Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 15:59

 Avant de parler dans les prochains temps des SCPI, je vais tenter de répondre à une question qui revient toujours sur le tapis : j'ai tant en budget, quelle est la part de celui ci que je dois consacrer à l'investissement ?

 

J'ai lu pas mal sur cette thématique, et les opinions divergent nettement suivant des critères comme l'âge, la situation professionnelle, la situation matrimoniale, etc ...

 

Tout dépend surtout de notre tempérament, de nos envies, et de notre façon de voir l'avenir. Il y a aussi certains préjugés moraux qui planent sur les investisseurs et dont il faut impérativement se délester pour continuer à avancer en toute sérénité.

 

 

 

point-d-interrogation.jpgLe travail d'introspection, les questions à se poser

 

Quelle est la vie dont je rêve vraiment, passe-t-elle forcément par l'aisance matérielle ? (sous entendu : ne serais-je pas tout aussi heureux à élever un troupeau de moutons en Corse ?)

 

Que pourrais je faire pour atteindre cette vie rêvée dans un proche avenir ?

 

Quels risques suis-je prêt à prendre pour parvenir à ces objectifs ?

 

 

 

 

 

 

 

verrous.jpgQuelques idées reçues à abandonner sur les investisseurs

 

Les investisseurs sont des gens prêts à vendre père et mère pour faire du profit : Faux, c'est un amalgame. La grande majorité sont des gens comme vous et moi et connaissent les mêmes problèmes. Et comme partout, vous trouverez quelques brebis galeuses qui n'ont ni foi, ni lois.

 

Si j'investis, je suis un pollueur et je détruis la planète : Faux. Certains entrepreneurs font fortune dans le secteur des énergies durables ou du recyclage. Seriez vous gênés à l'idée de miser quelques euros sur le développement de ces sociétés ?

 

 


 

 


 

outil.jpgCalculer votre indice de risque optimal (IRO) suivant votre profil

 

C'est le pourcentage de notre budget que nous sommes prêts à perdre dans un investissement qui comporte des risques (petits ou grands), suivant des critères précis et propres à chaque individus.

 

Le mode de calcul le plus pertinent que j'ai trouvé jusqu'à présent est celui proposé par Marc Fiorentino dans «sauvez votre argent».

 

Bon, c'est vrai, je n'ai pas trop apprécié l'ensemble de cet ouvrage surtout pour son point de vue très noirâtre, mais il n'en reste pas moins que cette détermination de l'IRO est si précise que je compte l'appliquer à mon budget personnel.

 

 

 

 

1/ Faites : 80- (votre âge) (pour une personne seule) ou 80 – (moyenne de vos âges) pour un couple.

 

2/ Ajoutez au résultat obtenu 5% si vous êtes une femme, retranchez 5% si vous êtes un homme, 0% si vous êtes un couple.

 

3/ Ajoutez de 0 à 10% suivant votre appétence au risque.

 

4/ Ajoutez (ou retranchez) de 0 à 10% en fonction de votre jugement sur la solidité (ou la fragilité) de votre situation financière (revenus et patrimoine)

 

5/ objectifs de gestion (un seul de ces objectifs doit être choisi), vous souhaitez :

générer des revenus complémentaires, ajoutez 10%

optimiser la rentabilité de vos placements, ajoutez 5 %

constituer une épargne de précaution, n'ajoutez rien

Préserver ou transmettre un capital : enlevez 10%

 

Le résultat peut être négatif, dans ce cas votre IRO sera de 0%. Il est vivement conseillé que votre IRO ne dépasse pas les 50%.

 

 

 

travaux.jpgCommentaires

 

La question d'inclure les fonds disponibles du Livret A (ou son équivalent) pour calculer l'IRO ne se pose plus, à mon avis, du fait de son taux peu rémunérateur.

 

Pour ma part, le pourcentage obtenu (27% d'IRO) m'incite fortement à remettre en cause la gestion de mon budget qui va prendre une trajectoire assez différente d'ici quelques mois, ceci afin de répondre à une stratégie de diversification.

