation.jpgOyé, Oyé, citoyens du web, nous sommes tous plus ou moins manipulés par quelqu'un d'autre de «plus puissant». On dupe les enfants, les salariés, les retraités, souvent pour acheter la paix sociale. On ment (ne serait-ce que par omission) à son voisin, à son époux (-se), à ses amis, à sa famille, pour préserver quelque chose de plus important encore.   

 

Bien sots sont ceux qui s'imaginent que nos gouvernants, si hauts placés qu'ils soient, disposent de la vérité universelle (…).  

 

Les manipulateurs peuvent être partout et nulle part. Nous ne pourrons jamais dire adieu définitement à tous les intrigants, même en étant très futé(e) ! 

 

 

Trève de propos alarmistes, redescendons au rez de chaussée de cette peur irrationnelle : qui n'a jamais été victime d'un étrange coup du sort et n'y a jamais vu la main de son ennemi ?. C'est pourquoi le titre est tape à l'oeil (manuel de manipulation), et l'on brûle d'envie de le feuilleter. Le sous-titre ne l'est pas moins (obtenez tout ce que vous voulez), quel vaste programme !

 

Avant d'ouvrir la première page, j'ai le sentiment d'être un démineur ou une vieille sorcière sur le point de consulter son grimoire. Je sais que je l'ouvre et que cela «n'est pas convenable» au point de vue des rapports sociaux.

 

A vrai dire,  une fois le malaise terminé, cette idée m'enchante complètement, moi qui trempe toujours vertement dans le bain du politiquement correct.

 

Certes, je ne suis pas au point de brandir cette trouvaille dans la bibliothèque et d'en faire un emblème, mais je souris déjà rien qu'à voir la tête de mon épouse quand elle me verra me diriger à la caisse avec ce livre sous le bras ... Tout cela avec l'air le plus naturel possible, bien entendu !

 

Alors, qu'est ce que je pense de ce livre ?...De quoi nager en eaux troubles en piscine d'intérieur ou d'extérieur, mais pas de quoi le faire dans une mer infestée de requins (rires). En vrac, je vous livre les premiers chapitres sur les relations quotidiennes : «comment se faire passer pour un cadeau ?», «soyez égoïste, c'est plus généreux !», «identifier ses relations de soutien».

 

La suite n'en est pas moins franche du collier pour ce qui est des échanges verbaux : «comment mener un homme par le bout du nez ?», «apprendre à parler 'femme'», «déjouer les menteurs», «apprendre à mentir vrai»

 

L'ambition était grande, sûrement démesurée. Déceler les mensonges de toutes tailles, mener des conspirations, sortir gagnant des guerres larvées, reprendre le pouvoir d'une sphère d'influence ou encore obtenir une augmentation de salaire demandait sûrement plus de 300 pages.

 

Toutefois, ce livre n'est pas déplaisant du tout. Tout d'abord en raison de son rapport qualité/prix, parfait. Ensuite parce qu'il a l'audace de tracer une ligne jaune à ne pas dépasser en matière de générosité ou de compassion, c'est si rare et surtout salvateur. (rires). Enfin, il comporte aussi quelques éléments fiables de psychologie que je connais parfaitement (notamment sur la gestuelle) et il est très compréhensible.

 

Voilà, j'ai lu ce brûlot...  je le conseille fortement surtout à ceux qui découvrent la vie professionnelle, et en général, aux personnes dont la nature généreuse joue des tours...(de pigeon ?)  

  

Manuel de manipulation, de Gilles Azzopardi (spécialiste en relations et stratégies de communication). Éditions j'ai lu 6,70 euros en bibliothèque. (ne pas choisir le format à 18,91 euros)

 

Un des sites de vente :

http://www.amazon.fr/Manuel-manipulation-obtenir-presque-voulez/dp/2290021229/ref=cm_rdp_product

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans mes lectures
commenter cet article
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 12:47

psychologie-de-l-argent.jpgEn regardant les statistiques, j'ai pu remarquer que la catégorie que vous consultez le plus est celle relative à l'argent. Cela tombe bien, j'ai beaucoup écris là dessus, étant donné que me suis penché sur le problème ces derniers mois. Alors, c'est grave, docteur ?

