Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 avril 2012 7 29 /04 /avril /2012 12:28

 probiotiques.jpg

 

Premièrement pour comprendre les bienfaits des probiotiques et ce que font les probiotiques pour vous et votre corps il faut d'abord comprendre quelle est leur constitution. Ce sont des milliers de bactéries actives, souvent sous forme de « yogourt » ou de capsule. Il en existe à base de lactose et de soya pour ceux qui ne tolèrent pas le premier. Les produits Bio-k sont offerts sous plusieurs formes et saveurs. Par exemple, la boisson probiotique est aussi offerte avec la saveur naturelle de fraise, pour les enfants c'est plus agréable que la saveur originale!

 

« Bon pour le bedon »

 

Vos intestins ont parfois besoin d'avoir un petit peu d'aide pour fonctionner correctement. Si vous êtes malade ou que vous avez une maladie (ex:maladie de Crohn), il se peut que votre système ait plus de difficulté à faire son travail comme il le fait habituellement. Les milliers de milliards de bactéries qui sont déjà présentes dans votre corps sont votre première source d'énergie. Si vous avez une alimentation saine, un rythme de vie idéal, mais que vous ne digérer rien normalement, vous aller inévitablement ressentir de la fatigue et de l'épuisement. C'est pour cette raison qu'un petit coup de pouce de temps en temps ne peut que faire du bien et c'est aussi pour cela que les probiotiques sont bons pour vous.

 

Des bactéries pour être en bonne santé?

 

Il vous est sûrement un peu bizarre de penser que ce sont des bactéries qui sont bénéfiques pour vous, mais ce ne l'est pas. Il y a deux sortes de bactéries, les bonnes et les mauvaises. Si les bonnes gagnent leur bataille contre les mauvaises tout va bien, si c'est le contraire vous aurez quelques petits problèmes de santé. Les probiotiques viennent assister les bonnes et vous assurent un bon fonctionnement afin que vous repreniez votre rythme habituel le plus rapidement possible.

 

Lien :

http://www.biokplus.com/fr/les-probiotiques-au-quotidien

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans publi-rédactionnel
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 07:00

Très récemment, j'ai été contacté par Danièle, qui a souhaité me convier à son concours «le meilleur du bien-être», dont voici le lien événementiel :

http://bel-et-bien.net/bien-etre/evenement-bien-etre/

C'est donc avec un grand plaisir que je vais donner ma propre définition du bien-être, en la remerciant encore pour cette initiative.

 

Mais au fait, le bien-être, qu'est ce que c'est exactement ?. Le bien-être est avant tout un état d'esprit, et très souvent une notion floue, dont les normes nous glissent souvent des doigts. S'il n'est pas possible de quantifier «le niveau de bien-être» d'un individu donné, il nous est en revanche permis de détecter quelques éléments qui influent sur ce sentiment de plénitude : c'est le cas des valeurs qui nous été inculquées durant l'enfance, des expériences du passé, ou encore, des représentations fantasmatiques imposées par la société dans son ensemble (comme celle que l'argent fait forcément le bonheur). D'après moi, il n'existe pas une seule et unique formule magique qui amènerait au bien être total de tous, mais plusieurs, inhérentes à nos aspirations profondes.

 

Le questionnement intérieur : la voix de l'objectivité

 

Prenons toujours le temps d'écouter la voix la plus sage (que l'on appelle également «l'intuition») qui sommeille en nous et nous guide intimement vers le choix de la raison. Quand nous hésitons à prendre une décision importante, tenons-nous toujours à l'écart du monde afin d'atteindre la sérénité pour trancher définitivement. Retrouvons cette liberté de faire de ce que bon nous semble, totalement débarrassés de toutes les influences nuisibles. Notre bien-être est déjà là : c'est la faculté de pouvoir décider de nous mêmes de ce qui est bienfaisant ou néfaste à l'instant présent.

 

L'apport éventuel de la psychologie et de la psychanalyse

 

Si cette intuition nous amène toujours à l'échec ou au «mal être» constant, plusieurs pistes sont à suivre, dont celles de la psychologie et de la psychanalyse. Personnellement, je vois les psychologues et les psychiatres comme «des guides» qui nous remettent sur le droit chemin lorsque nous prenons de mauvaises directions comportementales. En effet, eux seuls peuvent nous aider à déterminer avec précision ce qui peut nous ronger intérieurement et nous délivrer de «ces poids» qui nous lestent psychologiquement et nous empêchent parfois d'avancer.

 

L'importance de l'entourage

 

L'entourage joue constamment un rôle capital dans nos choix de vie. Si nous fréquentons toujours des personnes qui ont une vision négatives de la vie, il y a fort à parier qu'elles déteindront par ricochet sur notre vision du quotidien.

 

 

Troubles comportementaux (dépendances, phobies, obsessions, etc...)

 

Par les temps actuels, nombreuses sont les personnes qui développent des formes de dépendance : téléphone portable, télévision, cigarettes, alcool, internet (euh...non, mauvais exemple!), etc... Dire stop à tous ces excès est un exercice périlleux, mais cela n'est pas hors de portée, en effectuant par exemple des bilans réguliers sur la place exacte que prennent nos passions dans nos vies. Passer plus de la moitié de notre temps libre à exercer une seule et même activité est déjà une forme de dépendance !

 

 

«Le lâcher-prise» pour évacuer la pression lorsqu'elle devient insupportable

 

Dans le monde actuel, il faut toujours être «le plus compétitif». Cependant, vous savez comme moi que l'homme qui valait trois milliards n'existe pas. (même si parfois, les clichés ont la dent dure !) . C'est pourquoi, lorsque nous nous sentons au bord de la ruine psychologique ou physique, il faut impérativement revenir à des choses qui permettent «de retrouver» ses vitamines mentales ou psychiques : sports, concerts, restaurants, lecture ...

