Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 15:59

 Avant de parler dans les prochains temps des SCPI, je vais tenter de répondre à une question qui revient toujours sur le tapis : j'ai tant en budget, quelle est la part de celui ci que je dois consacrer à l'investissement ?

 

J'ai lu pas mal sur cette thématique, et les opinions divergent nettement suivant des critères comme l'âge, la situation professionnelle, la situation matrimoniale, etc ...

 

Tout dépend surtout de notre tempérament, de nos envies, et de notre façon de voir l'avenir. Il y a aussi certains préjugés moraux qui planent sur les investisseurs et dont il faut impérativement se délester pour continuer à avancer en toute sérénité.

 

 

 

point-d-interrogation.jpgLe travail d'introspection, les questions à se poser

 

Quelle est la vie dont je rêve vraiment, passe-t-elle forcément par l'aisance matérielle ? (sous entendu : ne serais-je pas tout aussi heureux à élever un troupeau de moutons en Corse ?)

 

Que pourrais je faire pour atteindre cette vie rêvée dans un proche avenir ?

 

Quels risques suis-je prêt à prendre pour parvenir à ces objectifs ?

 

 

 

 

 

 

 

verrous.jpgQuelques idées reçues à abandonner sur les investisseurs

 

Les investisseurs sont des gens prêts à vendre père et mère pour faire du profit : Faux, c'est un amalgame. La grande majorité sont des gens comme vous et moi et connaissent les mêmes problèmes. Et comme partout, vous trouverez quelques brebis galeuses qui n'ont ni foi, ni lois.

 

Si j'investis, je suis un pollueur et je détruis la planète : Faux. Certains entrepreneurs font fortune dans le secteur des énergies durables ou du recyclage. Seriez vous gênés à l'idée de miser quelques euros sur le développement de ces sociétés ?

 

 


 

 


 

outil.jpgCalculer votre indice de risque optimal (IRO) suivant votre profil

 

C'est le pourcentage de notre budget que nous sommes prêts à perdre dans un investissement qui comporte des risques (petits ou grands), suivant des critères précis et propres à chaque individus.

 

Le mode de calcul le plus pertinent que j'ai trouvé jusqu'à présent est celui proposé par Marc Fiorentino dans «sauvez votre argent».

 

Bon, c'est vrai, je n'ai pas trop apprécié l'ensemble de cet ouvrage surtout pour son point de vue très noirâtre, mais il n'en reste pas moins que cette détermination de l'IRO est si précise que je compte l'appliquer à mon budget personnel.

 

 

 

 

1/ Faites : 80- (votre âge) (pour une personne seule) ou 80 – (moyenne de vos âges) pour un couple.

 

2/ Ajoutez au résultat obtenu 5% si vous êtes une femme, retranchez 5% si vous êtes un homme, 0% si vous êtes un couple.

 

3/ Ajoutez de 0 à 10% suivant votre appétence au risque.

 

4/ Ajoutez (ou retranchez) de 0 à 10% en fonction de votre jugement sur la solidité (ou la fragilité) de votre situation financière (revenus et patrimoine)

 

5/ objectifs de gestion (un seul de ces objectifs doit être choisi), vous souhaitez :

générer des revenus complémentaires, ajoutez 10%

optimiser la rentabilité de vos placements, ajoutez 5 %

constituer une épargne de précaution, n'ajoutez rien

Préserver ou transmettre un capital : enlevez 10%

 

Le résultat peut être négatif, dans ce cas votre IRO sera de 0%. Il est vivement conseillé que votre IRO ne dépasse pas les 50%.

 

 

 

travaux.jpgCommentaires

 

La question d'inclure les fonds disponibles du Livret A (ou son équivalent) pour calculer l'IRO ne se pose plus, à mon avis, du fait de son taux peu rémunérateur.

 

Pour ma part, le pourcentage obtenu (27% d'IRO) m'incite fortement à remettre en cause la gestion de mon budget qui va prendre une trajectoire assez différente d'ici quelques mois, ceci afin de répondre à une stratégie de diversification.