 

 

Pas vraiment, je crois, puisque l'un de mes principaux objectifs et surtout de désacraliser l'utilisation de l'argent. Vous en avez ? C'est bien, je ne suis pas jaloux et cela ne changera rien entre nous.

 

Vous n'en avez pas ? C'est triste et sûrement temporaire, mais ce n'est pas ce qui conditionnera nos rapports.

 

Voulez vous savoir quand j'ai gagné le plus d'argent ? Quand j'y pensais le moins. Etonnant et révélateur, non ?

 

Nos comportements déviants vis à vis de l'argent doivent être traqués et éradiqués. Il se peut que certains d'entre nous (moi compris avant de lire cet ouvrage) s'imaginent ne pas connaître du tout de problèmes avec «le fric», pour parler vulgairement... Faire la politique de l'autruche est si arrangeant. 

 

Moi même, de temps à autre, je me pose la question de savoir si je ne suis pas un peu arriviste ou radin. Pour me soigner, je me rassure, j'écris ici pour rien depuis de nombreux mois, alors que manifestement mon webmestre aimerait me donner un peu plus de sousous, ce qui arrangerait ses affaires.

 

Tout le monde devrait d'ailleurs se poser des questions sur son rapport à l'argent. C'est bon pour la santé, pour la famille, pour les amis. Cela évite aussi des réflexions désobligeantes lors de sorties (Dis-moi, gérard, ton portefeuille est toujours scotché à ta poche ?)

 

Tiens, je me souviens d'un excellent film, «le coût de la vie», dont le personnage principal (lucchini, ndlr) est un avare maladif qui va progressivement et difficilement muer.

 

«Le blé», «la tune», ou «l'oseil», ne doit pas tout régenter, même si cela serait hypocrite d'affirmer qu'il ne contribue pas au bonheur. Mais bon... assez de leçon de morale ou de philophosie.

 

Thierry Gallois est psychologue-psychothérapeute et spécialiste des comportements de dépendance. Il casse le mythe de «l'argent roi» avec un certain talent et en toute simplicité, pour le remettre à sa juste place : un outil qui peut entraîner des addictions. Le tout est parsemé d'anecdotes de ses consultations.

 

La page 81 à 84 permet de situer notre niveau de dépendance à l'argent. Suivant vos réponses, vous pourrez vous classer dans trois niveaux distincts : la dépendance simple, l'avarice ou la dépense compulsive.

 

Après avoir réalisé ce test, je pousse «un ouf» de soulagement : pas d'addiction à signaler. Bon pour le service, je vais pouvoir continuer mes douches avec des billets de 500 euros, méchant capitaliste que je suis.

 

 

«Psychologie de l'argent» de Thierry Gallois, édition «j'ai lu». 5,60 euros.

Un ouvrage d'intérêt général qui vous réconciliera avec votre porte monnaie.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans mes lectures
commenter cet article
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 18:43

vysir.gifChutttt... Je lis !. Ou plutôt, je découvre de nouveaux bouquins qui parlent de progrès que l'on doit accomplir pour apparemment changer du jour au lendemain nos vies.

 

Il paraît qu'ils contiennent des petits et grands «trucs» psychologiques à connaître absolument pour devenir un maître, en tout et n'importe quoi.

 

Et tant pis pour papa et maman, qui nous ont appris à vénérer des règles et des conventions dont l'on doit impérativement s'affranchir pour atteindre l'orgasme du bien être. Oui, car je veux hurler de plaisir jusqu'à m'éclater le gosier, et pour cela, rien ne doit m'échapper.

 

 

Cynique ? Mais noooonn, enfin, qu'allez vous chercher là.  Qu'il est bon de retrouver l'instinct animal. Je renifle, je flaire dans les bibliothèques du web et d'ailleurs, je guette la moindre proie littéraire en format de poche et pas chère.

