Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 17:23

Il y a quelques mois, j'ai fais un rêve très étrange.

 

Comme je l'ai déjà dit, j'aime assez les sports extrêmes, je compte d'ailleurs me faire un petit plaisir en leur consacrant une semaine entière.

 

Un rêve est justement venu pointer du doigt ce goût prononcé pour les sensations. Je me trouvais sur les lieux d'un rallye, en simple spectateur. C'est assez curieux car ce n'est pas à proprement parler ma tasse de thé, les sports mécaniques, même à la télévision...

 

Positionné dans un virage, j'observe les bolides qui passent à une vitesse fulgurante. L'un d'eux reste bloqué dans un fossé. Le pilote et le copilote sortent et pestent, sans jamais se départir de leurs casques et de leurs tenues.

 

Ils ont un mal de chien à pousser le véhicule, alors je leur donne un petit coup de main. Quand le moteur commence à vrombir, les deux m'invitent de la main à rentrer dans l'habitacle à l'arrière. (?!)

 

J'hésite, je tergiverse. Finalement trop tenté, je prend place. Le conducteur de cet engin est un vrai prodige du volant, il récupère un à un tous ceux qui le devance en prenant des risques insensés...A l'arrière, moi qui suis pourtant normalement ravi dans ce genre de situation, je bénis le seigneur d'être encore en vie.

 

Peu de temps après l'arrivée, je retrouve mes deux acolytes. Au moment où ils retirent leur casque, je remarque que le conducteur est en fait une femme. J'avais déjà remarqué son casque aux couleurs argentés, orné de motifs guerriers.

 

Dès le premier coup d'oeil, je remarque que je lui plais. Elle n'est pas particulièrement jolie, mais elle m'attire irrésistiblement. Il ne m'en faut pas plus pour l'étreindre et l'embrasser fougueusement, comme dans les romans à l'eau de rose... Puis, plus de son, ni d'images... (grrr)

 

J'ai cherché une signification à ce rêve, je l'ai trouvé.

C'est apparemment «un rêve érotique soft». Il semblerait que cette femme n'était que la représentation d'une partie de ma personnalité qui me plait le plus. En clair, je me serai donc embrassé moi même (euh... j'ai un peu honte là, c'est pas un peu homosexuel ou narcissique, comme pratique ?)

 

Les rêves prémonitoires existent aussi, j'ai eu l'occasion d'en faire quelques uns. Savoir interpréter ses rêves peut donc permettre de mieux se connaître, de corriger des défauts, de percer les mystères de notre subconscient, voire pourquoi pas, d'anticiper des périodes à venir.

 

Voici un excellent site d'analyse de nos rêves par mots clefs que j'ai découvert par le plus grand des hasards :

http://www.signification-reve.com/

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 12:00

clav.jpg

Etre payé pour écrire sur internet sans références, c'est possible ? En fait, je me suis posé la question pendant pas mal de temps...

 

Jusqu'en 2007, je tenais un blog sur skyrock, et à son point culminant, il comptait environ 35 visites quotidiennes.

 

Sur cet espace, je parlais un peu de tout et n'importe quoi, sans ligne éditoriale précise.

 

Bien qu'étant le fruit d'un travail acharné de ma part, cette notoriété soudaine et inattendue m'avait un peu surpris et me faisait parfois un peu peur.... La peur de la faute d'orthographe qui tue, la peur de ne plus rien à avoir à dire, la peur d'être radié aussi de skyblog (il faut l'avouer aussi), car j'aimais flirter avec la ligne jaune en publiant quelques textes érotico-romantiques. (Et oui !)

 

Après 2007, j'ai cherché pendant environ deux ans un site ou m'exprimer... Direction google et son moteur de recherche en tapant «recherche rédacteurs web».

 

J'ai mis deux longues années pour enfin trouver enfin chaussure à mon pied, en me servant de mon ancien blog pour faire valoir mes compétences. Je remercie encore celui qui m'a laissé cette chance de pouvoir être payé pour écrire, même si j'ai dû commencer en bénévolat.

 

C'est grâce à des personnes aussi ouvertes d'esprit que les vocations peuvent éclore, et le simple fait de récompenser en monnaie sonnante et trébuchante mes lignes était encore inimaginable il y a quelques années encore.

 

Alors, je le clame haut et fort : oui, vous pouvez gagner de l'argent en écrivant, même sans références notables.