 

Ainsi, on peut décomposer notre budget en plusieurs tranches, et les faire progresser à des vitesses variables :

 

- Une vitesse lente, au rythme du Livret A (2% annuels)

 

- Une vitesse de croisière, avec des produits au rendement compris entre 2 et 4,5% annuels maximum

 

- Une vitesse qui pourrait être «ultrasonique», grâce à des produits un peu plus risqués qui offrent des perspectives supérieures à 5% annuels, en respectant bien sûr les proportions de notre IRO.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 13:49

joconde.jpgDepuis quelques années, j'expérimente un moyen de gestion de l'aspect économique de ma vie courante, un test qui pour l'instant, s'avère très concluant....Non seulement je suis parvenu à me sortir d'un endettement excessif, mais en plus, j'ai réalisé de belles économies. 

 

Le principe est simple, il s'agit toujours de prévoir une solution de repli sérieuse au cas où.

 

Ce mode de fonctionnement pourrait se résumer par cette adage : «ne jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier»...C'est une stratégie très simple, il faut juste être un poil prévoyant.

 

Depuis 2 ans, j'écris donc sur deux sites (j'ai toujours eu un blog), j'ai deux comptes bancaires, au moins deux sources de revenus, et en général je prévois toujours au moins un plan de secours quand je prépare quelque chose d'important. En remontant deux années en arrière, j'avais aussi deux comptes de poker et deux boutiques numismatiques (une sur eBay, l'autre sur delcampe.fr)

 

Pour ceux qui sont trentenaires comme moi, souvenez vous de la génération de nos parents. Le père devait travailler et son seul revenu du travail suffisait amplement à faire vivre la famille.

 

Depuis, la vie en couple a profondément évolué, les deux parents doivent travailler pour assurer le train de vie quotidien du foyer. De même,les modalités de gestion des finances personnelles ne sont plus du tout les mêmes que celles de nos parents, eux qui pouvaient se contenter de placer sur des livrets pour être sanctifiés comme d'excellents gestionnaire.

 

Pour moi, une gestion plus agressive est indispensable, étant donné que notre budget est constamment attaqué par l'inflation. Par gestion plus agressive, j'entends par là qu'un certain pourcentage de notre épargne (entre 5 et 40% suivant notre aptitude au risque) doit obligatoirement être investi pour préserver notre train de vie futur.

 

C'est pourquoi, une fois le fameux fonds d'urgence constitué (6 mois de salaire d'avance), libre à nous de décider quel pourcentage dédier à ces investissements, suivant des critères comme notre tempérament, notre âge ou encore les opportunités qui se dessinent, cela s'appelle la détermination du profil de risque,j'y reviendrai en évoquant ce que nous propose Marc Fiorentino pour en avoir le coeur net.

 

 

 

La mise en compétition des services

 

Le contexte économique actuel nous oblige à sélectionner avec rigueur les achats ou les prestations de service. En tant que client dans cette période de crise, notre salut ne réside que dans cette concurrence acharnée.

 

Nous sommes ici dans une arène, où se battent les gens qui peuvent vous payer un service (les employeurs) et ceux qui gèrent votre argent. (les banquiers)

 

Si vous choisissez la solution de les dupliquer, vous les laisserez se battre entre eux, et par voie de conséquence, vous n'aurez plus qu'à proclamer le vainqueur. Une solution de rechange présente aussi un autre intérêt majeur : elle nous épargne bien des démarches inutiles dans une situation stressante.

 

Il est vrai que trouver une seconde activité rémunérée n'est pas toujours facile. Tout ira crescendo, sans que vous n'ayez à forcer, une fois que vous aurez compris qui vous êtes et ce pour quoi vous êtes le plus doué.

 

 

 

Les récompenses

 

Le sentiment d'une certaine indépendance, une liberté de choix, et aussi, il faut le dire, la certitude de ne jamais avoir d'ennuis majeurs.

 

Paranoïa ? prévoyance poussée à l'extrême ? Je dirais plutôt que c'est de la logique pure.

 

 

Gérez comme moi ces aspects de votre vie courante, et je vous garantis que vous verrez la vie en rose.