 

Quand je l'ai enfin trouvée, je pousse des cris de soulagement, laissant éclater ma joie de consommateur rassasié. Ah, cela c'est sûr, je vais m'empiffrer de ces bêtes qui se laissent attraper si facilement.

 

Mais comme je suis quand même un peu partageur, je vous révélerai si elles ont tenu leurs promesses au point de vue succulence.

 

Surtout, ne le dites à personne.

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans mes lectures
commenter cet article
12 juillet 2011 2 12 /07 /juillet /2011 17:25

loup garou

 

 

Les faiseurs d'embrouilles ne reconnaissent jamais leurs erreurs

 

 

En effet, ils justifient toujours leurs fautes par des prétextes purement inventés...Et pour cela, ils ont l'imagination fertile !

 

Leurs défauts les plus flagrants :

 

---> ils sont fuyants et plutôt lâches (dégagent facilement leurs responsabilités sur les autres/sur vous)

---> ils manquent aussi cruellement de confiance en eux

---> ils sont complètement déconnectés de la réalité et s'inventent des ennemis ou des menaces extérieures (au sens large)

---> ils sont incapables de se remettre en question. (mauvaise foi chronique)

 

Clairement, leurs comportements sont puérils, les faiseurs (-ses) d'embrouilles sont des enfants qui, pris la main dans le sac, préfèrent la fuite pour échapper à la colère de leurs parents !

 

 

Comment les neutraliser une fois pour toute

 

Si vous avez un doute, un procédé anglo-saxon consiste à vérifier les affirmations du faiseur d'embrouille auprès d'un panel d'autres interlocuteurs que vous considérez comme fiables et neutres.

 

Une fois qu'ils sont parfaitement identifiés, trois options s'offrent alors à vous : les évincer, les éviter...ou les supporter.

 

 

Fin de la pige (ouf...)


 

 

 

 

Mes expériences/ce que j'en pense

 

Comme vous le savez, mon parcours professionnel m'a amené à brasser très tôt énormément de monde, et donc autant de personnalités différentes. J'ai dû apprendre sur moi, mais aussi emmagasiner rapidement des notions importantes sur les autres.

 

J'y voyais un moyen de survie, et je ne me suis pas trompé. A cette époque, j'aimais déjà deviner d'où partait une rumeur. Puis, plus tard, j'ai voulu cerner plus précisément ce qu'était la psychologie, ne doutant pas un seul instant qu'elle pouvait m'aider.

 

Mon flair est donc assez prononcé pour détecter «les embrouilleurs», professionnels ou amateurs.  Peut être aussi qu'un jour j'en dirais plus sur «les sujets» que j'ai déjà rencontrés, mais pas ici, et pas maintenant.

 

Certains faiseurs d'embrouilles sont des cas d'école extrêmement faciles à repérer. D'autres sont sacrément plus coriaces et nous causeront d'abord beaucoup de soucis avant de se révéler bêtement.

 

Les plus dangereux et les plus immondes, à mon sens, sont ceux qui se délectent à voir les autres s'engluer dans de splendides engueulades qu'ils provoquent. Quand je démasque ces mauvais esprits, je préfère souvent définitivement couper les ponts. (Quand la gangrène s'installe dans un membre, il devient vital de couper au bon endroit !)

 

Je n'ai pas toujours arbitré de façon aussi nette, car il m'est arrivé de croire que je pouvais changer telle ou telle personne... Des efforts vains, qui se concluaient au mieux par des échecs patents, au pire par des ennuis supplémentaires !

 

En cas de doute, j'ai déjà utilisé la technique anglo-saxonne citée plus haut, sans savoir qu'elle était reconnue... Et je vous certifie que l'on y voit plus clair.

 

 

 

 

Quelques notes humanistes de ma part, et des interrogations sur les rapports humains.

 

Enfin, je crois qu'il est clairement trop réducteur de jeter tout le monde «dans le même panier». Les langues bien pendues, par exemple, ne peuvent absolument pas être classées dans la même catégorie, et pour cause : leurs indiscrétions se font par mégarde, elles sous-estiment les conséquences de leurs paroles mais ne se régalent pas forcément à nous voir en difficulté.

