Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 10:04

moteur-recherche.jpg

Dans vos recherches sur internet, vous êtes parfois amenés à taper des «mots-clefs» sur les moteurs de recherches.

 

Quand vous effectuez vos recherches via ces derniers, ils enregistrent vos «adresses IP», puis stockent ces informations à des fins purement publicitaires. 

 

Ainsi, tous les bandeaux publicitaires que vous verrez apparaître par la suite seront en rapport avec «vos mots-clefs» du moment. Qui n'a jamais ressentie cette vague sensation d'espionnage sur la toile ? Même si tout n'est pas forcément négatif (les publicités collent à nos aspirations), je trouve cette forme de marketing trop agressive, à la limite de l'incursion au forceps dans la vie privée.

 

Pour vous prémunir de ces tentations d'achat, il est possible de procéder autrement en court-circuitant carrément cette avalanche de pubs ciblées. Comment ?

 

En utilisant «ixquick.com», moteur de recherche totalement gratuit qui n'enregistre pas votre adresse ip et vos recherches. En route vers d'autres voies que celles du pistage commercial...

https://us.ixquick.com/fra/  

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 10:14

Je vais vous livrer, en toute objectivité, mon opinion sur quelques placements financiers actuels.

Encore invefinances.jpgstisseur débutant mais suivant régulièrement les tendance de l'économie, je peux d'ores et déjà juger de la pertinence de quelques conseils et quelques décisions prises depuis le début de l'année dans ce domaine :

 

==> en début d'année, je conseillais d'acheter de l'or. Pour mémoire, la pièce de 20 francs or valait aux alentours de 200 euros et vaut aujourd'hui dans les 265 euros. Je n'ai investi dans l'or que fin Juillet, ayant pris le train en marche, mais dans une quantité très limitée parce que les prix me paraissaient déjà très élevés.

 

==> Profitant d'un point bas, j'ai acheté quelques parts de FCP (fonds commun de placement) supplémentaires pour renforcer mon PEA (plan d'épargne en actions). Je reste persuadé que j'ai réalisé une bonne affaire sur le long terme.

 

 

 

Maintenant, voici mon sentiment sur ce qui est de quelques placements financiers. Vous pourrez d'ailleurs déceler quelques indices sur mes intentions à venir, mais il est bien évident qu'ils n'ont pas valeur de vérité absolue.

 

===> matières premières : je ne parle ici que l'or et de l'argent. (et non du blé, de l'orge, etc, je me vois mal jouer là dessus)

----> Comme je l'ai dis, l'or est à un point d'achat très haut. Si vous voulez acheter,  il faut viser du très long terme, mais rien ne dit que vous récupérerez votre mise initiale. A mon avis, vous prenez trop de risques si vous voulez acheter maintenant simplement pour sécuriser plus de 10% de votre argent. Restez à 5% minimum de vos liquidités, renforcez à 10% (30% gros maximum) en fonction de votre degré de nervosité face à la crise. Ces conseils me paraissent valables avec 15000/20000 euros minimum de liquidités (ou de patrimoine), en dessous, cela ne me paraît pas rentable.

 

----> l'argent (en tant que matière) me paraît très sous évalué et devient plus rare encore que l'or. Là aussi, c'est du très long terme. 

 

NOTA - pour ces deux types de placements, vous avez deux solutions pour l'achat :

 

à la banque (compte titre bancaire). Inconvénients : frais de garde élevés (en général 4%), recensement comme détenteur de métaux précieux, taxe obligatoire à la revente. Avantage : sécurité absolue dans la transaction, la détention, ainsi qu'à la revente.

 

Chez un numismate ou un vendeur quelconque de métaux précieux (net, etc) : inconvénients : transaction peu sûre. Revente difficile mais sans taxes. Avantage Prix abordable. c'est un tir «de sniper» parfaitement bien ajusté à terme.

 

===> SCPI : je vais éviter. Les SCPI vont devoir rénover et adapter leurs bâtiments pour répondre à de nouvelles normes immobilières. Leurs rendements devraient probablement s'en ressentir dans les prochaines années.

