Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 15:53

fontaine.jpg

Comme vous, je pense aussi que l'argent ne fait forcément pas le bonheur, mais ce serait hypocrite de prétendre qu'il n'y contribue pas.

 

Pour mon cas personnel, mon train de vie considérablement augmenté ces dernières années mais au prix de nombreux crédits.... Je vivais donc dans l'illusion jusqu'en début 2010 et cette prise de conscience !

 

J'en avais aussi assez d'être prisonnier des banques, presque dépendant pour financer mes envies. Si je voulais suivre la voie de l'indépendance financière, il fallait que j'effectue deux types de bilans :

- un bilan patrimonial très pointu d'abord, puis une réflexion personnelle sur moi même, mes envies, mes centres d'intérêts et les défauts que j'étais susceptible de corriger.

 

Fin 2010, les premiers résultats de mes travaux ont porté leurs fruits : tout d'abord, j'ai été embauché comme rédacteur sur un site internet. c'était un vieux rêve d'être payé pour écrire, cela faisait deux ans que j'errais pour trouver chaussure à mon pied.

 

Ensuite, l'année 2010 s'est accompagné d'autres petits succès qui m'ont amené à épargner plus de 5000 euros, le tout sans me priver (une semaine au canaries et en thalassothérapie). Pour moi qui étais payé au SMIC pendant plusieurs années, ce chiffre parle.

 

Je vous engage à suivre mes pas, à toquer aux portes de vos rêves les plus inaccessibles, à trouver une activité complémentaire qui vous convienne et ne représente pour vous que du plaisir.

 

Si vous aimez la musique par exemple, vous pouvez apprendre à jouer d'un instrument qui vous plaît. Peut être que vous devrez débuter dans un groupe qui répète dans un garage douteux... mais cette activité vous apportera de la satisfaction, et beaucoup plus que vous ne pouvez l'imaginer en terme de bien être.

 

Pour moi, la passion est le moteur de tout. L'argent ne revêt qu'un aspect secondaire, dans la mesure ou il ne vient  récompenser qu'une qualité dans le travail que l'on doit toujours perfectionner.

 

Pendant longtemps, j'ai pensé comme 80% des salariés et je voyais les choses du petit bout de ma lorgnette : le travail était alors pour moi la source unique d'enrichissement... Mais force est de constater que certains hobbies peuvent aussi se transformer en véritables emplois à terme !

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 12:32

ecommerce-2010.jpg

Il y a quelques semaines encore, l'émission "Capital" sur M6 relatait l'intérêt des achats groupés sur le net, une tendance qui s'amplifie avec la crise actuelle.

 

Le principe est simple, encore fallait il y penser : En tant que consommateurs, nous nous réunissons sur la toile et décidons de l'achat d'un produit, et plus nous serons nombreux à vouloir l'acheter, plus le prix baissera en conséquence.

 

Avec ce système d'achat, la pression repose sur les épaules des grandes ou des petites enseignes, obligées de concéder des efforts notables sur leurs marges habituelles, sous l'effet d'une commande de masse.

 

Il y a dix ans, quelques starts up avaient déjà flairé cette opportunité de business, mais la plupart avaient dû rapidement jeter l'éponge en raison d'un contexte peu favorable.

 

Aujourd'hui, quelques sites surfent sur ce marché porteur, en voici quelques uns qui gagnent en notoriété :

- City deal (qui propose des sorties avec des rabais jusqu'à 90% !), lien ici > link

- Commandesgroupees.fr (assez diversifié dans ses offres), lien ici >link

- EntreAcheteurs.fr (très diversifié également) >, lien ici > link

 

Et enfin, voici "un tableau d'honneur" regroupant les appréciations des internautes sur un certain nombre de ces sites > link

 

A noter que ce tableau d'honneur regroupe malheureusement quelques sites hybrides qui vous rétribuent en fonction de vos achats sur le net (rakeback ou rétro commissions), un système que je trouve assez pernicieux, dans la mesure ou il nous enchaîne et peut inciter à consommer à outrance.

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 11:57

enchaines.jpg

Au delà d'une querelle inutile de chiffres sur la proportion exacte de ménages français endettés, venons aux racines du mal : le crédit à la consommation.

 

Sous des abords très racoleurs (offrez vous ce dont vous avez envie maintenant), le crédit à la consommation est une véritable plaie pour les foyers modestes.

 

Je suis bien placé pour en parler, puisque j'en avais contracté trois au début des années 2000, et ils m'ont saigné à blanc jusqu'à l'étranglement.

 

Au point culminant de mes dettes, au milieu de l'année 2006, j'en étais même arrivé à me demander si je ne devais pas en souscrire un autre pour payer mes dépenses courantes : "la fin des haricots" en quelque sorte, et surtout le début d'un autre enfer.

 

Le pire, c'est que je n'avais pas le sentiment de vivre au dessus de mes moyens, mais quoi que je puisse en penser, sur le papier, j'étais endetté.

 

Comment ai je réussi à m'en sortir ?

 

J'ai d'abord épluché mes comptes, j'ai taillé dans tous les budgets et j'ai ensuite commencé à voir les choses autrement.