 

 

 

Pour résumer, «le meilleur du bien-être» puise sa source dans une certaine capacité d'introspection. Cela nécessite d'abord de très bien connaître ses limites physiques et psychiques, puis de définir avec exactitude ce que pourrait être «la discipline de vie idéale» pour nous et nos proches.

 

Avant de relever ce défi, il faut d'abord s'accepter soi-même, avec ses qualités et ses défauts, mais aussi accepter «les autres», quelles que soient les dimensions de leurs imperfections. Le meilleur du bien-être, c'est le travail constant d'un équilibriste qui avance sur un fil dont il ne faut jamais tomber, tant les tentations sont devenues oppressantes dans nos sociétés contemporaines.

 

Si, malgré tous ces conseils, vous ne parvenez toujours pas à trouver la plénitude...il reste encore ce groupe joyeux, légendaire et très ouvert, toujours prêt à vous ôter tous les soucis !

 

 

 

 

 

 

 

NB: au passage, j'en profite pour vous recommander de consulter ce blog, dont j'apprécie la pertinence des articles sur le développement personnel :

http://claudechatard.com/

 

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 11:30

pinocchioQui n'a jamais menti ?. Nous avons tous au moins menti une fois dans notre vie. Allez-y, confessez-vous, dites-moi tout parce que je suis très curieux (rires). Non, ce n'est pas vrai... Votre secret est aussi lourd à porter que cela ?

 

 

1-Plus vous montrez d'empathie envers le menteur que vous avez débusqué, plus vous lui tirerez les vers du nez. Essayer de deviner pourquoi il a menti est le plus court chemin vers la vérité, en devenant ainsi le père confesseur.

 

2-L'hypocrisie est une forme de mensonge très répandue dans notre société. Mais à y regardez d'un peu plus près, en brisant les codes sociaux propres à certains milieux pour surprendre et déranger, l'on obtient certaines informations cruciales. Petit exemple. Quelqu'un vous dit : «Je ne suis pas d'accord avec lui, mais...» . Si vous répondez «je trouve qu'il a entièrement raison», vous saurez si votre interlocuteur voulait juste tâter le terrain ou vous révéler quelque chose.

 

3-Les paroles s'envolent, les écrits restent. Par conséquent, ce que l'on vous dit n'est jamais parole d'évangile, sauf ce qui est couché sur le papier et signé.

 

4-Les plus gros menteurs aiment tester le degré de naïveté de leurs victimes. Déjouer par l'humour est le meilleur moyen de désarçonner ces bombes !

 

5-Quelqu'un roule des yeux alors que vous le questionnez ? Pensez justement à l'expression «se faire rouler dans la farine»...

 

6-C'est fois-ci, c'est Pinnochio qui est à l'oeuvre. Quelqu'un qui se touche le nez lorsqu'il répond à une question embarrassante ment dans la plupart des cas.

 

7-Observez toujours les mains et le regard. Un regard fuyant est quasiment toujours synonyme de mensonge ou d'une personne qui se trouve dans une situation intenable. Quant aux mains, elles peuvent parfois révéler les prémisses d'un individu calculateur.

 

8- souvenez-vous du terme "les grandes oreilles" (système d'espionnage américain des communications). Lorsque quelqu'un se chatouille le lob de l'oreille alors qu'une discussion importante est en cours, c'est qu'il n'ose pas tout vous dire ou que quelque chose le dérange un peu. Vous pouvez décoincer de nombreuses situations de cette manière en formulant la phrase qui tue, comme si vous aviez un détecteur de pensée : "Tu peux me dire ce qui te dérange exactement, si tu le souhaites ?".

 

9-Partez du principe qu'il faut aussi savoir lire entre les lignes. Un proverbe japonais dit ceci : "ce qu'un homme ne dit pas est le sel de la conversation".

 

10-Quand vous avez un gros doute, fiez-vous toujours à des sources fiables pour vérifier la véracité d'un propos. Lorsque quelqu'un ment souvent, n'hésitez pas à le mettre face à ses contradictions, de manière à démontrer le caractère puéril de ce comportement.

 

Voilà...Clap de fin de cet article. D'autres signes distinctifs peuvent aussi trahir les mensonges, comme les balbutiements ou le ton employé. Quant au mythomane, c'est un personnage assez particulier qui souffre d'un déficit d'affection, qu'il cherche à compenser par l'attention portée sur lui grâce à des histoires inventées de toutes pièces. Savoir renifler les mensonges est propre aux grands esprits, car il faut bien le dire,c'est assez plaisant de les déterrer !

 

 

Pour ceux qui veulent en savoir plus, voici quelques liens très intéressants au sujet du mensonge et des mythomanes :

http://www.detecter-les-mensonges.fr/

http://www.doctissimo.fr/html/psychologie/dossiers/mensonge/8522-mensonge-mythomanie.htm

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 14:10

Aujourd'hui, j'ai le plaisir d'accueillir Stéphanie,  du blog "terre de liberté" pour un article invité. Et hop, l'un de mes objectifs du début d'année réalisé.  A titre exceptionnel, les commentaires seront réactivés pour cet article, je vous remercie chaleureusement d'avance pour vos commentaires.

 

Maigrir avec une cure d’activité physique intensive

 

Beaucoup voudraient perdre de la masse graisseuse, rapidement, mais sans trop savoir quoi faire. J’ai une recette qui efficace, durable et qui remet en forme par dessus le marché. Je me l’applique à moi-même chaque jour.