 

Ainsi, on peut décomposer notre budget en plusieurs tranches, et les faire progresser à des vitesses variables :

 

- Une vitesse lente, au rythme du Livret A (2% annuels)

 

- Une vitesse de croisière, avec des produits au rendement compris entre 2 et 4,5% annuels maximum

 

- Une vitesse qui pourrait être «ultrasonique», grâce à des produits un peu plus risqués qui offrent des perspectives supérieures à 5% annuels, en respectant bien sûr les proportions de notre IRO.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 05:14

 

 

 

 

Certains d'entre nous sont plus sensibles que d'autres aux couleurs. Les couleurs ont un langage et

des vertus thérapeutiques plus ou moins prouvées scientifiquement. Elles influent probablement sur notre vie quotidienne par leurs vibrations énergétiques. Pourraient-elles soigner le corps et l'esprit ? Certaines méthodes de traitements tendent à le prouver.

 

 

Le rouge : symbolise la combativité, le feu, le sang et le coeur. Cette couleur est en étroite relation avec la passion ou la colère. Très souvent aussi, elle évoque la guerre.

 

Apport psychologique présumé : soin de la timidité. Des tests scientifiques démontrent que les équipes sportives qui évoluent avec cette couleur prédominante de maillot s'adjugent plus facilement la victoire. (influence notable sur le mental des joueurs) 

 

 

Le noir : symbolise la nuit, l'enfer et l'eau. Étroitement en liaison avec les deuils ou la tristesse.

 

Apport psychologique présumé : aucun. (ou très négatifs) 

 

 

Le blanc : considérée comme la mère de toutes les couleurs, elle symbolise la clarté (donc le jour), les lieux grandiloquents, la pureté, et surtout la virginité. Quelquefois mise en relation avec le deuil en corrélation avec la glace, ce qui peut répondre à un besoin de «figer» pour l'éternité.

 

Apport psychologique présumé : soin des dépressions, peut répondre à un besoin de purification.

 

 

L'orange : obtenue à partir du mélange du rouge et du jaune, cette couleur évoque le soleil couchant, mais aussi le dynamisme sexuel, la créativité et la gaieté.

 

Apport psychologique présumé : vitalité. Peut être du fait des qualités nutritionnelles du fruit qui porte le même nom...

 

 

Le jaune : Evoque l'or, le rayonnement excessif du soleil, le luxe, et par association la sagesse, l'équilibre et l'illumination intérieure.

«Le jaune vif» et ses reflets dorés incarne richesse et raffinement, tandis que le jaune pâle a pour connotation la traîtrise, l'adultère et la jalousie.

 

Apports psychologique présumé : fortification mentale.

 

 

Le vert : c'est la représentation de la jeunesse par extension de l'évocation de la floraison des fleurs et des végétaux.

 

Apport psychologique présumé : favorise le calme.

 

 

Le bleu : incarne la sérénité, le ciel, le caractère noble des pensées.

 

 

Apport psychologique présumé : calme et purification

 

 

Le Rose : couleur assez liée à l'amour tendre et à des sentiments très doux. 

 

Apport psychologique présumé : tendance à adoucir les sentiments et à inciter au calme.

 

 

 

En vidéo, un exemple de traitement par luminothérapie ou photothérapie, technique utilisée notamment pour remédier au blues hivernal.

 

Ma couleur préférée reste le rouge...Quelle est la vôtre ?

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 13:49

joconde.jpgDepuis quelques années, j'expérimente un moyen de gestion de l'aspect économique de ma vie courante, un test qui pour l'instant, s'avère très concluant....Non seulement je suis parvenu à me sortir d'un endettement excessif, mais en plus, j'ai réalisé de belles économies. 

 

Le principe est simple, il s'agit toujours de prévoir une solution de repli sérieuse au cas où.

 

Ce mode de fonctionnement pourrait se résumer par cette adage : «ne jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier»...C'est une stratégie très simple, il faut juste être un poil prévoyant.

 

Depuis 2 ans, j'écris donc sur deux sites (j'ai toujours eu un blog), j'ai deux comptes bancaires, au moins deux sources de revenus, et en général je prévois toujours au moins un plan de secours quand je prépare quelque chose d'important. En remontant deux années en arrière, j'avais aussi deux comptes de poker et deux boutiques numismatiques (une sur eBay, l'autre sur delcampe.fr)

 

Pour ceux qui sont trentenaires comme moi, souvenez vous de la génération de nos parents. Le père devait travailler et son seul revenu du travail suffisait amplement à faire vivre la famille.

 

Depuis, la vie en couple a profondément évolué, les deux parents doivent travailler pour assurer le train de vie quotidien du foyer. De même,les modalités de gestion des finances personnelles ne sont plus du tout les mêmes que celles de nos parents, eux qui pouvaient se contenter de placer sur des livrets pour être sanctifiés comme d'excellents gestionnaire.