 

Actuellement, un site recherche des rédacteurs :

http://www.suite101.fr/contributeurs

(rémunération au nombre de visites)

 

http://www.wikio-experts.com/signup/form?sponsor=9927

(5 à 15 euros l'article)  Lien qui n'est plus fonctionnel

 

Il y a ceux qui prennent le train et ceux qui restent sur le quai... Peut être que vous ne gagnerez jamais votre vie en écrivant mais vous pourrez au moins arrondir vos fins de mois.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 15:27

pensez-gerer--jpg"Pensez, gérer, gagnez" est le genre d'ouvrage à ne pas louper, sous aucun prétexte.

A des milliers d'années lumière du pessimisme ambiant, Daniel Sévigny y développe les bénéfices inestimables que l'on peut tirer de "la pensée positive".

 

Sévigny part du postulat que si "nous broyons du noir" constamment, il ne peut jamais rien nous arriver de bien, et je ne peux qu'adhérer à cette idée.

 

Loin de lui la volonté de nous embrigader dans une secte ou une religion quelconque, ses propos sont exclusivement axés sur le développement du potentiel insoupçonné de notre volonté.

 

Avec une plume d'une légèreté exceptionnelle, il nous dévoile un large panorama des défauts qu'il nous faut combattre pour réussir, nous poussant sans cesse dans les recoins de l'introspection.

 

J'ai eu beau chercher, je n'ai rien trouvé qui me déplaisait vraiment, mis à part (peut être) quelques formules mentales qui peuvent paraître incantatoires et peuvent laisser sceptiques au premier abord.

 

Personnellement, et bien avant d'avoir lu cet ouvrage, j'appliquais déjà certains principes comme "l'écriture positive", c'est à dire le fait de considérer par écrit que mes objectifs sont déjà réalisés.

 

Etant d'un naturel très exigeant avec moi même, j'évite quand même ce procédé dans le journal personnel que vous trouverez ici, qui est d'une objectivité absolue.

 

Encore merci à Flavia qui m'a conseillé ce livre... Il vous en coûtera environ 18 euros pour l'obtenir, mais qu'est ce que 18 euros par rapport à ce qu'il peut vous apporter personnellement ?


autre livre en cours de lecture : "cheminer vers l'éveil" du Dalaï Lama.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans mes lectures
commenter cet article
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 08:00

Aujourd'hui je souhaite vous apporter un petit plus qui tient plutôt du domaine de la psychologie, et qui permettra de mieux cerner votre nature profonde.

 

Suis je quelqu'un d'entrepreneur ou quelqu'un de plutôt «passif» ? Il est parfois difficile de répondre à cette question.

 

Pour parvenir à y répondre, je vais utiliser une classification par «profils bestiaux» que j'utilise pour étalonner mes adversaires au poker. Ce n'est que mon opinion, mais je suis intimement persuadé que cette typologie établie par l'excellent joueur Phill Hellmuth est transposable à la vie courante, en particulier pour tout ce qui touche à la gestion de nos ressources financières.

 

 

L'analogie est facile, il n'existe que quatre types de profils bestiaux propres à chaque joueur.

 

 

 

sourisLa souris : ultra prévisible dans le jeu. Au poker, lorsqu'elle «identifiée» comme telle par les joueurs, tout le monde passe son tour. Elle se fait systématiquement bluffer car elle est très impressionnable. Elle ne participe que très rarement au jeu, et quand elle le fait, c'est parce qu'elle a un jeu énorme. La souris gagne très peu parce qu'elle prend ne conçoit par le risque, elle ne bluffe donc jamais. Ses gains à ce jeu : nuls ou peu importants.   

Dans la vie courante, il pourrait s'agir de personnes qui veulent devenir rentière uniquement en faisant fructifier leurs économies sur des placements ne comportant aucun risque. Par ailleurs, elles n'aiment pas les situations conflictuelles et s'opposent rarement. Peu créatives et entrepreneuses de par leur nature... mais elles s'en moquent ouvertement.

  

 

 

 

elephant.jpgL'éléphant : Au poker, c'est un joueur qui se fout du résultat sur le long terme. Il joue sans tenir compte des probabilités, il est de tous les coups et s'engage à la légère en ne sélectionnant jamais ses cartes. Il paye donc à chaque tour d'enchère, il est plutôt passif et voit ses jetons s'envoler comme neige au soleil. Ses gains à ce jeu : nuls ou peu importants.

 

Dans la vie courante, c'est probablement quelqu'un qui n'agit que par impulsion. Il ne se renseigne jamais (ou très peu) sur ce qu'il compte faire ou acheter. Il n'est pas particulièrement habile pour défendre ses intérêts et n'arrive pas à concentrer ses efforts,  ses projets échouent souvent pour ces raisons. Il peut être entrepreneur, mais connait toujours d'énormes difficultés en tant que gestionnaire.