 

===> Achat locatif ? : la réforme sur la plus value immobilière va sûrement tasser le marché. Tout comme Yann (son article ici > http://agregfinance.blogspot.com/2011/10/ma-quete-de-linvestissement-immobilier.html#comments ) je pense que les prix vont baisser (reste à savoir dans quelle proportion) d'ici quelques années.

Pourquoi je pense cela ? les jeunes couples n'ont plus les moyens de s'aligner sur les prix du marché.

En tant qu'acheteur d'un appartement ou d'une maison à but locatif, il faudra être teigneux pour trouver quelque chose d'intéressant (d'autant que les coups rabots sur les avantages fiscaux vont continuer), mais je n'écarte pas cette hypothèse.

 

===> PEA : Nul ne peut prévoir ce qui va réellement se passer. Je crois que c'est la plus grave crise que l'Europe doit affronter depuis 1929.

Retourner au Franc ne me paraît pas être la solution miracle non plus, cela laisserait et la porte ouverte à tous les nationalismes et à une inflation incontrôlable. Il est à mon avis un peu tard pour investir en bourse (le CAC 40 s'est redressé mais nul ne saitégalement  jusqu'à quand cette tendance va se poursuivre et il faut s'attendre à des variations d'amplitude)

 

Ce qui est certain, c'est que les économistes les plus optimistes ne prévoient pas (ou peu dans le meilleur des cas) de croissance économique dans les prochains mois. D'où l'intérêt, si vous vous lancez, de sélectionner rigoureusement vos intermédiaires financiers, vos actions, vos FCP.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 12:40

Ljames bondes qualités de l'être humain sont perfectibles. Profitons-en, servons-nous des remarques grappillées ici et là pour améliorer «nos performances» en matière relationnelle. Nous avons maintenant une idée plus précise de ce que représente le charisme. Forcément, nous devinons aussi de quel côté il est notoirement absent (chez les introvertis), et il nous manque surtout des manières de "le travailler". 

 

Portrait de «l'introverti type»

 

Chez les introvertis, c'est la pudeur qui l'emporte en toutes circonstances. Ils peuvent avoir de la pudeur pour tout et n'importe quoi et sont bourrés de principes, parfois même au point d'êtres devenus de vraies coquilles. Ils paraissent d'ailleurs souvent solidement refermés sur eux mêmes.

 

Qu'ils souffrent, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, ils ne vous diront jamais rien sur leurs sentiments, même sous la torture. Parfois, les introvertis sont des cocottes minute qui ne demandent qu'à vous exploser à la figure à l'occasion d'un événement mineur, expulsant d'un seul coup le surplus d'émotions négatives qu'ils ont accumulé.

 

Les introvertis mènent souvent une vie entièrement aseptisée en compagnie d'amis éphémères (quand ils en ont). Se confier à quelqu'un ? cela n'est pas pour eux, c'est contraire à la convenance. Ils se confortent dans une petite vie morose et pensent systématiquement que l'expression du bien être ou du malheur revêt un côté scandaleux. C'est un profil type d'introverti, avec des marqueurs comportementaux classiques. Il existe aussi d'autres niveaux d'introversion et «des paliers de décompression», propres à chaque introverti.

 

Le charisme ne peut se situer que quelque part dans le pays des extravertis, sans aller non plus chercher leurs extrêmes. Le portrait que j'ai brossé ci-dessus était volontairement dérangeant afin d'éveiller les consciences.

 

 

Humilité de rigueur si l'on vous pose cette question : avez-vous du charisme ?

 

L'humilité commande de ne jamais se gausser d'en avoir, surtout dans un entretien crucial, par exemple, afin de ne pas passer pour un vaniteux. Lorsque l'on me posait cette question dans un contexte où je devais me vendre, je me contentais de dire que «que c'était aux autres de décider si il me trouvait du charisme», car il me semblait (et il me semble toujours juste) de ne pas franchir cette ligne jaune de la vanité, qui est un vecteur d'asociabilité.

 

 

Le charisme, un mythe ? 

 

Le charisme n'est pas une chimère ou une légende, il est palpable et la portée de cette aura peut différer énormément d'un individu à un autre, de même que l'appréciation que nous en avons. Notre degré de charisme est d'ailleurs constamment évalué par l'autre, du boulanger que nous voyons le matin à notre meilleur(e) ami(e). C'est pour cela que le charisme me fait penser à une banale tôle qui demande à être sans cesse retapée, jusqu'à atteindre sa forme parfaite qui est la renommée.