 

Pour moi, une gestion plus agressive est indispensable, étant donné que notre budget est constamment attaqué par l'inflation. Par gestion plus agressive, j'entends par là qu'un certain pourcentage de notre épargne (entre 5 et 40% suivant notre aptitude au risque) doit obligatoirement être investi pour préserver notre train de vie futur.

 

C'est pourquoi, une fois le fameux fonds d'urgence constitué (6 mois de salaire d'avance), libre à nous de décider quel pourcentage dédier à ces investissements, suivant des critères comme notre tempérament, notre âge ou encore les opportunités qui se dessinent, cela s'appelle la détermination du profil de risque,j'y reviendrai en évoquant ce que nous propose Marc Fiorentino pour en avoir le coeur net.

 

 

 

La mise en compétition des services

 

Le contexte économique actuel nous oblige à sélectionner avec rigueur les achats ou les prestations de service. En tant que client dans cette période de crise, notre salut ne réside que dans cette concurrence acharnée.

 

Nous sommes ici dans une arène, où se battent les gens qui peuvent vous payer un service (les employeurs) et ceux qui gèrent votre argent. (les banquiers)

 

Si vous choisissez la solution de les dupliquer, vous les laisserez se battre entre eux, et par voie de conséquence, vous n'aurez plus qu'à proclamer le vainqueur. Une solution de rechange présente aussi un autre intérêt majeur : elle nous épargne bien des démarches inutiles dans une situation stressante.

 

Il est vrai que trouver une seconde activité rémunérée n'est pas toujours facile. Tout ira crescendo, sans que vous n'ayez à forcer, une fois que vous aurez compris qui vous êtes et ce pour quoi vous êtes le plus doué.

 

 

 

Les récompenses

 

Le sentiment d'une certaine indépendance, une liberté de choix, et aussi, il faut le dire, la certitude de ne jamais avoir d'ennuis majeurs.

 

Paranoïa ? prévoyance poussée à l'extrême ? Je dirais plutôt que c'est de la logique pure.

 

 

Gérez comme moi ces aspects de votre vie courante, et je vous garantis que vous verrez la vie en rose.

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 07:39

cascade.jpg

Après l'article d'hier qui traitait de l'augmentation des prix sur l'année 2011, le sentiment général peut se révéler très pessimiste, voire alarmiste.

 

Or, comme le faisait remarquer intelligemment Annie (son blog ici > link ), il existe des ficelles méconnues du grand public. Voici l'une de ces petites astuces pour sauvegarder notre pouvoir d'achat.

 

L'eau est une ressource naturelle précieuse, l'économiser est un signe de respect pour l'environnement.

 

La plupart de nos équipements sanitaires comme les pommes de douches ou les robinets sont dotés des débits standards. Ces «débits standards» peuvent être modifiés grâce à l'aide de petit régulateurs, qui diminuent la pression. Vous pourrez ainsi faire baisser votre consommation d'eau jusqu'à 60% !

 

Les installations sont rapides à effectuer, inutile d'être un pro du bricolage. Les prix de ces installations varient entre 5 et 10 euros en moyenne, et elles sont vite rentabilisées.

 

Bref, vous faites d'une pierre deux coups : vous réduisez votre facture d'eau tout en adoptant un comportement écocitoyen.

 

Un des sites de vente de ces régulateurs :

http://www.dynavive.eu/regulateurs-eau-robinets.html

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 08:20

"Seul m'importe l'essentiel"

Alain Fournier (1886-1914)

 

"Il nous faut peu de mots pour exprimer l'essentiel, il nous faut tous les mots pour le rendre réel"

Paul Eluard (1895-1952)

 

"Il n'est rien d'essentiel à l'homme qui ne soit figuré naturellement, dans le caillou, la plante, ou la bête"

André Pieyre de Mandiargues (1909-1991)

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 15:09
 

En ce bas monde, il existe des personnes qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.

 

Lorsqu'il s'agit de prendre du recul pour mieux analyser, elles sont totalement paralysées, se laissent submerger par leurs émotions ou leurs peurs, comme si toute faculté de «voir de plus haut» leur avait été confisquée.