 

Vous la pratiquez 3 semaines et vous aurez 3 semaines de bénéfices. Pratiquez-la 6 mois et vous aurez après ceci 6 mois de bénéfices. Pratiquez-la tout votre vie et vous ne reconnaîtrez plus votre corps.

 

 

Maigrir ou grossir ? La méthode fonctionne pour les deux cas, car elle régule.

 

En fait, maigrir pour certains va correspondre au mêmes habitudes alimentaires et activités physiques que grossir, s’affiner, ou encore se raffermir les tissus pour d’autres. Pourquoi ?

 

Parce qu’une bonne hygiène de vie générale vous offre un corps mince ou d’un constitution normale, tonique, musclé, fort et endurant, le tout sur un plateau. Une bonne alimentation et des exercices physiques bien choisis régulent le poids de tout un chacun.

 

 

Comment se rendre libre en perdant du poids sans même avoir à y penser ?

 

Dans cet article, je vais vous donner des trucs pour faire de l’activité physique intensive en l’intégrant la plupart du temps dans votre vie. Ceci en fera une activité naturelle qui sera mieux « rentabilisée » en terme de poids idéal par votre corps, car elle sera associée à une activité utile et agréable. Fini les salles de sport avec la fonte à soulever, en milieu fermé. Faites vos exercices en milieu naturel : votre milieu de vie.

 

Une bonne journée se prépare la veille au soir. Ecrivez sur un post-it ce que vous voulez faire le lendemain pour commencer votre journée en favorisant votre corps et en le renforçant dès le matin.

 

Chaque jour, démarrez du bon pied !

Dès que le réveil sonne, si vous en faites sonner un, avant même de vous lever :

  • buvez un grand verre d’eau (laissez la bouteille à côté du lit pour ne pas avoir à chercher)

  • faites lentement quelques abdominaux à même le matelas, c’est plus naturel pour le dos et plus naturel tout court que de garder des poses de mannequin robot pendant 10 minutes sous les instructions d’un coach.

  • Puis muscler vos fessiers 5 minutes, en vous plaçant d’un côté puis de l’autre

Ensuite étirez-vous comme un chat puis levez-vous. Vous êtes passé en mode brûlage de graisse.

 

Au cours de votre journée, de multiples « anges » vont se présenter à vous. Soyez attentifs, il va falloir sauter sur leurs propositions.

 

Un déménagement ?

Une vague connaissance vous demande de l’aide pour son déménagement le week end prochain ? Foncez ! C’est une occasion exceptionnelle de faire un exercice naturel et utile.

En buvant bien, vous vous musclerez tout en vous affinant.

Prenez-le comme un jeu, bichonnez les choses que vous avez à transporter, faites-en aussi une bonne partie de rire avec les autres, et la rentabilité sera maximale.

Prenez plaisir à rendre ce service. N’attendez rien en retour.

 

Quelqu’un vous dit qu’il va déménager bientôt et ne vous demande rien ? Prenez les devants ! Proposez-lui gentiment de l’aider.

 

Améliorez votre chez-vous

Vous cherchez depuis des lustres un petit meuble adapté pour ranger votre fourre-tout dans l’entrée de votre habitat… Et vous ne le trouvez nulle part. Qu’à cela ne tienne ! Filez au magasin de bricolage le plus proche et faites y couper du bois de pin pour construire vous même votre meuble sur mesure. Quelques vis et quelques coudes bien choisis feront l’affaire, un peu de vernis pour peaufiner le tout et le tour est joué. Pendant ce temps là, vous avez : porté des planches, vissé, assemblé, verni, poncé, et bu une bonne bouteille d’eau.

Voilà le tout en un : vous avez votre meuble et un kilo en moins.

 

Vous êtes libre samedi soir ?

Voilà une superbe occasion de perdre du poids. Invitez vos amis samedi soir pour dîner et dites-leur de NE RIEN AMENER. Ainsi, vous serez obligés de tout préparer sans même réfléchir au fait que vous êtes en train de perdre 3 kilos à leur préparer un succulent repas, entre les courses et la cuisine. Choisissez-le riche en fruits et légumes et appelez-le « le défi végétarien ». Trouvez comment faire du délicieux sans avoir recours aux facilités habituelles.

 

Attention à toujours alterner vos activités avec des pauses de repos.

 

Je suis certaine que vous avez compris l’idée. Je porte un verre à vos futures activités intenses !

 

 

Cocktails-.JPG

                                                                       Crédit Photo : MuseForEalth

 

Avez-vous une liste de projets ?

Si oui, bravo ! Vous faites partie des 5% de personnes qui note ses envies et buts.

Profitez-en … Cherchez celui qui va être le plus fatiguant physiquement, et mettez-le à exécution dès demain matin. J’ai personnellement une CHECK LIST (http://www.terre-de-liberte.com/checklist/) et je peux vous assurer que les soucis de poids n’ont pas de place dans ma vie. Pourquoi ? Parce que je réalise en permanence mes projets et ceux des autres.

 

Si vous n’avez pas de liste de projets…

J’ai créé un guide de Brainstorming (http://www.terre-de-liberte.com/creations/) qui vous offre 7 méthodes, seul ou à plusieurs, pour trouver des idées, créer des projets et en finir avec le manque de pistes pour démarrer.

 

Souvenez-vous en …

Ce qui importe, c’est d’utiliser chaque situation que vous offre la vie pour la transformer en exercice bénéfique pour votre corps. Avec les précautions d’usage pour votre dos : on se baisse toujours en pliant les genoux. Dès qu’il y a une action physique à accomplir, faites-le ! Vous associerez ainsi votre perte de poids et votre corps de rêve à tous vos projets, sans même avoir besoin d’y réfléchir.