 

 

Le chemin de croix à parcourir pour le développer

 

Travailler son charisme ? plus facile à dire qu'à faire, me direz-vous, et surtout comment procéder. Pour un introverti, c'est un véritable chemin de croix qui s'annonce, mais il n'aura pas d'autres choix s'il veut percer. Aristote employait le mot catharsis pour qualifier le phénomène de libération des passions qui se produit chez les spectateurs lors de la représentation d'une tragédie.

 

En psychanalyse, la catharsis est «un phénomène de libération à caractère émotionnel résultant de l'extériorisation d'affects refoulés dans le subconscient.». Tout un programme, auquel j'ai adhéré avec beaucoup de mal en forçant ma nature. Voici quelques armes pour amplifier son charisme :

 

===> le théâtre : ce qu'il y a de mieux. C'est «la roll's royce comportementale» qui dédramatise l'expression des émotions, permet de les canaliser et d'obtenir un jugement des autres sur vous. Vous pourrez tout aussi bien mettre en valeur un défaut physique, corriger un défaut d'élocution, ou reconnaître «le style» vestimentaire qui vous va le mieux par la grâce du metteur en scène. (s'il est doué )

 

===> Arts martiaux/sports de combat : vous prenez des coups, vous en donnez et vous en esquivez. Vous tombez à terre et vous devez vous relever à de nombreuses reprises. Incontestablement, la pratique de ces sports fortifie la personnalité : vous apprenez à vous redresser en situation d'échec, à trouver des parades à l'agression, à accepter que votre égo soit mis à mal au moins pour un temps.

 

===> associations : terrain très propice pour les plus timides. Vous pourrez tester votre discours devant 4/5 personnes au départ. (pas les alcooliques anonymes )

 

Par ailleurs, il existe aussi bien d'autres moyens beaucoup plus pratiques de travailler son charisme. Par exemple, exprimez votre désaccord sur tel ou tel sujet envers et contre tous, en détaillant précisément les arguments de votre point de vue. C'est non seulement une façon de montrer sa différence et de ne plus subir les événements extérieurs, mais aussi de tester votre influence sur les gens qui vous entourent.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 12:47

charisme.jpgQuelqu'un qui a du charisme est capable de magnétiser son auditoire, de l'amener exactement là où il veut. C'est une faculté assez rare, ma foi, mais j'ai déjà croisé quelques personnes de ce genre, notamment à l'armée (j'allais dire, surtout là bas...). J'aurais probablement suivis jusqu'en enfer certains de ces types si cela avait été nécessaire, parce qu'étant trop jeune, je ne disposais pas encore du recul suffisant pour analyser leur manège.

 

Après l'article sur «le relationnel», celui-ci vient à point nommé, puisqu'avec du charisme, vous êtes en principe capable de capter l'attention de n'importe qui, n'importe quand, à n'importe quel moment.

 

Nous pouvons, tous les jours, rencontrer deux sortes d'individus charismatiques : ceux qui sont «nés avec» ce pouvoir étrange de fascination, ceux qui sont nés «sans» ce pouvoir mais qui ont été contraints de le travailler.

 

 

 

 

Ceux qui sont nés «avec» cette prédisposition me paraissent beaucoup plus nombreux. Ils ont «un leadership» naturel qui s'est affiné d'années en années, depuis les bancs de l'école jusqu'à l'âge d'adulte. Ils sont donc, en principe, arrivés au sommet de leur art. Ceux qui sont nés «sans» ces prédispositions naturelles et qui doivent "travailler"ce côté de leur personnalité vont devoir affronter leurs peurs et se heurter à de nombreux "blocages psychologiques", ce qui est particulièrement douloureux, surtout les plus réservés, et je suis bien placé pour en parler. Je reviendrais sur ces blocages dans un deuxième post.

 

Les hommes et les femmes sont parfaitement égaux devant le charisme, pour peu qu'ils soient capables d'introspection. (En voilà une bonne nouvelle!). Voilà la qualité principale : l'introspection. Ceux qui nient l'évidence et préfèrent conserver le charisme d'un mollusque se planquent derrière leur petit doigt.