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 13:37

credit-immo.jpgAprès deux mois et demi d'intenses tractations, de péripéties en tous genres, de formulaires barbants, le rachat de mon crédit immobilier est maintenant finalisé, au taux très attractif de 2,97 % sur 6 ans, sans souscrire d'assurance habitation.

 

C'est le moment que je choisis pour vous livrer mon point de vue sur les agences de courtage en crédits, avec quelques remarques pratiques.

 

Dans un premier temps, il important pour moi de vous préciser qu'au départ, j'avais une crainte énorme à l'idée de faire appel à leurs services. En effet, la possibilité de me faire arnaquer n'était pas à exclure, et cette hypothèse là, comme tout le monde, était loin de me réjouir... Et puis, j'ai vite compris que j'avais à y gagner.

 

 

Mes arguments pour les agences de courtage :


 

 

----> Vous ne payez rien tant que vous n'avez pas de résultats...En effet, vous mandatez l'agence de courtage pour rechercher un meilleur taux, et celle ci «ne se sert» que sur une infime partie de la somme que vous empruntez, une fois que votre crédit est signé.

 

-----> Une agence de courtage en crédits n'a aucun intérêt à duper ses clients, et même si cela devait être le cas, vous lui feriez de la mauvaise publicité en brisant un pan de sa notoriété, lui empêchant ainsi d'avoir accès à des clients potentiels supplémentaires.

 

-----> Maintenant, imaginons que vous souhaitiez renégocier votre crédit directement avec votre banque (ou une autre) sans passer par cet intermédiaire...C'est bien sûr terriblement tentant pour éviter les frais de courtage, sauf qu'en procédant de cette manière, vous ne pèserez pas grand chose en tant que particulier face à la banque concernée.

 

Sur ce point, je m'explique : une agence de courtage négocie des dizaines de contrats par jour, elle se passe d'énormément d'intermédiaires et saute les cases «conseillers» ou «directeurs d'agence» en s'adressant directement à la caisse régionale d'une banque...Et que fais ce responsable de caisse régionale avec quelqu'un qui est susceptible de lui ramener énormément de nouveaux clients ? il propose ses conditions les plus avantageuses.

 

 

Les bémols que j'ai pu trouver :

 

Les frais de courtage sont négociables : j'ai réussi à économiser 20% de ces frais grâce au contact que j'avais avec le mandataire.... Et tout le monde peut faire la même chose !

 

La souscription d'un nouveau crédit se double souvent d'une adhésion à une nouvelle assurance habitation, c'est un des éléments du contrat qui est présenté comme une obligation mais qui reste négociable également.

 

 

Pourquoi faire appel à un courtier en crédits, aujourd'hui

 

Si à l'heure où j'écris cet article, le rachat de crédit n'est plus très intéressant en raison de la remontée des taux d'intérêts, il n'en demeure pas moins qu'une agence de courtage en crédits possèdent bien d'autres cordes à son arc :

 

----> la recherche d'un crédit immobilier aux meilleures conditions "du moment".

----> le regroupement de multiple crédits en un seul, qui permet de sortir la tête de l'eau financièrement surtout si votre taux d'endettement est supérieur à 30%.

----> Quelques placements financiers qui peuvent être intéressants.

 

Je suis un peu plus circonspect pour ce qui est de faire appel à leurs services en ce qui concerne la recherche pure et dure d'un crédit immobilier... Il vaut mieux, à mon avis, toquer à toutes les banques en prenant tout son temps.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 11:40

 logo-fondblanc.gif

Dans un précédent article, je vous parlais du boom des achats groupés et des opportunités qui en découlent pour les consommateurs que nous sommes. Par ces temps de crise pour notre pouvoir d'achat, c'est bien normal, me direz vous !

 

S'offrir l'article ou la prestation de nos rêves et en faire dégringoler le prix grâce à l'union, cela méritait d'être salué sur mon blog, au moins par un billet.

 

Cependant, la profusion d'offres en ligne est telle que vous ne vous y retrouverez pas forcément, sans compter qu'il vous faudra nager dans les publicités inadaptées dont l'on va vous abreuver jusqu'à plus soif, une fois inscrit(e).