 

Réduisez pendant 3 semaines la TV et la position assise devant l’ordi, remplacez-les par une belle balade, et vous verrez, tout prend forme. Mais n’oubliez pas de commencer par le post it du matin.

 

Stéphanie, du blog Terre de Liberté.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 16:30

 pare choc

 

En général, les objets sont pour moi des sources de contraintes, surtout la voiture. J'ai un point de vue assez tranché sur la possession d'un véhicule : il coûte en général cher, voire très cher d'en posséder un. En effet, l'entretien régulier d'une automobile entraîne des frais souvent très élevés, sans compter le coût de l'essence qui vole de records en records. Je ne parlerai pas ici du trajet effectué pour se rendre au travail, bien qu'il soit parfaitement légitime de vouloir diminuer ses frais de transport dans ce cas précis. Hormis ce cas particulier, donc, privilégiez à chaque fois plusieurs actions à effectuer lorsque vous vous servez de votre véhicule, ceci afin de rentabiliser vos déplacements. Assez souvent, d'ailleurs, il m'arrive de me munir d'une liste de choses à faire préalablement établie, ce qui me fait gagner un temps considérable.

 

La ligne imaginaire

Par commodité appelons l'endroit d'où vous partez «le point A», tandis que «le point B», lui, sera l'endroit où vous devez vous rendre avec votre véhicule. Tracez ensuite une ligne droite imaginaire entre ces deux points. Cela, beaucoup de gens ne savent pas le faire, car nous avons parfois perdu tout sens pratique, et c'est bien dommage, car cela pourrait nous éviter bien des trajets inutiles !

Entre «ce point A» et «ce point B», demandez-vous si, en cours de route, vous n'auriez pas quelque chose à faire de particulier, comme voir un(e) ami(e), aller poster du courrier, vous rendre dans un magasin...etc.

 

Les cercles concentriques

L'arrivée «au point B» est marquée par ce que vous vous êtes mis en tête d'effectuer. Cependant, ne perdons jamais de vue que d'autres choses peuvent être faites après ou avant cette formalité, que vous effectuerez à pieds. Le principe reste le même, surtout si vous ne venez pas souvent à cet endroit précis, sauf que cette fois-ci, c'est l'axe de stationnement du véhicule qui vous sert de repère pour vaquer à vos occupations.

 

 

D'autres moyens plus simples pour entraîner encore moins de frais

 

«Les techniques» évoquées plus haut collent parfaitement au besoin du particulier, qui aura ainsi la maitrise parfaite de trois paramètres extrêmement importants de sa vie courante : son temps, son argent, son espace, car l'application de ces techniques simplifient grandement le quotidien. Cependant, et comme je l'évoquais en introduction, l'utilisation d'un véhicule qui nous appartient n'est pas forcément la panacée à tous les problèmes de déplacement : complications administratives (formalités d'assurances, d'achat, carte grise), entretien, dégradations, etc...les soucis causés par la simple possession d'un véhicule sont nombreux et variés. Et puis, nous sommes à l'ère de la communication numérique, et notre présence matérielle n'est plus forcément indispensable pour des tâches simples.

 

Quelques exemples :

Le leasing ==> pour une somme forfaitaire mensuelle, le leasing vous procure une certaine tranquillité d'esprit puisque vous n'avez plus à vous soucier des formalités afférentes à la possession d'un véhicule, outre l'aspect économique de cette formule qui s'avère souvent très avantageuse.

La location entre particulier ===> http://www.gestiondevie.biz/article-bon-plan-louer-sa-voiture-entre-particuliers-82362288.html

Le covoiturage ===> moyen très commode pour partager les frais d'essence

l'éco-conduite ====> http://www.gestiondevie.biz/article-budget-auto-reduire-sa-facture-avec-l-ecoconduite-72924201.html

 

 

Cas particulier : les moyens électroniques de communication

 

J'ai une anecdote là dessus, assez parlante. Comme beaucoup d'abonnés le savent, l'année dernière, j'ai renégocié mon crédit immobilier. Renégocier un crédit immobilier implique toutefois de rencontrer le banquier... Et je peux vous dire que je me suis déplacé chez lui au moins quatre fois, alors que ce n'est pas «la porte à côté». Quand il m'a demandé de repasser une énième fois pour lui rendre un formulaire signé, j'ai vraiment cru que j'allais devenir complètement cinglé. J'ai donc paraphé ce fameux document et je lui ai demandé si je pouvais lui envoyer par mail après l'avoir scanné...Le pire, c'est que je n'y avais jamais pensé auparavant, et que le résultat, pour lui, était strictement le même !

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 11:00

Au début de ma carrière professionnelle, j'ai toujours aimé les entreprises qui laissaient à leurs employés au moins une hiérarchiechance «de grimper» dans leurs organigrammes. Cela correspond à ma mentalité : toute peine mérite salaire et les meilleurs doivent se voir offrir des perspectives de promotion professionnelle.

 

Les sociétés les plus performantes sont celles qui savent justement repérer ces meilleurs éléments, et qui ont compris qu'en les augmentant régulièrement, elles empêchent les velléités de départ, tout en conservant une certaine qualité de travail. Après avoir trouvé une entreprise de ce genre, comment obtenir une promotion professionnelle ?

 

Les atouts pour réussir à obtenir des promotions professionnelles...rien de neuf.