 

C'est un suicide à petit feu, à mon avis, puisque dans le monde d'aujourd'hui (surtout celui de l'emploi) il faut savoir se démarquer des autres pour prouver que l'on «en veut». Si j'étais resté le jeune homme terriblement coincé et timide de mon adolescence à mon entrée sur le marché du travail, j'aurais été bon pour la rue ou le SAMU social. Je n'aurais jamais rencontré tous ces gens, en intérim, en formation continue, dans la fonction publique. Pour ce qui me concerne, j'ai dû évoluer non pas pour devenir un dictateur ou un gourou, mais uniquement pour décrocher un emploi stable, offrant des perspectives, et trouver ma place dans la société. C'est tout ce que je voulais, et rien d'autre, c'est peut être ce que vous cherchez aussi. Pour arriver à mes fins, j'ai dû faire preuve d'un minimum de personnalité (est-ce que l'on peut appeler cela du charisme ?), parce que quoi que l'on en dise, la concurrence est rude, que l'on soit diplômés ou non, surtout en début de carrière.

 

Comme ce pouvoir n'est pas inné pour la majorité d'entre nous, et que la psychologie ne définit pas vraiment ce qu'est le charisme, j'ai répertorié ses caractéristiques avec quelques observations  :

 

===> l'empathie : quelqu'un qui a du charisme doit être susceptible de comprendre et de compatir à la douleur des autres. c'est essentiel et cela permet même de fédérer sous la même chapelle.

  

===> Son charme est irrésistible et tient plus du surnaturel qu'autre chose

 

===> ses qualités sont indéniables (voix, regard, prestance)

Sa force intérieure rayonne "à l'extérieur" de sa propre personne.

Quelques atouts :

---> le regard : le regard cinématographique est l'un des éléments de séduction les plus utilisés chez quelqu'un qui a du charisme. Il consiste à fixer les sourcils de ses interlocuteurs, de façon à donner l'impression qu'un film est en train de se tourner pendant l'entrevue.

---> l'aspect vestimentaire : à mes yeux, peu important. Mais dans notre société de consommation et d'apparence, quelqu'un qui a «un look branché» et soigné, parfois en ajoutant une touche personnelle particulière, a de grandes chances de marquer les esprits. Avec une nuance de taille, puisqu'il peut aussi bien avoir un gros nez rouge, et être habillé en salopette

---> le comportement : notre homme sait attirer l'attention sur lui

---> il possède un don particulier dans un domaine précis

---> il peut avoir un défaut physique qu'il parvient à mettre en valeur

 

===> Notre personnage a «une mission» à accomplir, et la fait connaître. Celle-ci peut être bénéfique, ou carrément maléfique. (les exemples historiques abondent...)

 

===> Notre personnage est enclin à aller toujours plus loin pour accomplir cette mission.

 

Il ne nous appartient pas, je pense, de juger par nous mêmes si nous avons du charisme ou pas. C'est souvent notre entourage, direct ou indirect, qui nous lance ici et là des indices sur les défauts les plus flagrants de notre personnalité.  

 

Suite au prochain article.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 11:48

meleeBon, voilà.. je vais devoir contacter des bricoleurs (des vrais, pas ceux du dimanche comme moi )... ce qui m'a inspiré ce texte, qui peut faire suite à "s'entourer des bonnes personnes pour réussir ses projets" dans la catégorie vie pratique.

 

Ils portent le nom de réseaux, connaissances, relations, ou encore «groupes d'amis». Ce sont de petits cercles fermés qui fonctionnent avec leurs propres règles, et dont les membres se regroupent par affinités. Il peut s'agir de collègues de travail, ou encore de gens qui sont passionnés par l'art, les jeux, et beaucoup d'autres thématiques.

 

 

Si je ne dois absolument rien à personne sur le plan strictement professionnel, je dois en revanche beaucoup de sérénité à toutes ces personnes de mon carnet d'adresse, qui, à un moment donné ou à un autre, m'ont donné un magistral coup de main dans des domaines où je n'étais pas compétent.

 

Je ne sais reconnaître les gens fiables que depuis quelques années seulement. Dans l'amitié, j'ai évolué de la quantité à la qualité, n'ayant finalement saisi que bien tardivement l'importance de savoir sur qui compter en cas de problèmes.