 

 

 

 

chacal7.jpgLe chacal : Au poker, c'est un joueur très agressif et insondable, qui aime bluffer. Son jeu est totalement illisible, car il peut très bien jouer de différentes façon une main "puissante" ou "faible". Pour cette raison, il martyrise souvent les joueurs de la table où il se trouve. Ses gains à ce jeu : assez importants à faramineux.

Dans la vie courante, on peut le comparer à quelqu'un qui n'obéit à aucune logique particulière, et ne suit jamais les mouvements de masse. Il se démarque du troupeau chaque fois que c'est possible parce qu'il veut toujours se distinguer, une manière de donner du piment à son existence. Amoureux de l'innovation et de la créativité,  C'est l'archétype de l'entrepreneur ou de l'artiste. 

 

 

 

 

 

lionLe Lion : Au poker, il peut rester "endormi" très longtemps sur une table ou faire de la figuration. Dans les gros coups, Il attaque fortement avec des mains "à potentiel" et fait payer très cher ceux qui s'attaquent à ses intérêts. Il sait aussi bluffer au moment opportun et lit très bien le jeu. Il n'est pas impressionnable. Ses gains à ce jeu : assez importants à faramineux. 

Dans la vie courante, il peut tantôt être comparé à un paresseux («en phase d'hibernation»), tantôt à un «fonceur» quand il a effectué ses choix, après une période de réflexion très variable. Il est déterminé, ne rechigne pas à taper du poing sur la table quand les événements le nécessite. Contrairement au profil précédent, il attendra patiemment des "moments clefs" pour agir. Entrepreneur, il est à l'affût des meilleures opportunités. 

 

 

 



 

 

Nous appartenons forcément à l'un de ces profils animaliers, j'en suis intimement convaincu.

 

Il est à noter que ces portraits ne sont «pas purs», c'est à dire que nous avons une prédominance souris, éléphant, chacal ou lion, combinée avec une autre tendance de la même typologie, suivant nos humeurs.

  

Bon, j'arrête là... Cela devient "30 millions d'amis" ... 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 13:22

 

mur.jpg 

Vous est il déjà arrivé d'avoir la sensation de vous trouver face à un mur qui vous empêche d'avancer ?

 

Comme tout le monde, j'ai été confronté à cette situation. Mais, justement, de quoi peut être constituée cette muraille ?

Elle peut très bien être bâtie d'une conjugaison de problèmes, elle peut naitre de l'incompréhension, de l'intolérance, de difficultés passagères à gérer le quotidien, de limites fondamentales que l'on s'impose, plus ou moins inconsciemment.

 

Se réfugier dans l'espoir avec une phrase du type «cela ira mieux demain» est alléchant... Mais si vous ne faites vraiment rien pour remédier à vos tracas les plus importants, "le mur de problèmes" s'étendra jusqu'à perte de vue.

 

Je prends un exemple concret : vous voulez changer de job. (c'est une complainte que j'entends souvent ces derniers temps). Vous avez envie de changer d'air, vous vous sentez méprisés, prisonnier d'un emploi que vous avez choisi par la force des choses ou qui ne vous donne plus satisfaction.

 

Eh bien, agissez, quoi qu'il en coûte en terme de démarches ou d'argent.

 

A 22 ans, je suis parti d'une entreprise où j'étais embauché comme manutentionnaire/opérateur machine (bon à tout faire...), c'était pourtant mon premier CDI. Il était extrêmement dur pour moi de quitter cette société car je n'avais pas un sou en poche, mais je ne supportais plus les promesses jamais tenues, les entorses au code du travail, etc...

 

La réplique du chef d'entreprise, quand je lui annoncé ma volonté de partir, cingle encore à mes oreilles : «pourtant, avec Mr H (le contremaître), on comptait vous augmenter, vu vos capacités professionnelles...»

 

Même si la suite a été moins réjouissante avec quelques années de galère, je ne regrette pas mon choix à présent, tant en terme de condition de travail, de qualité de vie ou encore de salaire.

 

Personne ne doit acheter votre liberté... Encore moins si celle ci est guidée par des perspectives d'évolution à plus ou moins long terme.