 

J'ai une petite anecdote à ce sujet. Il y a quelques jours, une professeur de français m'a raconté cette histoire, disons le franchement, assez risible. Elle demandait à un élève de recopier le terme «activité» au pluriel. Celui ci s'est exécuté rapidement, en écrivant ces lignes : «activité au pluriel».

 

Alors bien, sûr, c'est digne «du dîner de cons», on pourrait disserter là dessus pendant des heures et se lamenter sur la valeur actuelle de notre système éducatif, mais l'on va s'éloigner du sujet principal...

 

Le tort de cet élève se résume ainsi : son interprétation a été littérale, il n'a pas su différencier «l'esprit de la lettre».

 

Pendant l'adolescence, j'étais un peu comme lui... Je dis «un peu», car si j'avais une peur bleue d'aller au tableau pour des exercices de mathématiques (car dans ce cas, j'étais tout juste bon à recopier l'énoncé), cette honte m'a toujours été épargnée en Français. (dieu merci)

 

Et puis, bien plus tard, j'ai compris. J'ai compris que tout ce qui nous entoure peut se décomposer en des milliards de particules, elles mêmes séparables en autant d'autres unités plus infimes encore.

 

Nous n'aurons jamais assez d'une vie entière pour expliquer les mystères de la nature, nos comportements, nos différences, ce qui a fait de nous ce que nous sommes actuellement, ou encore l'origine profonde de nos ambitions. 

  

Il faut prendre conscience de cela, c'est le point de départ de l'envol de cette espèce de pensée supérieure. Nos points de vue gagneront toujours à prendre de l'altitude, à s'extraire de la médiocrité du simple aperçu «terre à terre» pour décoller et s'offrir un paysage plus large encore. D'ailleurs, les décisions qui seront prises n'en seront que meilleures.

 

Cette capacité à voir derrière la façade nous est offerte à tous sans distinctions, c'est une arme de choix, qui, si elle bien employée, peut nous permettre d'éviter des erreurs comme des gestes ou des paroles déraisonnables... Mais le plus important, c'est qu'elle révèle nos capacités illimitées !

 

Bien sûr, le but n'est pas de créer un monde aseptisé vidé de toutes émotions, ni de tout intellectualiser, mais simplement de gagner en noblesse d'âme en maîtrisant le maniement de cet arme exceptionnelle dans les moments opportuns.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 17:25

dessin-de-leonard-de-vinci.jpgPour avoir connu pas mal de sociétés privés (plus d'une vingtaine, il me semble), puis la fonction publique depuis maintenant 10 ans, j'ai connu différents types de management.

 

Dans l'absolu, nous sommes tous des managers, ne serait ce que dans la vie quotidienne... Voici quelques notions de base sur l'autorité, saupoudrées d'un point de vue personnel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les différentes formes d'autorité

 

Autorité de pouvoir : c'est à dire qui émane des lois et règlements en rapport avec les institutions publiques. Héritage de «l'impérium» en droit romain, c'est le droit conféré par l'état à une personne d'exercer des fonctions de commandement.

C'est le cas du procureur par exemple, qui peut dessaisir un juge d'une affaire particulière.

 

Autorité de fonction (ou de statut) : elle découle de l'organigramme d'une entreprise, d'une association, d'une famille...

 

Autorité de compétence (ou autorité naturelle ou légitime) : nous parlons ici de pouvoirs qui découlent des savoirs (savoir-faire et/ou savoir-être), dont l'exercice a donné des résultats reconnus.

 

 

Les six qualités d'un bon manageur

 

---->La perspicacité créative (poser les bonnes questions)

 

---->La faculté de gérer la susceptibilité de ses subordonnés (ou sensibilité)

 

---->La capacité à pouvoir se projeter dans l'avenir (évaluer les besoins du futur)

 

---->La faculté d'adaptation

 

---->L'aptitude à canaliser les énergies de tous vers un objectif commun

 

---->La patience (l'aptitude à s'intéresser au long terme)

 

 

Mes expériences

 

La meilleure des formes de commandement reste une méthode de gestion humaine des subordonnés, sans tomber dans un misérabilisme destructeur.

 

Le juste milieu n'est pas toujours évident à trouver, coincé entre une des supérieurs exigeants et «la base», qui se sent incontestablement très éloignée des préoccupations des têtes pensantes.

 

Indéniablement, j'ai remarqué que les qualités les plus appréciées chez un supérieur sont la franchise, la compétence, la conscience professionnelle, et l'ouverture d'esprit....