 

Partant de ce constat, la tentation est forte de multiplier les inscriptions sur les sites d'achats groupés, avec le travers de multiplier aussi les mails promotionnels inintéressants, qui plus est, sans avoir encore trouvé «le graal» recherché...

 

70% des acheteurs sur les sites d'achats groupés sont des acheteuses. Pourtant, aucun site d'achat groupé ne leur est exclusivement consacré. (cherchez l'erreur...)

 

Pourtoimonamour.com répond à une demande criante encore inexploitée à l'heure actuelle : celle de rassembler toutes les offres disponibles existantes sur les sites d'achats groupés en s'adressant essentiellement à cette clientèle féminine.

 

En vous rendant sur cette plate forme, vous aurez accès à une sélection pointue (ville, prix, popularité...), et vous trouverez obligatoirement «chaussure à votre pied», en étant redirigée vers le site qui propose ce dont vous avez envie.

 

Et la newsletter dans tout ça ? entièrement personnalisable, c'est à dire que vous décidez tout simplement de ce que vous souhaitez recevoir dans votre boîte mail.

 

J'ai été assez séduit par cette idée originale, d'autant qu'elle est née d'une histoire d'amour entre son concepteur et son épouse, une férue d'achats groupés qui en avait assez de voir sa boîte mail exploser de courriels, et qui trouvait les fonctionnalités offertes aux clientes peu commodes.

 

Pour résumer, je vais déformer quelque peu la phrase mythique de Neil Amstrong : «c'est un petit pas pour l'homme, mais un bond de géant dans les achats groupés».

 

 

Interview du concepteur : http://www.sites-a-voir.com/pourtoimonamour-com.php

Le site  : http://www.pourtoimonamour.com/

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 19:44

lingot.gif

L'unique moyen d'améliorer son niveau de vie futur, c'est d'investir. Investir dans quoi justement ? Voici quelques conseils avisés piochés dans la magazine «capital» du mois dernier.

 

Le prix des pièces d'or et des lingots devrait continuer à monter en flèche, il en est de même pour les produits indexés sur l'once d'or ou les métaux comme les ressources naturelles comme le cuivre, le cobalt, le pétrole, le blé, etc...

 

 

L'or physique

L'or physique : vous pouvez passer commande à votre agence bancaire, ou à des agences spécialisés du genre internet cortal consors (2 à 3 % de frais de souscription).

 

Si vous ne disposez pas d'un coffre chez vous pour le stockage, le plus commode et de les inscrire sur un compte titre à la banque. (encore que cela engendre aussi quelques frais, inutile de le faire pour quelques pièces)

 

En janvier et ces derniers temps, l'or a un peu baissé, c'est certainement le moment.

 

L'or est un placement sur le long terme, il faut compter au minimum 5 ans pour récupérer au moins sa mise.

 

 

 

Produits boursiers  indexés sur les cours des métaux précieux :

 

Au lieux de miser sur l'or physique, vous pariez sur un tracker ou un certificat qui répercute les cours des métaux précieux à la bourse.

 

Pour ce faire, vous vous adressez à votre banquier ou vous passez ordre sur internet. Préférez un produit qui préserve des variations euro/dollar pour éviter les mauvaises surprises.

 

Quelques produits boursiers de ce type : Invest Gold/Précious (DWS investments), Gold Bullion sécurities (tracker), Amundi Funds Global ressources (fonds d'action).

 

 

Mon avis

 

Ne rien faire du tout sur ce plan là nous expose à l'inflation galopante, cela revient à courber l'échine devant la hausse des prix et accepter avec résignation de voir son train de vie diminuer.

 

Tout augmente actuellement et le seul bouclier pour nous prémunir de ces hausses actuelles et futures, c'est de consacrer au moins une petite partie de son budget à ces investissements sur l'avenir.

 

Etant numismate amateur, je vais viser cette année quelques pièces d'or... Quant aux actions, la situation particulière du Moyen Orient en ce moment a plutôt tendance à rendre les marchés fébriles....Je pense qu'il est préférable d'attendre un peu (pour ceux qui veulent s'y lancer) que la situation de ce côté de la planète s'éclaircisse un peu. C'est du moins ce que j'ai pu comprendre sur France Info ce matin.