 

Depuis cet épisode, j'ai connu «d'autres murs de problèmes»...Mais quand je croise un mur si imposant qu'il m'empêche de poursuivre mon chemin tranquillement, je suis capable de le longer pendant des kilomètres pour passer quand même... Et je sais qu'il y a toujours une faille, même dans les structures en béton armé.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 11:40

 logo-fondblanc.gif

Dans un précédent article, je vous parlais du boom des achats groupés et des opportunités qui en découlent pour les consommateurs que nous sommes. Par ces temps de crise pour notre pouvoir d'achat, c'est bien normal, me direz vous !

 

S'offrir l'article ou la prestation de nos rêves et en faire dégringoler le prix grâce à l'union, cela méritait d'être salué sur mon blog, au moins par un billet.

 

Cependant, la profusion d'offres en ligne est telle que vous ne vous y retrouverez pas forcément, sans compter qu'il vous faudra nager dans les publicités inadaptées dont l'on va vous abreuver jusqu'à plus soif, une fois inscrit(e).

 

Partant de ce constat, la tentation est forte de multiplier les inscriptions sur les sites d'achats groupés, avec le travers de multiplier aussi les mails promotionnels inintéressants, qui plus est, sans avoir encore trouvé «le graal» recherché...

 

70% des acheteurs sur les sites d'achats groupés sont des acheteuses. Pourtant, aucun site d'achat groupé ne leur est exclusivement consacré. (cherchez l'erreur...)

 

Pourtoimonamour.com répond à une demande criante encore inexploitée à l'heure actuelle : celle de rassembler toutes les offres disponibles existantes sur les sites d'achats groupés en s'adressant essentiellement à cette clientèle féminine.

 

En vous rendant sur cette plate forme, vous aurez accès à une sélection pointue (ville, prix, popularité...), et vous trouverez obligatoirement «chaussure à votre pied», en étant redirigée vers le site qui propose ce dont vous avez envie.

 

Et la newsletter dans tout ça ? entièrement personnalisable, c'est à dire que vous décidez tout simplement de ce que vous souhaitez recevoir dans votre boîte mail.

 

J'ai été assez séduit par cette idée originale, d'autant qu'elle est née d'une histoire d'amour entre son concepteur et son épouse, une férue d'achats groupés qui en avait assez de voir sa boîte mail exploser de courriels, et qui trouvait les fonctionnalités offertes aux clientes peu commodes.

 

Pour résumer, je vais déformer quelque peu la phrase mythique de Neil Amstrong : «c'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant dans les achats groupés».

 

 

Interview du concepteur : http://www.sites-a-voir.com/pourtoimonamour-com.php

Le site  : http://www.pourtoimonamour.com/

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 14:01

 

souffrance

 

«Tout ce qui ne tue pas rend plus fort» (Nietzsche)

 


Faut il évoquer autour de soi une grave blessure psychologique ?


 

Les psychologues avertis et réputés tels que Boris Cyrulnik recommandent chaudement de ne pas tout garder pour soi.

Le fait est que si vous n'exprimez pas vos ressentis vous devenez une espèce de cocotte minute, prête à exploser à n'importe quel moment.

 

Il est possible de respecter un délai pour en parler, mais il ne doit pas s'éterniser, sinon c'est l'entourage qui risque d'en pâtir.

Les confidences aident les victimes de malheurs humains à mettre des mots sur leurs maux, à trouver une explication rationnelle à ce qui s'est passé, et d'une certaine manière, elles représentent un exutoire à la souffrance.

 

Pour les personnes les plus discrètes par rapport à leurs émotions, il est également possible d'écrire pour relater nos impressions, les cartes sont entre nos mains pour décider de la pertinence d'un tel procédé.

 

 

Quel comportement à adopter vis à vis de proches victimes de traumatismes psychologiques ?


 

Pas de remèdes miraculeux, les psychologues recommandent bien sûr l'écoute, le réconfort, mais surtout pas de «pressions» à mettre sur les épaules de ces personnes marquées psychologiquement.

 

Il en général apprécié que des personnes de confiance soit présentes au moment où l'on en a le plus besoin... c'est un soutien moral primordial. Tous les gestes qui prouvent l'intérêt que vous témoignez au problème sont importants, il n y a pas de petits gestes dans ces instants.

 

Enfin, il est important de savoir que les gens qui ont souffert à ce point sont en général beaucoup plus ouverts sur les autres, ils sont aussi plus armés pour l'avenir dans la mesure où ils ont analysé en profondeur tout ce qui leur est arrivé... 