 

J'ai connu des responsables rampants devant leur hiérarchie, et odieux avec leurs subordonnés. Ce sont les pires exemples de ce que la société peut produire comme excès d'individualisme.

 

De même, j'ai aussi côtoyé des supérieurs transformés en des «bénis oui-oui» alors même qu'ils étaient soumis à des exigences totalement irréalisables.

 

Bref, rester soi même, savoir jongler entre la base et les supérieurs hiérarchiques directs n'est pas donné à tout le monde, c'est un sacerdoce qui doit s'accompagner d'une perpétuelle remise en question.

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 13:37

credit-immo.jpgAprès deux mois et demi d'intenses tractations, de péripéties en tous genres, de formulaires barbants, le rachat de mon crédit immobilier est maintenant finalisé, au taux très attractif de 2,97 % sur 6 ans, sans souscrire d'assurance habitation.

 

C'est le moment que je choisis pour vous livrer mon point de vue sur les agences de courtage en crédits, avec quelques remarques pratiques.

 

Dans un premier temps, il important pour moi de vous préciser qu'au départ, j'avais une crainte énorme à l'idée de faire appel à leurs services. En effet, la possibilité de me faire arnaquer n'était pas à exclure, et cette hypothèse là, comme tout le monde, était loin de me réjouir... Et puis, j'ai vite compris que j'avais à y gagner.

 

 

Mes arguments pour les agences de courtage :


 

 

----> Vous ne payez rien tant que vous n'avez pas de résultats...En effet, vous mandatez l'agence de courtage pour rechercher un meilleur taux, et celle ci «ne se sert» que sur une infime partie de la somme que vous empruntez, une fois que votre crédit est signé.

 

-----> Une agence de courtage en crédits n'a aucun intérêt à duper ses clients, et même si cela devait être le cas, vous lui feriez de la mauvaise publicité en brisant un pan de sa notoriété, lui empêchant ainsi d'avoir accès à des clients potentiels supplémentaires.

 

-----> Maintenant, imaginons que vous souhaitiez renégocier votre crédit directement avec votre banque (ou une autre) sans passer par cet intermédiaire...C'est bien sûr terriblement tentant pour éviter les frais de courtage, sauf qu'en procédant de cette manière, vous ne pèserez pas grand chose en tant que particulier face à la banque concernée.

 

Sur ce point, je m'explique : une agence de courtage négocie des dizaines de contrats par jour, elle se passe d'énormément d'intermédiaires et saute les cases «conseillers» ou «directeurs d'agence» en s'adressant directement à la caisse régionale d'une banque...Et que fais ce responsable de caisse régionale avec quelqu'un qui est susceptible de lui ramener énormément de nouveaux clients ? il propose ses conditions les plus avantageuses.

 

 

Les bémols que j'ai pu trouver :

 

Les frais de courtage sont négociables : j'ai réussi à économiser 20% de ces frais grâce au contact que j'avais avec le mandataire.... Et tout le monde peut faire la même chose !

 

La souscription d'un nouveau crédit se double souvent d'une adhésion à une nouvelle assurance habitation, c'est un des éléments du contrat qui est présenté comme une obligation mais qui reste négociable également.

 

 

Pourquoi faire appel à un courtier en crédits, aujourd'hui

 

Si à l'heure où j'écris cet article, le rachat de crédit n'est plus très intéressant en raison de la remontée des taux d'intérêts, il n'en demeure pas moins qu'une agence de courtage en crédits possèdent bien d'autres cordes à son arc :

 

----> la recherche d'un crédit immobilier aux meilleures conditions "du moment".

----> le regroupement de multiple crédits en un seul, qui permet de sortir la tête de l'eau financièrement surtout si votre taux d'endettement est supérieur à 30%.

----> Quelques placements financiers qui peuvent être intéressants.

 

Je suis un peu plus circonspect pour ce qui est de faire appel à leurs services en ce qui concerne la recherche pure et dure d'un crédit immobilier... Il vaut mieux, à mon avis, toquer à toutes les banques en prenant tout son temps.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 08:00

 

Avant hier soir, j'ai eu l'occasion de regarder l'émission «Capital» sur M6, consacrée aux entrepreneurs.

 

Malheureusement, les images sont encore trop récentes pour en retrouver des extraits sur internet, c'est pourquoi j'ai sélectionnée cette vidéo d'un peu plus de 7 minutes qui traite des auto-entrepreneurs.