 

Auparavant, comme bon nombre d'entre vous, il m'est arrivé de faire confiance à des personnes qui n'ont pas tenu leurs promesses ou qui se vantaient de pouvoir faire ci ou ça d'un simple battement de cil. Des profiteurs, j'en ai connu également, et ceux là, inutile de les dépeindre, vous en avez forcément quelques uns, intégrés de gré ou de force dans vos relations.

 

«les vrais amis ne vous lâchent pas quand vous êtes en difficulté, ils vous tendent la main». Savoir les identifier m'évite dorénavant beaucoup de déconvenues. Le fait d'être devenu plus expansif qu'auparavant m'a aidé aussi à tisser une espèce de toile d'araignée autour de moi, aussi indispensable que le souffle de la vie.

 

J'ai maintenant accès à pas mal de corps de métier par l'entremise d'untel ou d'untel. Vous n'imaginez pas à quel point cela simplifie la vie. Tenez, «Les pages jaunes», par exemple, et bien elles ne me servent quasiment plus à rien. Si ces personnes m'aident, c'est parce qu'elles savent qu'en retour, elles obtiendront quelque chose , je renvoie toujours l'ascenseur d'une façon ou d'une autre. Je ne suis pas un exploiteur et j'ai assez souffert du manque de gratitude pour le faire rejaillir dans mon noyau privé.

 

Avec ces réseaux, et sans aller jusqu'à fricoter par simple intérêt, l'on peut obtenir beaucoup de choses. Quand je dis beaucoup de choses, cela peut aller d'une simple place pour un concert à un logement. Mais j'espère que vous l'aurez compris, je ne me suis jamais intéressé à la poterie parce que quelqu'un qui pourrait m'être utile s'en passionne, ces tentatives seraient pathétiques et je serais bien vite démasqué. La plupart du temps, ce sont les rapports humains qui ont conditionné la suite des événements, et il faut croire que j'ai un bon contact.

 

Le jardinier consciencieux choisit d'abord les meilleurs graines qu'il souhaite planter, puis il prend soin de son lopin de terre s'il veut de belles pousses.

 

En amitié, dans les réseaux, les relations ou les connaissances, l'effet que je recherche me paraît identique : plus je m'entoure volontairement de personnes dotées de grandes qualités, moins j'aurais à me soucier d'ennuis causés par elles. Et lorsqu'elles souhaitent mettre à contribution leurs connaissances pour me rendre service, je m'impose toujours de reconnaître leurs mérites, puis de les récompenser à leur juste valeur, d'une façon ou d'une autre.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 13:07

intemperies.jpgPour ceux qui ne le savent pas, je rappelle que mon logement a été dégradé par une tempête de grêlons fin Août. Les dégâts se chiffrent à des milliers d'euros : crépis à refaire, volets, arbres arrachés, etc...

 

Ma voiture a payé aussi un lourd tribut à cette catastrophe. (vous reporter à la photo dans mon dernier journal personnel le cas échéant)

 

Personne ne comprends vraiment ce qui est arrivé. Personne non plus n'y était préparé, cet incident était totalement imprévisible et ne connaissait pas d'antécédents. Je ne sais pas vraiment ce qui se passe au dessus de nos têtes, mais plus grand chose ne tourne rond de ce côté là aussi, il suffit de jeter un œil sur la moyenne des températures en septembre. Bientôt, nous pourrons faire des barbecues en pleine période hivernale, vous préférez les merguez ou les saucisses blanches ?

 

Pour l'instant, je n'ai trouvé le temps que de m'occuper de mon véhicule. Comme vous serez, je pense, de plus en plus nombreux à être confrontés vous aussi à cette situation dans les années à venir, j'ai voulu vous faire partager mon expérience.

 

La mairie joue un rôle de plaque tournante dans le recensement des victimes de ces catastrophes, c'est à elle qu'il faut s'adresser à elle en priorité. C'est aussi elle qui peut demander le classement de l'intempérie en catastrophe naturelle, la procédure peut durer jusqu'à trois mois. Si l'événement est effectivement classé «catastrophe naturelle», les gens qui sont assurés au tierce pour leurs véhicules pourront être indemnisés en s'acquittant d'une franchise d'état. Si «la catastrophe naturelle» n'est pas reconnue, ces mêmes personnes ne pourront rien réclamer du tout pour leurs automobiles, sauf clauses particulières dans le contrat d'assurance.