 

En montrant un certain soin pour effectuer les tâches confiées, même les plus ingrates, tout en ne comptant pas ses heures, vous devenez un vrai pilier sur lequel l'entreprise peut solidement compter. Respecter la culture de cette dernière et les procédés qui sont imposés sont aussi "des fondamentaux". Il ne faut pas hésiter, aussi, parfois, à proposer aussi des méthodes qui améliorent simultanément les conditions de travail et la productivité, mais seulement après une certaine ancienneté dans la société, ceci afin de ne pas froisser les employés les plus anciens.

 

Pour accéder à des postes "à responsabilités", il est aussi indispensable de prouver, tous les jours, sa valeur et ses qualités humaines auprès de ses collègues/collaborateurs. Comploter pour fomenter "un putsch" ou dévaloriser le travail des autres est la pire des manières pour y parvenir, stimuler les personnes autour de soi pour tirer le meilleur parti de leurs qualités individuelles est une approche qui est plus respectable et tout aussi payante.

 

Dire systématiquement  "amen" à toutes les exigences (même les plus invraisemblables) n'est pas du tout la clef du mystère, à moins de vouloir devenir un vulgaire pantin aux yeux de tous. Prouver que des objectifs sont irréalisables soit pour des raisons de temps imparti, soit par manque de moyens humains ou matériels démontrent un certain caractère qui est souvent salué par la base comme par "le haut" du tableau de ce fameux organigramme.  Le groupe doit toujours primer sur les individualités, et c'est cet esprit d'équipe qui est souvent négligée par les arrivistes, qui en employant tous les moyens pour sortir du lot, s'attirent en général les foudres de leurs collègues de travail.

 

 

Les rapports hiérarchiques : sanctions, réprimandes, encouragements, avantages divers, promotions

 

 

Quand un supérieur délègue tout ou partie de ses responsabilités en son absence, cela peut être l'occasion "de faire ses preuves", mais beaucoup ne savent pas gérer ces nouvelles responsabilités et confondent management et tyrannie.  La tyrannie n'amène jamais rien de bon, de même qu'un laxisme absolu.

Il faut s'imaginer qu'une entreprise est une très longue chaîne composée d'une multitude de chaînons, du plus grand au plus petit : si l'un d'entre eux est défaillant, c'est toute la chaîne qui saute. Chacun à son rôle à jouer dans cette chaîne. Pour ce qui est de la forme du commandement, la priorité peut donc souvent rester au verbe : les avertissements verbaux ne servant que "de coups de semonce".

 

Cependant, bien évidemment, la nature nous a tous conçus différemment. Malgré des mises en garde réitérées, quelques uns s'entêteront à ne pas vouloir respecter les directives. C'est là que peut intervenir la sanction, pour servir d'électrochoc et non pas d'exutoire à des frustrations. La sanction ne doit, en principe, qu'intervenir en derniers recours pour éviter qu'un chaînon n'éclate. (soit par négligence, laxisme, etc...). En règle générale, quelqu'un qui a une autorité naturelle n'a guère besoin de sanctionner et seuls des avertissements suffisent. Etre réprimandé ou sanctionné n'est jamais plaisant (à moins d'être sadomasochiste...), mais c'est un passage obligé pour s'améliorer.

 

Etre amené à sanctionner ou réprimander n'est jamais plaisant non plus. J'ai connu beaucoup de supérieurs qui avaient horreur de le faire alors que les fautes commises étaient inqualifiables. A chaque fois que c'était le cas, le résultat final était toujours le même : ils n'étaient plus crédibles au sein du groupe dont ils avaient la charge !

 

L'encouragement est la première des formes de considération du supérieur envers son subalterne. Quant un responsable est satisfait du travail de son subordonné, il peut procéder de différentes manières pour le récompenser : cela peut se traduire par une journée de congé supplémentaire, une prime particulière ou un cadeau d'une autre nature (je laisse libre choix à votre imagination...rires) et enfin, ultime honneur, le recommander comme son successeur ou favoriser son ascension dans la société.

 

 

Ma toute première expérience avec des responsabilités

 

Au tout début de ma carrière dans le privé, j'ai quand même remarqué que «le fayotage» permet souvent d'être "servi en premier" quand des postes à responsabilités sont disponibles. Cela n'est pas du tout ma conception de la promotion professionnelle. En effet, "le béni oui-oui" déjà évoqué plus haut vivra dans un stress permanent, et l'on exigera évidemment toujours plus de lui. Le travail sous pression constante n'est jamais bon. L'on a toujours la pression que l'on veut bien se mettre !

 

Autre chose ? je réfléchis... Ah oui, au début de ma carrière dans la privé, j'ai été confronté à "un os". Un os, dans le sens où j'ai été, plus ou moins volontairement par la direction d'ailleurs, mis en concurrence directe avec un ami qui m'avait fait rentrer dans cette entreprise. Nous étions tous les deux plus ou moins en vue pour occuper un poste de chef d'équipe vacant. Ce qui fait que pendant quelques temps, nous nous regardions en chien de faïence et nous prêtions plus d'attention au travail de l'autre qui était considéré comme un concurrent. A l'époque, je devais avoir un peu plus de la vingtaine, mais j'y voyais comme l'opportunité d'une belle carrière.