 

 

L'idée d'Elisabeth

 

Elisabeth venait juste d'être licenciée pour des raisons économiques. Elle a trouvé un créneau porteur et l'a développé sur internet, une idée qui lui permet de gagner sa vie aussi bien qu'auparavant en tant que salariée.

 

Son business, c'est de surfer sur la vague des personnes qui n'ont pas les bagages techniques nécessaires (ou le temps) pour aménager des montages vidéos à partir de leurs photos, de leurs vieilles pellicules, ou de leurs caméscope.

 

Son statut d'auto-entrepreneur lui permet de bénéficier d'un régime fiscal très avantageux, de simplifications de démarches administratives, ainsi que d'un emploi du temps en parfaite adéquation avec ses contraintes familiales.

 

Jean, son mari, a également suivi cette voie de l'entreprenariat, ayant subi lui aussi les conséquences d'un licenciement économique.

 

 

Mes commentaires

 

Plus d'un français sur trois voudrait devenir son propre patron.

La question de la création d'une activité ne se pose pas beaucoup pour les chômeurs fraîchement licenciés qui ne retrouvent pas de travail immédiatement... C'est d'ailleurs souvent ce qui décide le passage à l'acte.

 

Quant à ceux qui ont déjà un travail mais rêvent d'un nouvel eldorado, rares sont ceux qui osent le quitter définitivement pour se lancer.

 

Pour cette frange d'actifs, c'est souvent l'occasion d'un choix cornélien :

 

- Soit ils font «le grand saut» du jour au lendemain en quittant leur travail pour faire démarrer leur projet, ce qui est particulièrement périlleux. (à moins d'avoir les reins très solides financièrement)

 

- Soit ils débutent une activité parallèle à leur travail, quelque chose qui leur plaît énormément et n'est pas synonyme de corvée, tout en espérant qu'un jour, les revenus générés par cette seconde activité seront suffisants pour cesser d'être employé.

 

Un des défis majeurs de l'avenir sera de répondre à la demande sans cesse croissante du secteur tertiaire (celui des services), en particulier pour ce qui concerne les aides aux personnes âgées.

 

 

La législation en vigueur actuellement pour les auto-entrepreneurs via cet excellent site :

http://www.autonomia-france.com

 

Et enfin, les aides accordées en matière de crédit pour les auto-entrepreneurs > link 

 


 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans des vies et des réussites
commenter cet article
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 13:59

 thermes.JPG

Prendre soin de son corps, retrouver la paix intérieure et fuir le stress de la vie quotidienne pendant quelques heures...

Les thermes nous offrent cette garantie d'évasion et depuis que j'y ai personnellement goûté, je ne m'en lasse plus.

 

Ce n'est sûrement pas un hasard si les romains s'y prélassaient souvent, eux qui aimaient mettre en pratique la citation extraite des Satires de Juvénal : «Mens sana in corpore sano» (un esprit sain dans un corps sain).

 

Mais rendons à César ce qui lui appartient  ...Bien avant eux, les grecs avaient installé au sein de leurs gymnases les premiers bains destinés à l'hygiène des sportifs.

 

Ces installations sanitaires évoluèrent progressivement au fil du temps, avant que ce concept ne soit repris par les romains puis considérablement amélioré, aux alentours du 1er siècle avant J.C.

 

Un seul indicateur m'a permis de prendre conscience de l'utilité de s'y rendre de temps à autre : quand j'en sors, je ne suis plus tiraillé par l'envie de fumer.

 

Les établissements destinés au bien être ont le vent en poupe en ce moment, ils répondent à un besoin énorme... Les thermes n'échappent pas à cet engouement, car, dans une société où tout va toujours plus vite, se préserver au moins quelques heures pour la détente est devenu indispensable.

 

Vous trouverez des thermes plus ou moins restrictives dans leurs conditions d'accès, les prix d'entrée qu'elles pratiquent, les prestations offertes. En fonction du tarif d'accès, elles vous offriront une gamme plus ou moins étendue de services, qui vont du massage aux soins corporels.

 

La prestation de base comprend une salle de bain tiède, une salle de bain chaud, un hammam et une étuve sèche.

 

Il est important de dissocier les thermes (qui sont des centres «thermoludiques») des cures thermales, à vocation purement médicale.

 

Liste des thermes dans la france entière :

http://www.thermes.org/

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.