 

Et pour ce fasciste de gauche qui s'imagine que je vais jouer sur le prix du blé ou de l'orge, voici la réponse du berger à la bergère :

http://gestiondevie.over-blog.com/article-fascisme-de-gauche-attention-les-degats-77560542.html

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
29 janvier 2011 6 29 /01 /janvier /2011 12:00

 endettement.jpg

Au regard de certaines phrases tapées sur les moteurs de recherche, il y a de véritables appels au secours sur la situation de l'endettement. J'ai notamment pu lire que certain(e)s ont accédé à mon blog en tapant ceci : «endetté, comment m'en sortir»

 

Je ne peux pas rester insensible à ce genre de situation, que j'ai moi même connue et subie. Pour parvenir à sortir de ce bourbier, il n y a pas d'autres recettes miracle que les mathématiques.

 

Vous devez trouver le force de vous en sortir par vos propres moyens, d'autres avant vous s'en sont sortis, comme d'autres le feront encore à l'avenir, la fatalité n'existe pas.

 

Par delà ces incantations à agir, venons en aux remèdes :

 

----> Augmentez vos revenus par n'importe quel biais. (heures supplémentaires, travail annexe).

Si cela n'est pas possible, profitez d'opportunités qui vous sont offertes par la présence de foule en raison d'événements particuliers. (braderies, fêtes, etc...)

 

Vous pourriez ainsi décider de vendre des objets qui ne vous servent pas, ou proposer des glaces, des boissons, ou que sais je encore. Les possibilités de dégager de l'argent frais sont immenses si vous savez identifier la demande et choisir le bon emplacement.

 

Certains jobs saisonniers peu qualifiés vous offrent aussi le gîte, le couvert, ainsi qu'une rémunération à la clef. En hiver, envoyez vos CV à toutes les infrastructures touristiques proches des stations de ski, et en été, envoyez les en direction des stations balnéaires. Dès septembre, tapez sur les vendanges.

 

---> diminuez de façon drastique vos dépenses

Profitez du moindre coupon de réduction offert, et de façon générale, gérer vos comptes au centime près en veillant à ce que toutes les dépenses effectuées soit utiles.

Diminuez vos frais de téléphonie en réduisant votre forfait au strict minimum, mais veillez toujours à être joignable.

Il m'est inutile de rentrer trop dans les détails ici puisque je détaillerai régulièrement ici quelques astuces pour réaliser des économies.

 

----> Les contacts humains

Privilégiez les sorties gratuites ou peu couteuses. L'un des grands des dangers qui vous guette justement, c'est le repli sur vous mêmes. Au contraire, ouvrez vous au monde qui vous entoure.

 

---> Les associations

 

N'hésitez jamais à faire appel à leurs services, même si c'est vrai, l'orgueil en prend forcément un coup. Emmaüs, les restos du coeur, etc... sont là pour dépanner mais gardez bien à l'esprit qu'il ne s'agit que d'une situation passagère et que vous vous en sortirez quoi qu'il arrive.

 

 

----> Pour les cas les plus graves : faites examiner votre dossier par la commission de surendettement en vous adressant à la Banque de France, qui étudiera votre dossier.

http://www.banque-france.fr/fr/instit/protection_consommateur/surendettement.htm

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 12:00

 jeux.jpg

Voici la seconde batterie de conseils financiers pour l'année 2011, les produits destinés à la retraite et les assurances vie.

La plupart de ces informations proviennent toujours de magazines spécialisés, elles sont systématiquement reformulées par mes soins (en raisons des droits d'auteur)... Elles n'en sont pas moins instructives !

 

Les produits de retraite : tout dépend de votre situation professionnelle actuelle. Si vous êtes travailleurs indépendants, le contrat «Madelin multisupport» reste de loin le meilleur plan, avec des intérêts de 3,5 à 7%.

 

Les PERP, PREFON (réservés aux fonctionnaires) et autres plans divers sont à éviter d'urgence... Pour l'instant, ce sont plutôt des plans très peu rentables, et surtout, ils bloquent définitivement l'argent que vous avez déposé.