 

Laissons la possibilité aux faiseurs d'embrouilles de changer dans le courant de la vie. Je ne dis pas que c'est impossible, mais c'est hautement improbable s'ils ne prennent pas conscience de leurs défauts.

 

Chaque personne possède-t-elle une dose de «positif» ou «de négatif» à nous apporter ? Quand le contact humain n'est plus une richesse mais devient un fardeau insupportable, ne vaut-il pas mieux passer son chemin ?

 

 

«L'homme est un loup pour l'homme», Thomas Hobbes (Léviathan – 1651).

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 11:37

 Ils s'appellent Pierre, Paul, ou Jacques et ils aiment les embrouilles. Oui, vous avez bien entendu, ils aiment quand le purin remonte de la fosse, tout comme certains animaux adorent se prélasser dans la boue. 

  

Vous avez probablement quelques spécimens de ce type dans votre vie professionnelle, amicale, peut être même amoureuse !

 

En vacances, j'ai eu tout le loisir d'éplucher quelques magazines dont l'un parlait de ces êtres malfaisants qui empoisonnent notre quotidien. En l'occurrence, il s'agissait du «Femme actuelle» de Juin, aussi je vais me livrer à un petit travail basique de pige et de synthèse, avant de vous parler de ma propre expérience du sujet.

 

Ben oui, je le confesse... Cela doit être mon côté «métrosexuel» qui trouve là son expression ultime (rires), mais de temps en temps j'aime lire quelques articles de mensuels féminins qui débordent d'informations pratiques, notamment sur la psychologie.

 

 

Caractéristiques des gens qui se nourrissent d'embrouilles

 

 

 

Ils créent des relations extrêmement fortes d'entrée

 

Au premier abord, ils se présentent très souvent comme des gens très sympathiques, et tissent leur toile autour de vous en racontant facilement leur vie, puis en sollicitant des confidences. Dès la première rencontre, vous vous dites : «cette personne est vraiment très agréable, mais elle vraiment trop expansive et me pose énormément des questions indiscrètes».

 

L'étau se resserre quand vous vous confiez, car là, c'est le genre de boomerang qui peut vous revenir tôt ou tard dans la figure et servir d'argument à un ignoble chantage. Dès le premier contact, il est indispensable de rester sur un terrain neutre en glissant sur d'autres sujets «bateaux» tels que ce que nous aimons comme sorties, etc... Au pire, l'on peut faire mine de jouer le jeu mais sans jamais livrer de propos qui pourraient se retourner contre nous.

 

 

 

Ils aiment se nourrir des problèmes des autres et en créer pour des riens

 

Ce sont des manipulateurs nés, qui vont systématiquement chercher à vous déstabiliser émotionnellement. Pour le faiseur d'embrouille, c'est un moyen de vous tester mais aussi de prouver sa propre valeur, sa supériorité réelle ou supposée par rapport à vous.

 

Bottez toujours en touche à ses allusions. «Il vous dit que vous risquez de graves ennuis avec votre patron suite à un dossier que vous avez mal ficelé ?». Répondez : «Ah bon ?», puis passez à autre chose. Il sera enclin à reporter son attitude sur un autre «client», plus amène.

 

Dites lui que vous n'avez pas le temps de discuter pour l'instant, que votre esprit est pour l'instant préoccupé par un tout autre problème.

 

 

 

Ils vous obligent constamment à juger ou à critiquer les autres

 

Notre faiseur (-se) d'embrouilles répond toujours présent au moindre petit ragot. Il adore critiquer et surtout influencer le cours des événements. «Il happe ses interlocuteurs dans une spirale émotionnelle négative qui abolit la pensée rationnelle», selon Isabelle Méténier. (psychosociologue)

 

Là aussi, il est de bon aloi de rester évasif dans ses réponses ou d'avouer clairement que l'on ne partage pas le même avis que lui. Il peut être aussi judicieux de recentrer le thème de la discussion sur un tout autre sujet.

 

 

 

Suite en cours de rédaction.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.