 

Après s'être sortis de cette expérience malheureuse, nombre d'entre eux à chercher un autre sens à leur vie, dans le milieu médiatique ou médicosocial....Mais quoi qu'ils adviennent, ils gardent  toujours quelques stigmates de ce passé douloureux.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 13:57

marc fiorentinoSous ce titre un brin racoleur, l'homme d'affaires Marc Fiorentino nous livre son opinion sur ce qu'il faut faire aujourd'hui pour sauvegarder son pouvoir d'achat, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il ne le fait pas avec le dos de la cuillère.

 

«Sauvez votre argent» est ouvrage à la portée de tous, qui dresse un constat très pessimiste de l'avenir qui nous attend, avant de passer à «des remèdes radicaux» pour nos finances personnelles.

 

Pour rendre son point de vue crédible et briser des tabous, Marc Fiorentino lance ce chiffre : 92% des français possèdent un placement financier selon l'INSEE, ce qui fait de nous au mieux des capitalistes qui s'ignorent, au pire des capitalistes qui vivent dans la honte de se reconnaître dans cette définition.

 

 

 

 

J'aime dans ce livre :

 

sa compréhensibilité, ses phrases choc, son caractère dérangeant pour le milieu de la finance.

 

Je n'aime pas :


le manque criant d'humour, ses points du vue systématiquement apocalyptiques (il y a même un guide de survie financière en cas de crise majeure en cas de faillite de l'état ou de révolution) , le temps qu'il faut pour le lire (2 heures suffisent), le manque de profondeur dans pas mal de conseils.

 

 

Impression générale :

 

Assez négative. En toute honnêteté, il ne me semble pas avoir appris plus que ce que je savais déjà dans le domaine financier. Les pistes nouvelles pour mieux gérer ses finances personnelles sont rares, et surtout, elles sont trop peu développées.

 

J'en retiendrais quelques unes :

 

- avoir obligatoirement deux banques pour faire jouer la concurrence, dont une banque en ligne.

- Le fait de pouvoir déterminer avec précision l'argent que nous sommes prêts à risquer dans une entreprise hasardeuse, en fonction de notre profil.

 

Je n'ai pas particulièrement apprécié l'ensemble, je ne m'en cache pas. Il manque cruellement un zest d'humour, une pointe d'humanisme ou une note d'espoir, mais rien de tel ne pointe le bout de son nez jusqu'à la fin.

 

Je sors de cette lecture avec le malaise de vivre dans un monde de requins dès que l'argent est en jeu. Sur une échelle de satisfaction allant de 1 à 20, je note 9, pas plus, j'attendais nettement mieux de la part de Marc Fiorentino.

 

Sans tarder, je passe à une nourriture plus spirituelle avec «pensez, gérez, gagnez» de Daniel Sévigny (que je viens juste de recevoir), et après déjà quelques lignes, l'impression de départ est nettement meilleure.

 

 

Après coup, je trouve finalement que ce livre mérite quand même la moyenne  (il n y a que les cons qui ne changent jamais d'avis). J'apprécie son franc parler et ses analyses. Tellement que je compte expérimenter sa méthode pour mes finances personnelles....

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans mes lectures
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 17:44

presse citronConcrètement, la souffrance au travail trouve son expression dans des douleurs physiques (troubles musculosquelettiques, problèmes digestifs, etc) ou psychologiques (stress, nervosité, troubles de la personnalité, etc...)

 

Aujourd'hui, je n'ai jamais vu autant de personnes autour de moi qui manifestent ces symptômes inquiétants. Ce qui est le plus curieux, c'est tous les secteurs d'activités sont touchés par ce fléau (public ou privé), tous les domaines d'activités (services à la personne, commerce, etc...), tous les types de contrats, et tous les postes (du simple employé au cadre).

 

Vous avez dit : tous égaux devant la souffrance au travail ? Certainement.

 

A l'heure de l'ultra libéralisme déployé à l'échelle planétaire, les apôtres du profit ont relégué l'être humain au rang de machine... Il faut du rendement, encore et toujours, de «la flexibilité» à tout va, et tant pis pour la mécanique humaine.

 

La première fois que j'ai entendu le mot «flexibilité» quand j'avais la vingtaine, j'ai tout de suite compris ce qu'il signifiait dans la bouche de celui qui le prononçait : «Vous allez travailler à la carte mes amis, vous n'aurez pas d'horaires fixes, vous travaillerez s'il le faut à des centaines de kilomètres de chez vous, et l'on se fout du reste».

 

Malheureusement pour ces gens là, l'être humain n'est pas un pion que l'on déplace sur un échiquier. Encore dommage pour eux, toute personne est en droit de refuser cette sacro-sainte flexibilité si elle vient bouleverser du jour au lendemain un équilibre familial obtenu par la force des années.