 

La déclaration du sinistre obéit un délai très strict (5 jours ouvrables pour l'assurance auto notamment). Ma déclaration de sinistre a été effectuée par mail. La mairie m'a délivré un document officiel attestant de l'intempérie, ce qui s'est avéré être bien pratique pour les assurances.

 

Pour ce qui concerne les dégâts occasionnés sur les véhicules en formule «tous risques» (ce qui était mon cas), deux possibilités :

 

====> soit le montant des réparations est minime par rapport à l'argus du véhicule, dans ce cas là les réparations seront prises en charge par l'assurance

 

====> dans l'autre cas (le montant des dégâts est trop important par rapport à l'argus du véhicule) vous aurez sûrement le choix entre :

---> être remboursé à la valeur estimative du véhicule (et bien entendu, vous ne le conserverez pas), celui-ci sera alors classé économiquement irréparable, pour employer le terme consacré.

---> être remboursé pour préjudice esthétique. Vous le conserverez, et éventuellement, il vous sera proposé de déduire la franchise de l'indemnisation.

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 14:40

 

 

 

Pour parler crûment, la femme d'aujourd'hui n'est pas plus «salope» que celle d'hier, que ceux qui pensent le contraire s'expriment librement ici. Les temps changent, oui, mais «les fondamentaux» restent les mêmes.

 

En théorie, la femme est simplement un peu plus libre de ses choix amoureux grâce à son indépendance financière, une autonomie censée lui procurer autant de droits qu'un homme dans sa vie sentimentale. Malheureusement, il n'en est rien, et «le sexe faible» l'est toujours autant par le salaire (très fréquemment inférieur à ses homologues masculins à poste équivalent), ou par sa faible représentation dans les hautes sphères des entreprises ou celles de la politique. C'est sur tous ces points qu'il faut encore travailler à l'égalité, même si cela constitue un traumatisme pour les plus misogynes d'entre nous.

 

Seule une petite portion de femmes peut se vanter de pouvoir vivre pleinement le célibat, par simple choix de vie. Quelques unes de ces dernières, aussi fortunées que libérées, s'octroient le privilège de considérer les hommes comme des objets, ce qui n'est qu'un juste retour de manivelle, car n'oublions pas qu'en agissant ainsi, elles ont le sentiment d'enterrer des siècles de machisme. Nous, «les mâles», focalisons sur ces comportements marginaux que nous considérons à tort comme des offenses à notre égo.

 

Il en résulte pour nous, les hommes, des pertes de repères de plus en plus prononcées vis à vis des femmes. Nous ne savons plus vraiment comment les aborder, comment leur parler, et surtout, les comprendre. La peur qu'elles s'enfuient à la première occasion venue n'est pas étrangère non plus à la multiplication de nos erreurs dans la façon de séduire.

 

Nous ne savons plus parler aux femmes, ce savoir se dilue dans nos hormones. Drague lourde, allusions voilées, gestes déplacés, c'est toute la panoplie de la frustration qui prend forme dans nos dragues. Avec ces techniques d'un autre âge, il ne faut pas s'étonner si le papillon de nos rêves s'envole. Une femme ne raisonne pas comme un homme, c'est une lapalissade. Elle a bien souvent besoin d'admirer pour aimer, de rêver ou de s'offrir de nouvelles perspectives. De même, la femme dissocie très rarement le sexe des sentiments, c'est un point important, très souvent négligé par la gente masculine.

 

 

Des différences sur la communication entre hommes et femmes

 

Sous un prisme purement psychologique, il est démontré scientifiquement que les femmes utilisent beaucoup plus l'hémisphère droit du cerveau, une partie qui laisse la part belle aux sentiments et au langage. Quant à nous, à priori «sexe fort», c'est l'autre côté du cerveau que nous utilisons le plus souvent, une face dédiée au raisonnement et au traitement des informations visuospatiales. (Gilles azzopardi, manuel de manipulation, apprendre «le parler femme»)

 

Je ne saurais que trop conseiller également la lecture d'ouvrages tels que «les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus», qui démontrent, s'il en était besoin, les différences fondamentales entre l'homme et la femme sur le plan de la communication.