 

Or, pendant ce temps là, la rumeur enflait dans l'entreprise et je sentais bien que quelque chose se préparait dans mon dos. Je n'ai pas souhaité laissé pourrir la situation : j'ai été voir cet ami et collègue de travail, et je lui ai tenu le discours suivant : "la direction décidera en fonction de notre travail, inutile de nous tirer dans les pattes pendant ce temps". Suite à cette explication, notre compétition est redevenue parfaitement saine. Elle n'a duré que quelques mois, puis c'est un autre type, parachuté avec une liste de diplômes longue comme le bras qui a été retenu. Je dois dire que j'ai été assez surpris et déçu par cette décision, et puis, finalement, j'ai dû rabattre mes ambitions sur un poste de chef de ligne (le poste juste en dessous de chef d'équipe), ce qui était bien moins valorisant, mais après tout, pas si mal aussi jeune... Toutefois, je me suis rendu compte très rapidement que ces responsabilités étaient très mal payées, ce qui m'a poussé à quitter cette entreprise, préférant un saut dans l'inconnu qu'une place de chef de groupe au rabais. Et effectivement, je suis redevenu manutentionnaire pendant quelques années...

 

 

NB : Bienvenue aux nouveaux abonnés, la newsletter arrivera prochainement. Par ailleurs, merci à ce site, qui me fait l'honneur de figurer parmi ceux que je considère comme des références dans le domaine des finances personnelles ==>  link

Et tous les autres, visiteurs anonymes, etc ...si j'en oublie !

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 12:44

 carte.jpg

Les personnes qui vivent actuellement avec un salaire modeste cherchent peut être un meilleur job actuellement, le besoin est même vital du côté des chômeurs.

Décrocher un bon job ou en changer, c'est la loi de la vie. Ce n'est pas la loi du plus fort ou du plus intelligent, c'est tout simplement le fruit d'efforts menés sur plusieurs fronts à la fois. Les jobs s'obtiennent même en période de crise, et il n y a pas de honte à vouloir réussir sa vie. Cela peut cependant revêtir un caractère malsain si l'on étale sa réussite avec un côté «bling bling» un peu trop clinquant fourmillant de paillettes, un écueil dont je m'écarte volontiers en cherchant toujours un juste milieu. En effet, je n'ai plus l'âge pour me mettre en scène. Ma vie sociale est bien plus importante qu'internet, je suis simplement ici pour apporter mon expérience et pas forcément poser nu pour faire plaisir au plus grand nombre (rires). De même que ce n'est pas l'image que je renvoie qui m'importe, mais plutôt ce que je veux dire et faire partager. Avant de rentrer dans la fonction publique territoriale, j'ai travaillé dans pas mal de sociétés différentes.

 

Combien exactement ? Plus d'une quinzaine, c'est sûr. J'ai aussi souvent passé pas mal d'entretiens, et je sais donc parfaitement comment ils se déroulent. Le dilemme est toujours le même : un certain nombre de candidats sont sur la ligne de départ et seuls quelques uns seront retenus ou attireront l'attention du recruteur ou du jury.

 

La phase de préparation

 

Le premier réflexe que le candidat doit avoir, bien avant l'entretien, c'est de se préparer psychologiquement. Un entretien d'embauche se prépare, le sport ou d'autres activités qui aident à évacuer la pression viennent en appoint pour parfaire cette préparation mentale. Le postulant peut ainsi éviter qu'une trop grande dose de stress ne ruine ses espoirs «le jour J», il évite ainsi de focaliser sur cette échéance.

 

En complément de cette préparation , l'entretien doit se préparer mentalement. Quelles types de questions peuvent m'être posées ? Quels sont mes points faibles ? Quels sont mes points forts ? Qu'est ce que je connais sur cette société ? Que suis-je en mesure de lui apporter ?.

 

Se renseigner sur la société ou l'administration dans laquelle l'on souhaite faire carrière est un minimum. Beaucoup de candidats se font piéger bêtement en ne connaissant strictement rien sur le poste pour lequel il postule et pire encore, sur l'histoire de «cette boîte».

 

«Le Jour J» et les préparatifs

 

Aspect vestimentaire

 

Pour les femmes, optez pour quelque chose de «classique» et sobre. Du genre tailleur, ou pantalon et chemise. Ajoutez-y une petite touche personnelle, comme une broche. Evitez surtout les décolletés plongeants, le maquillage trop important et dégoulinant (rires), les talons aiguilles qui risquent de provoquer une catastrophe si vous n'en avez pas l'habitude.

 

Pour les hommes, il est préférable de rester également dans la sobriété en terme d'habillement, même pour un poste d'ouvrier qualifié. Les couleurs criardes sont en général peu appréciées par les recruteurs car elles peuvent dénoter un tempérament frondeur. Donc... Plutôt pantalon, et chemise de couleur unie, sans motifs particuliers. La cravate ? Si vous n'êtes pas à l'aise avec elle, laissez tomber. Prêtez une grande attention au rasage et aux chaussures. Préférez d'ailleurs porter la meilleure paire de chaussures qui soit (exit les baskets...), en cuir ou simili-cuir de préférence. A noter que certaines boîtes (starts-up) prêteront plus d'attention à vos compétences qu'à votre look, mais dans le doute, fiez-vous à ce qui a fait ses preuves.

 

Pendant l'entretien

 

Faites-toujours attention à vos gestes. La plupart des recruteurs savent parfaitement les décoder. Bien évidemment, le chewing-gum est à bannir. Si vous avez une table en face de vous, posez vous coudes à plat, et parlez avec vos mains. Maintenez toujours votre buste droit, et répondez aux questions sur un ton calme, avec un vocabulaire courtois. Surtout, n'essuyez vos mains sur votre pantalon, évitez les jambes qui tremblent... Etc. Pourquoi ? Parce que la personne en face de vous se dira : «celui-là n'a pas la carrure pour le poste, s'il est déjà comme ça à l'entretien...».

 

Lorsque l'on vous pose une question à laquelle vous ne savez pas répondre, dites : «je suis désolé, mais je ne sais pas». Mieux vaut ne pas savoir que de répondre à côté du sujet ou avec des inepties, la franchise est toujours appréciée.