 

Certes, le montant de ces versements est déductible des impôts d'une année sur l'autre, mais d'un autre côté, dès que vous récupérez votre capital à la retraite, les montants que vous percevez sont imposables.

 

Les taux servis sont en général nettement inférieurs à ceux de l'assurance vie, mis à part la Retraite mutualiste des combattants qui bénéficie d'un taux privilégié, largement au dessus de 3%.

 

 

Les assurances vie :

 

vous reporter à ce lien pour comparer leurs taux très intéressants :

http://www.francetransactions.com/assurance-vie/guide-assurance-vie.html

 

L'avantage de cette page est d'offrir un éventail très large d'assurances vie, avec l'avis des internautes en prime.

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 13:03

 

cochon.jpg

J'entame ici une première batterie des placements conseillés par des lectures spécialisées.

 

Pour ce lancement, un premier point sur les produits grands publics «aux risques nuls» s'impose :

 

* Le livret A/livret Bleu (équivalent pour le crédit mutuel) : Son taux actuel est de 1,75% nets d'impôts, il est basé sur l'inflation est les taux d'intérêts, le plafond ne devrait pas varier (15300 euros). Le taux du Livret A remontera en été 2011 à 2% minimum, un des effets de la montée des prix. Avec une disponibilité immédiate des fonds, le livret A permet une gestion très souple, c'est le meilleur moyen de gérer ses liquidités en toute simplicité.

 

* Le livret jeunes : son rendement oscille entre 2,50 à 4,00% nets d'impôts, un placement idéal pour les jeunes jusqu'à 18 ans. Il offre les mêmes avantages en terme de disponibilité des fonds que le livret A.

 

* Les parts sociales des banques mutualistes :

Réservés aux clients de la Caisse d'épargne, du crédit agricole, du crédit mutuel ou de la banque populaire. La rémunération est bien meilleure que tous les livrets évoqués précédemment.

Elles peuvent en effet servir jusqu'à 3,50% hors prélèvements sociaux, taux qui varie selon le positionnement de la caisse régionale.

Les plafonds de souscription varie de 50000 euros (crédit mutuel) à 15000 euros (crédit agricole)

Le meilleur rendement est servi par le crédit mutuel, qui offre 3,50% mais dont les parts peuvent être bloquées 5 ans.

A noter : le crédit d'impôt de 50% sur les dividendes perçus et maintenant supprimé.

 

A éviter :

Les comptes sur livret > Le taux servi est microscopique (0,85% nets).

Les fonds monétaires euros > il en existe 470 de type différents, des produits tous publics qui peuvent vous être proposés par les banques. Au mieux, ils proposent 0,50 %

 

Ne pas souscrire pour l'instant :

Les comptes épargne logement : 1,64% nets avec la prime d'état, un rendement pâlichon

Les plans d'épargne logement : 3,07% nets en cas d'emprunt, 2,19 % sans en contracter. Ne souscrivez que si vous êtes certains d'emprunter, d'autant que votre épargne sera bloquée 4 ans minimum.

 

                        Conclusion et avis personnel

 

Sur les livrets A : iIs servent un peu "de boucliers" contre l'inflation, sauf que cette dernière est déjà mal calculée et sous évaluée selon beaucoup d'économistes... Bref, je considère ces produits comme des instruments basiques de gestion, qui ne ne nous rendront jamais riches mais qui sont bien pratiques.

 

La piste la plus intéressante est celle des parts sociales des banques mutualistes (malgré la suppression du crédit d'impôt de 50% sur les dividendes), elles vont continuer d'offrir en 2011 des rendements proches de 3,3% selon les spécialistes. Attention cependant à ne pas souscrire des formules qui bloqueraient les fonds pendant plusieurs années. (Pour ma part, je n'y souscrirai pas cette année, j'ai d'autres impératifs).

 

 

Suite au prochain épisode.

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 08:37

pourcentage.jpg

Les agences de courtage en crédits sont encore en ébullition actuellement, profitez en.

 

Les taux d'intérêts sont encore bas mais commencent à remonter, si bien que dans quelques mois, renégocier votre crédit ne sera très probablement plus aussi intéressant.