 

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans psychologie-psychanalyse
commenter cet article
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 13:42

monopoly.jpg

 

Suite et fin des techniques que j'ai pu utiliser pour vaincre les peurs qui m'empêchaient d'investir.

 

====> Simulations

 

Depuis quelques années, je perds ou je gagne de l'argent, d'abord dans des jeux «en mode virtuel», ensuite «dans la vrai vie». Cela contribue à désacraliser considérablement son utilisation. Les sommes perdues ou gagnées varient en fonction de l'évolution du budget, c'est à dire de façon croissante, et je n'ai jamais été tenté de tout risquer d'un seul coup.

Le poker permet notamment de vérifier notre capacité à effectuer une dissociation entre monde virtuel et monde réel. Sans le sou, les jeux de stratégie/de gestion (auxquels je ne joue plus mais qui m'ont toujours passionnés) sont aussi d'excellents moyens de se jauger dans telle ou telle situation, et de savoir à quel profil d'investisseur nous appartenons.

 

====> Saveur de l'investissement ? …

 

On peut prendre goût à investir. J'ai d'ailleurs réellement pris du plaisir à réaliser mes tous premiers placements. En sélectionnant avec soin non seulement les intermédiaires, mais aussi les produits financiers en fonction de notre profil et de nos objectifs, nos chances d'en sortir gagnant se démultiplient.

 

====> Je me suis débarrassé des préjugés et j'ai ignoré les pressions

 

«La bourse, c'est trop risqué», «acheter de l'or, c'est sans intérêt», «les bailleurs ont trop de problèmes avec les locataires», «parler d'argent, c'est malsain»

Je suis resté insensible aux ragots ou aux pressions, pourtant, vous savez que j'ai été critiqué.

 

====> J'ai lu quelques livres sur le sujet

 

par exemple «Sauvez votre argent» de Marc Fiorentino que je conseille et sur lequel j'ai révisé mon jugement récemment, ou encore «psychologie de l'argent» de Thierry Gallois. (voir mes critique, rubrique mes lectures).

 

====> j'ai diversifié pour être serein

 

Si vous mettez du jour au lendemain 50% de votre patrimoine en bourse, surtout en ce moment, je vous souhaite bien du plaisir. Pour dormir sur mes deux oreilles, la diversification s'est avérée être un douillet oreiller, mais j'ai remarqué deux travers :

----> Si nous ne diversifions pas assez, nous perdons potentiellement de l'argent.

----> Si nous diversifions trop, le risque reste l'émiettement et la difficulté à suivre l'évolution de notre patrimoine

 

====> je me suis ménagé une porte de sortie en ne piochant pas l'intégralité de mon fonds d'urgence.

 

C'est aussi l'un des gros dangers qui me guettait. Si j'avais trop pioché dans mon fonds d'urgence pour garnir mon PEA, j'aurais été bon pour souscrire un crédit récemment suite à un imprévu. (!)

 

 

Voilà, sur ce, je vous souhaite à tous et à toutes un excellent week end. Je vais terminer sur une note d'amour, qui ne remplaçera jamais l'argent : je vous aime, cher(e)s lectrices et lecteurs... Allez, dites-le, ça fait du bien de l'entendre, hein ?  

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 12:12

torrero.jpg

Je vais vous révéler quelques petits secrets, ceux qui m'ont permis de faire évoluer ma mentalité vis à vis de l'argent. Grâce à ces méthodes, j'ai pu investir plus de 3000 euros en quatre mois, alors que je gagnais le SMIC il y a encore une dizaine d'années.

 

Certains d'entre nous ont des blocages vis à vis de l'argent mais n'osent pas l'admettre, et ces inhibitions ont bien souvent des racines familiales.

C'est ainsi que quelqu'un dont les parents étaient dépensiers a de grandes chances de tomber dans l'avarice une fois adulte (par défiance psychologique), l'inverse est aussi très courant.