 

Insistez sur vos points forts, sur ce que vous pouvez apporter à l'entreprise, ne masquez pas les éventuelles erreurs de parcours qui émaillent vos C.V... Surtout, ne mentez jamais sur les raisons qui vous ont amené à quitter telle ou telle entreprise, tout se sait.

Démontrez de l'ambition, de la détermination, du calme et de la sérénité, et vous mettrez tous les chances de votre côté.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 12:00

outil

Comme je l'ai signalé dans la newsletter du mois dernier, ma mutuelle vient d'augmenter de 10%, et mon assurance auto prendra la même pente ascendante. Pour contrer ces augmentations parfois injustifiées, il faut savoir jouer des coudes et user de son pouvoir décisionnel de consommateur.

J'ai déjà expliqué ce que représentent pour moi «les économies d'ensemble». Ce que j'appelle «économies d'ensemble», ce sont les charges fixes, au rang desquels figurent les mutuelles et autres assurances, qui représentent une part conséquente de vos budgets.

A l'heure actuelle, si j'ai un train de vie qui m'était complètement inaccessible il y a quelques années, c'est surtout parce que mes efforts portent essentiellement sur ces postes de dépenses. En effet, du moins pour moi, cela n'est pas en rognant sur mes petits plaisirs quotidiens que je serai plus heureux, bien au contraire. Si nous nous privons de tout pour obtenir quelque chose, l'effet sera strictement le même que celui d'un régime : nous reprendrons des kilos... Je connais d'ailleurs quelques femmes dont les maris étaient radins et comptaient même le nombre de rouleaux de papier toilettes utilisés...inutile de dire l'enfer que doit être cette vie de couple au quotidien !

Je trouve vraiment navrant de payer des services trop chers alors qu'ils pourraient être obtenus au meilleur marché. Pour les mutuelles et assurances, nous avons tous, plus ou moins, connu ce genre de situation : mon assurance auto est gérée par telle agence, ma mutuelle par une autre, tandis que mon assurance habitation est gérée par une troisième enseigne.

Et vous savez quoi ? en centralisant tous ces services dans une seule et même boutique, non seulement vous gagnez un temps fou pour les démarches, mais en plus, l'on peut vous accorder une bonne vieille ristourne.

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 20:23

 

Une question qui mérite d'être posée... Qu'est ce qui distingue une personne arriviste d'une personne ambitieuse ?. Par delà la sémantique, les points de vues peuvent être partagés, et l'amalgame peut aussi naître facilement. Voici mon opinion...

 

L'arriviste

Un arriviste vous marchera sur la tête pour obtenir ce qu'il convoite. Il ne s'intéressera qu'à ce que vous êtes en mesure de lui apporter et rien d'autre. Pour lui, vous ne serez toujours qu'un pion sur un échiquier, un concurrent ou un paillasson. Il ne partage jamais ses connaissances, ne connait pas les actions de bienfaisance, ignore la notion de récompense ou d'amitié et retourne sa veste à la première occasion venue. C'est le roi des intrigues de coulisses, du zèle, des coups de force qui se dégonflent comme des ballons de baudruches car il parvient rarement à faire l'unanimité du fait de son individualisme. S'il est propulsé à la tête de postes qu'il considère comme «des tremplins» pour sa carrière, il deviendra vite un véritable tyran. L'arriviste usera de toutes les ficelles, surtout les plus sordides comme le chantage, et il manquera toujours de naturel et de sincérité dans ses propos, mais vous ne vous apercevrez de cette facette de sa personnalité qu'au hasard de discussions avec des collègues de travail.

 

L'ambitieux

Un ambitieux, à mon sens, procède tout autrement. Ma vision d'une personne ambitieuse est celle de quelqu'un qui cherche à rassembler et non pas diviser, qui s'élève spirituellement ou culturellement, sans pour autant bafouer les valeurs qui lui sont chères. Je suis quelqu'un d'ambitieux et je ne vais pas m'en cacher, car ne pas avoir d'ambitions, c'est être fantomatique. Ce qui ne m'empêche pas pour autant de discuter avec des smicards ou des gens qui vivent très simplement, parce que j'éprouve un profond respect pour eux (et je suis passé «par là» aussi). Je suis aussi quelqu'un qui pense que la franchise est toujours préférable, quitte à attendre le bon moment pour dévoiler ses griefs, en mettant parfois «les formes», suivant la situation. Par essence, une personne ambitieuse connait par coeur toutes les arcanes de la diplomatie. Le respect s'est toujours gagné, en ce qui me concerne, par la qualité du travail fourni, des dialogues constructifs et rarement «musclés», sauf quand je considère être mis en cause plus ou moins ouvertement. Démonter des rumeurs infondées, calmer les esprits et clôturer ces rares altercations sur une note positive est aussi une démarche qui ne m'a toujours apporté que de la satisfaction. Ne pas calculer le temps passé, ni l'argent dépensé dans ses projets en attachant autant d'importance au résultat qu'à la façon de l'obtenir m'importe également énormément.

 

Synthèse et conclusion

 

Opérer une distinction entre l'arriviste et l'ambitieux est quand même très délicat. Très souvent, l'on confond facilement l'un comme l'autre alors que des nuances sont omniprésentes. l'arriviste comme l'ambitieux ont des points en commun, comme l'ego et le passé douloureux. Le premier de ces éléments est moins proéminent chez l'ambitieux. Le deuxième découle d'une évidence : la nécessité de briller cache souvent quelque chose de profondément enterré dans le subconscient. Enfin, les ambitieux et les arrivistes ont souvent un côté cynique plus ou moins assumé.  