 

Il faut replacer l'être humain et son bien être au coeur des préoccupations de l'entreprise, elle a tout à en tirer. Il faut s'imprégner des méthodes de management les plus modernes pour cerner les problèmes humains et y remédier de façon efficace.

 

Je ne supporte pas de voir mes amis «mal dans leurs pompes» car pressés comme des citrons. Oui, il y a des solutions qui passent par l'écoute et la mise en oeuvre de plans ambitieux, il en va de la responsabilité de nos politiques.

 

Et ce n'est pas avec les quelques mesurettes pondues récemment (un classement des entreprises les moins respectueuses du bien être des salariés et une concertation jusqu'à 2014...) que l'on va définitivement remédier à cette situation catastrophique pour le monde du travail... Les salariés payent déjà un trop lourd tribut pour que l'on s'attarde à réagir.

 

 

 

Si vous êtes victimes de harcèlement moral ou sexuel, hésitez pas à en parler à vos syndicats ou adressez vous à l'inspection du travail.

Si vous sentez «un ras le bol» de votre profession en raison des contraintes qu'elle vous impose, n'hésitez pas à en parler à un psychologue. (il n y a pas de honte, lui seul sera faire la part des choses).

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 13:58

ebay2Avant

 

En 2009, j'ai effectué quelques transactions sur ebay.fr (32 au total), et j'ai vraiment été très déçu par la politique commerciale menée par ce site de vente aux enchères en ligne.

 

A l'époque voici ce qui m'avais déçu :

J'étais plutôt vendeur, en général d'objets à moins de 50 euros.

Dès la vente, je devais payer 0,50cts de frais d'insertion et ce quel que soit le résultat final (vente ou pas), et si j'arrivais à vendre, ebay se servait à hauteur de 7% du prix final.

 

Malheureusement, ce n'est pas tout, puisque la majorité des acheteurs recherchent plutôt sécurité et simplicité... C'est ainsi qu'ils me réglaient par paypal, un système de paiement qui garantit la livraison de l'objet.

 

Le seul problème, c'est que paypal facturait «l'arrivée» d'argent de cette manière : 0,25cts d'euros + 2,5% du montant reçu... et l'on arrivait à cette aberration : paypal me taxait sur l'ensemble de la somme que je percevais, y compris les frais de port payés par le client.

 

A l'arrivée, il ne restait forcément plus que peau de chagrin. Je ne me suis pas gêné pour faire savoir à ebay que les commissions étaient exorbitantes.... Je ne devais pas être le seul puisque quelques jours après, une journée «spéciale» sans frais d'insertions était décrétée.

 

 

 

Après : c'est à dire aujourd'hui...

 

Ebay semble avoir un peu assouplie sa politique commerciale en supprimant les frais d'insertion jusqu'au 100 ème objet vendu, mais les commissions sur le prix final sont toujours de 7%. http://pages.ebay.fr/help/sell/fees.html#1

 

Quant à son partenaire de concert (paypal), il a augmenté ses tarifs en conservant son droit fixe de prélèvement jusqu'à 2500 euros perçus (0,25cts) et en augmentant le pourcentage de prélèvement (de 2,5% à 3,4%)

https://cms.paypal.com/fr/cgi-bin/marketingweb?cmd=_render-content&content_ID=marketing_fr/particuliers_tarifs&nav=0.4

 

 

Conclusion

 

La hache de guerre entre ebay et ses vendeurs n'est pas prête d'être enterrée. Elle se double d'une autre guerre "par effet boule de neige", sur le terrain des modalités de paiement entre vendeurs/clients.

 

Comme Paypal a augmenté ses tarifs, nombreux sont les vendeurs qui doivent vendre trop cher «en achat immédiat ou avec «prix de réserve», voire refusent carrément d'être payés par paypal...

 

Compte tenu de tous ces éléments, il y a fort à parier que la marché d'ebay se concentre uniquement sur les produits de luxe, qui ne se revendent pas trop loin de leurs prix de vente habituels dans le commerce (parfums, bijoux, vins, etc).

 

Le déménagement des vendeurs vers d'autres boutiques (price minister, etc...) devrait se poursuivre à une bonne cadence.

 

Une petite touche d'humour pour terminer, avec ce palmarès des ventes les plus surprenantes sur ebay : http://www.topito.com/top-des-ventes-les-plus-surprenantes-sur-ebay

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.