 

Bien plus tard, nous stigmatiserons très facilement des gens qui sont «plus riches que nous», les étrangers, les retraités, ou encore les fonctionnaires, et tant d'autres personnes que nous rendrons responsables de nos malheurs ou de nos incapacités financières. Les raisons de ces critiques perpétuelles sont bien souvent la peur de l'avenir ou une jalousie larvée.

 

Préambule...Si je ne m'en sors pas financièrement, la faute à qui ?

 

Si je ne parviens pas à m'en sortir pécuniairement, la faute n'incombe pas à telle ou telle catégorie de la population, ce n'est pas non plus l'oeuvre d'une organisation quelconque qui œuvre dans l'ombre uniquement pour me faire échouer. Si je ne parviens pas à gagner ma vie correctement, c'est de mon unique fait, parce que je ne pense pas positif et/ou je ne prends pas les bonnes décisions. Pour retrouver la confiance ou en acquérir, je peux faire du sport, suivre une formation ou m'inscrire dans des associations diverses.

 

 

 

Pour ma part, je n'arrivais pas à concevoir que risque rimait avec rendement. J'étais bloqué dès qu'il s'agissait de mettre en jeu des sommes d'argent importantes par rapport à mon budget, et de toute façon, je n'avais pas les moyens. Je préférais nettement le Livret A et les placements garantis, parce que je me disais que tout cela n'avait aucun intérêt.

 

Cette mentalité est typique de la culture française. Les français préfèrent nettement la certitude dans la gestion de leurs finances. J'ai pensé comme cela pendant longtemps aussi, il n y a absolument rien de honteux, mais je trouve cela très dangereux-pour ne pas dire suicidaire- d'avoir cette aperçu pour ma catégorie d'âge, surtout si elle est peu fortunée, ce qui est très souvent le cas.

 

 

===> Je voulais plus de moyens pour réaliser mes projets, il me fallait vaincre cette angoisse de perdre de l'argent.

 

Perdre de l'argent ne m'a jamais fait plaisir. J'ai tout simplement imaginé que je devais faire face à un imprévu, qui m'obligeait à débourser une somme très importante pour mon budget, à fonds perdus. Ensuite, j'ai transposé cette même somme à une «prise de risque calculée» qui colle parfaitement à mes projets. Ainsi, j'ai considérablement dédramatisé les pertes éventuelles.

Quelqu'un qui vous propose un rendement à plus de 7% sans risques vous ment éhontément, à ce tarif là, il existe forcément du risque. Mais si l'on extrapole, vous prenez des risques tous les jours, même s'ils sont plus ou moins importants et que vous ne vous en apercevez pas forcément.

 

 

===>De 20 à 45 ans...plus mon patrimoine est faible, plus la prise de risque est nécessaire.

  

J'ai pris conscience que ma génération et beaucoup d'autres (disons de 20 à 45 ans...) doit se préparer à ne plus dépendre de l'état providence. Si vous faites aussi partie de cette catégorie d'âge, rayez impérativement de vos esprits la carrière pépère qui se termine avec une pension honorable quoi qu'il arrive. Oubliez la retraite à 60 ans, et ne perdez pas de vue qu'il nous sera indispensable de capitaliser. C'est dur, je sais, mais il faut se faire une raison et agir maintenant pour ne pas le regretter.

 

 

====> Je ne compte pas que sur mes revenus du travail, je cherche des revenus alternatifs

 

L'une des raisons pour laquelle je suis passé à l'action, c'est aussi ce graphique, qui m'a révolté et m'a douloureusement rappelé que j'ai travaillé quasiment «pour rien» comme ouvrier pendant de nombreuses années.

graphproduct.jpg

 

Suite au prochain épisode.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 13:27

appel.jpgAvec une inscription sur Pacitel.fr, 80% des démarcheurs téléphoniques vous laisseront tranquilles.

 

Mais comme moi, vous le savez bien, il ne suffit pas d'une simple pancarte ou d'une inscription sur un site de ce genre pour être définitivement à l'abri d'un appel intempestif : il restera toujours des commerciaux pour proposer de la glace à des esquimaux.

 

S'en rend-il toujours compte, ce pauvre bougre à l'autre bout du fil, qu'il devient vite un boulet lâché à grand vitesse dans notre quotidien quand nous sommes occupés ?

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.