 

Je pense être bien placé pour parler de "ces deux variantes" de personnages par rapport à mes expériences dans différentes sociétés privées et la fonction publique. A l'heure actuelle, je fais plus de 45 heures toutes les semaines (ce qui inclue la rédaction d'articles) pour obtenir nettement plus de deux fois le SMIC net d'impôts, et je ne le dois qu'à mes ambitions, qui ont toujours été croissantes. J'ai commencé avec quelques centaines francs en apprentissage, il y a maintenant 17 ans, et j'ai tout obtenu par moi même (permis, diplômes, etc...). J'ai toujours trouvé du travail dans ma vie professionnelle et je n'ai jamais été licencié (oui...), sûrement parce que j'ai toujours été fidèlement attaché à ces principes de fonctionnement. Pour autant, je ne pense pas avoir «réussie» ma vie, mais je vis très confortablement, et personnellement, je trouve qu'il n y a aucune honte à le montrer après avoir traversé des moments très difficiles.

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Sur moi-ce blog
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 19:54

 

«Rome» est une série dont j'étais fan il y a quelques années. Elle se différenciait du péplum classique dans la mesure ou elle montrait non seulement la rude vie courante des romains, mais aussi les coulisses du pouvoir et les luttes intestines pour y accéder.

Si l'armée romaine est restée la meilleure au monde pendant longtemps, c'est surtout grâce à son organisation et sa discipline de fer. Dans la vie courante, être totalement dépourvu d'organisation et/ou de discipline est un gros défaut, ce qui ne veut pas pour autant dire que vous n'avez pas le droit à quelques écarts («le lâcher-prise» est obligatoire de temps à autre). Depuis quelques années, j'ai découvert quelque chose de fabuleux sur les finances personnelles, quelque chose qui m'était inconnu auparavant. Pour décrire ce que j'ai découvert, je vais utiliser le premier épisode de cette série... Ah, les métaphores... 

 

 

Le centurion romain des finances, c'est vous et moi. Imaginez que vous soyez en possession du sifflet et que c'est vous qui décidiez du déplacement de vos soldats, matérialisés par des euros. Bien avant cette affrontement, vous avez dû composer votre armée (ou centurie), et votre légion est composée en majorité de revenus principaux et éventuellement, de revenus alternatifs.

 

Observez bien comment procèdent les romains pendant l'assaut des barbares : les troupes fraîches remplacent celles des premières lignes qui sont émoussées en suivant un mécanisme ingénieux. Aussi, dès qu'un revenu alternatif tombe, il doit aussitôt être remplacé par un autre, l'idéal étant que cet autre source de revenus prenne la relève de suite, et demande encore moins de travail.

 

Et l'armée peut ainsi être démultipliée à l'infini, suivant vos idées sur ce que peuvent être ces sources de revenus complémentaires. Si nous n'avons qu'une armée «de poltrons», désorganisée et avec un chef qui a peur de donner des instructions, nous n'irons pas très loin. Le résultat sera malheureusement le même si nous n'avons qu'une première ligne composée de revenus du travail, car elle se fera bien vite tailler en pièces, sans aucune possibilité de rechange. «Les barbares», ce sont vos peurs : peur de mal faire, peur d'être mal perçu, peur de perdre, crainte de l'avenir, etc... Or, permettez-moi de penser que vous perdrez potentiellement plus d'argent en ne comptant que sur des revenus du travail/ou des livrets bancaires classiques.

 

La réussite est toujours suspecte en France

 

Il y a trois ans, quand j'ai commencé à parcourir certains blogs dédiés aux investissements, je me disais : «mais m...comment ce mec arrive à faire tout ça, c'est carrément surhumain». Et aujourd'hui, je ne suis qu'à un cheveux de certains d'entre eux, alors qu'ils m'ont tant fait rêver auparavant. J'ai commencé à rechercher une activité complémentaire sur le web, et je l'ai trouvée par hasard. Je peux gagner, n'importe où dans le monde grâce à une connexion internet, plusieurs dizaines d'euros grâce à mon écriture. Je prouverai ce que je fais en fin d'année, au plus tard fin Janvier de l'année prochaine. Et croyez moi ou pas, je ne connaissais personne sur internet quand j'ai débuté !

 

Avec cet argent, je développe ce blog et je ne me prive absolument de rien. Dites-vous bien ceci : «si ce type a fait ça, c'est que je peux le faire aussi». Que vous ayez 20, 30, 40, 60 ans n'a rien à voir avec la réussite ou l'échec, tout est dans la tête. On est pas «pourri» à partir d'un certain âge, il s'agit encore de très mauvaises idées préconçues en France. On ne devient pas riche en se privant d'un restaurant, d'un cinéma ou d'un café, ou en gagnant quelques centimes d'euros sur l'achat d'un produit qui ne coûte déjà pas grand chose. Par contre, il est sûrement possible de le devenir en développant des sources de revenus complémentaires ou en rencontrant des personnes qui vous initient... Et les résultats, en ce qui me concerne, dépassent mes espérances !

 

Une autre idée pernicieuse est de croire que quelqu'un "qui s'enrichit", appauvrit automatiquement d'autres personnes. Cette conception de la richesse est totalement stupide, car celui qui s'enrichit ne le doit en général qu'à ses propres efforts et "fait tourner" l'économie réelle du pays, quoi qu'il fasse. 

 

 

Nota : la tenue de centurion, chez le banquier, n'est pas susceptible de vous octroyer de meilleurs prêts mais plutôt une place pour l'asile, à moins qu'il n'apprécie que les films sur les gladiateurs...

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.