 

Si vous souhaitez passer à l'action, voici quelques informations importantes :

 

- L'immense majorité des crédits immobiliers souscrits prévoient une pénalité d'un semestre d'intérêt (dans la limite de 3% du capital restant dû) si vous payez par anticipation.

 

- «Changer de crémerie» et passer à un autre établissement bancaire pour bénéficier de meilleures conditions de prêt demande d'ouvrir un compte.

 

- S'adresser à un courtier en crédits est très pratique (il s'occupe de négocier à votre place), mais en contrepartie, il vous demandera des honoraires proportionnels à la somme empruntée. (2% jusqu'à 300 000 euros)

 

- Pour les sommes inférieures à 50000 euros, il est beaucoup plus intéressant de passer directement par les banques pour renégocier votre crédit, mais cela demande du temps, de la persévérance et surtout une bonne calculette !.

 

- Il ne parait plus rentable de faire appel à courtier pour des «petits crédits» (de 0 à 30000 euros), à moins que celui ci  accepte d'adapter ses honoraires.

 

 

De tout cela, il ressort :


 

- Qu'il devient urgent de se renseigner, surtout pour des montants empruntés très importants

 

- Qu'il faut au minimum 1% de différence entre le taux de votre ancien crédit et celui que vous êtes susceptibles d'obtenir maintenant, pour que l'affaire soit très intéressante financièrement. (renseignez vous sur les taux en vigueur actuellement par exemple sur http://credit-immobilier.meilleurtaux.com/)

 

-Qu'il faut que vous présentiez «un bon dossier» aux yeux des prêteurs (quelques éléments capitaux : épargne solide, peu de crédits en cours et meilleur salaire que lors de la souscription du prêt)

 

- Que vous puissiez augmenter au maximum le montant des mensualités est un facteur clé, puisque vous pourrez rembourser plus sur une durée plus courte, et donc tirer le taux de crédit au maximum vers le bas.

 

 

NB :  voici le meilleur simulateur de rachat de crédit que j'ai trouvé jusqu'à présent > link

 

 

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 13:00

images-fonds.jpg

Avant de parler prochainement des placements les plus conseillés pour l'année 2011 tirés de quelques lectures spécialisées, je tiens avant tout à vous faire part des enseignements de base que j'ai pu tirer de ma fréquentation de nombreux blogs et autres sites dédiés aux finances personnelles.

 

Ce qui est important de savoir, c'est que vous devez impérativement disposer d'un fonds d'urgence, c'est à dire d'argent qui servira à parer aux imprévus du quotidien.

 

La norme, c'est que cette somme doit représenter au moins 6 mois de revenus d'avance.

 

Tant que vous n'avez pas de grosses dépenses inattendues, vous pouvez donc faire «travailler» ces deniers sur des supports d'épargne qui permettent de pouvoir effectuer un retrait à n'importe quel moment. (c'est le cas du Livret A et de bien d'autres livrets).

 

Se démunir du fonds d'urgence pour investir sur du moyen ou du long terme me parait totalement suicidaire (sauf dans certains cas très rares)... J'insiste bien là dessus parce qu'il y a de bien nombreuses années, je n'avais aucune notion de ce type et je me suis lamentablement cassé les dents sur un investissement boursier en misant beaucoup trop par rapport à mon budget. (qui plus est en achetant n'importe quoi.)

 

Le résultat de cette opération n'a pas été dramatique, mais m'a appris qu'il ne faut pas investir sur des placements financiers sans se renseigner et/ou en étant démunis de fondations solides.

 

Longtemps aussi, ma philosophie fut celle l'insouciance et de la naïveté, et de l'argent dépensé sans compter lors des nuits blanches en boîtes de nuit ou dans des bars d'ambiance.

 

Mieux gérer son argent, c'est non seulement mieux servir ses intérêts mais aussi ceux de ses proches, car cela permet de faire partager sa réussite autour de soi.

 

Pour investir, il faut avoir de bons conseils, et le fonds d'urgence vous permet de le faire en toute sérénité, sans risquer une trop grosse partie ses économies dans une entreprise aux risques considérables .

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.