 

Mes gros défauts ? je ne réfléchissais pas assez avant d'effectuer certains achats, je ne profitais jamais d'offres ou de réductions, je payais mes factures rubis sur l'ongle dès leurs réceptions.

 

Et puis j'ai commencé à sortir la tête de l'eau, tout doucement... Ma toute première démarche a consisté à obtenir une carte bancaire à débit différé, que j'utilisais avec plus de parcimonie que la précédente (1 mois de gagné, le tout pour seulement 10 euros par an).

 

Pour ce qui concerne mes factures, je me suis aperçu aussi que ma peur d'oublier de les régler jouait contre moi : en effet, en les payant tout de suite, les chèques étaient encaissés immédiatement. (naturellement )

 

Puisque j'avais affaire à "des vampires" (rires), il me suffisait juste de stocker ces factures dans un endroit précis et de les payer "à la dernière minute", en respectant les délais de paiement.

 

J'ai aussi acheté un appartement en 2007, après 7 ans de location. Mon propriétaire avait la mine déconfite quand j'ai quitté le logement que je louais.. S'attendait il à ce que je reste une poule aux oeufs d'or ?

 

Quoi qu'il en soit, vous avez ici quelques pistes de réflexion pour réduire vos dettes de façon intelligente, il en existe bien d'autres comme grouper vos crédits en un seul, obtenir une suspension des paiements, Etc.

 

A vous de trouver la solution la plus adaptée.

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 09:26

caddie

L'une des solutions pour vivre mieux réside sûrement dans notre capacité de résistance aux sirènes de la consommation.

 

Quotidiennement, nous sommes abreuvés de publicités en tous genres qui nous vantent les mérites de tel ou tel produit, si bien que l'on est en droit de se poser deux questions : que nous apporterait réellement la possession de ce bien ? l'acheter changerait il fondamentalement notre vie ?

 

La frontière entre l'indispensable et l'utile est parfois infime, son positionnement dépend aussi de notre conception du bien être personnel.

 

En réalité, l'on peut se passer de beaucoup de choses, descendre volontairement ses critères de sélection d'un article, voire faire l'impasse sur un achat qui ne nous semble pas opportun pour le moment.

 

La réflexion doit toujours être la norme, qui plus est, elle permet souvent de faire descendre le prix de ce que l'on a envie.

 

Les gens fortunés possèdent une qualité rare, ils savent résister à la tentation de l'achat compulsif. Ils vivent nettement en dessous de leurs moyens et savent faire cette distinction capitale entre le besoin vital et le superflu, ils n'achètent jamais pour le simple plaisir de consommer.

 

Pour parvenir à leur ressembler, il faut user de patience, savoir se maîtriser, et aussi, parfois, passer par la case "misère" au cours de notre existence.

 

Cependant, se priver de tout n'est pas la solution miracle non plus : comme dans un régime alimentaire, on risque certes de perdre du poids mais l'on craquera certainement à un moment ou à un autre.

 

Effectuer des bons choix en matière d'achat, c'est justement mener cette réflexion sur ce qui fait de nous des consommateurs libres de décider, en trouvant un juste milieu... En prenant toujours son temps lorsqu'il s'agit d'acheter un bien qui représente un gros investissement par rapport à notre budget personnel.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 09:18

argent-copie-1.jpg

Une fois que l'on dispose d'un capital, l'augmenter de façon significative nécessite forcément de diversifier ses placements, ce qui est loin d'être évident, surtout si l'on ne dispose pas de conseils adaptés à sa situation personnelle.

 

Certes, "le banquier" peut nous donner son avis, mais ne soyons pas dupes : il le fera parfois par intérêt personnel (certains gagnent des commissions sur la souscription aux contrats), et dans d'autres cas il pourra nous aiguiller selon sa propre idée et non la nôtre. (si nous n'y connaissons rien ou pas grand chose).

 

Doit on se laisser guider par ignorance du sujet ? assurément, non.

 

C'est une forme de liberté de pouvoir faire ce que l'on a envie de son argent, sans se laisser guider par le bout du nez par manque de connaissances.

 

Depuis quelques mois, je cherche désespérément un plan de répartition de capital qui me plait, mais la plupart du temps, je  suis tombé sur des stratégies de gestion trop offensives. (j'ai souvent observé jusqu'à 40% des fonds disponibles placés dans des actions ?!? )

 

Si jusqu'à 30 ans vous pouvez vous permettre ce genre de folies, passé ce cap, vous cherchez plutôt  la sécurité, ce qui est bien normal.

 

Cela s'appelle la tolérance au risque, elle est variable d'une personne à une autre et a tendance à s'amenuiser avec l'âge.

 

Autrement dit, plus les années passent, et plus l'on est attaché à ce que l'on possède, l'on deviens ainsi moins enclin à risquer de perdre une bonne partie de son capital sur un coup de dés, dans la bourse par exemple.

 

Sur le net, vous trouverez parfois des plans financiers très audacieux, qui promettent de faire de vous des femmes et des hommes riches très rapidement, méfiez vous de ces principes particulièrement dangereux.

 

Voici une répartition très "sage" de son capital, qui me parait convenir à des objectif de moyen/long terme >  link

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 13:50

coffret.gif

Lorsque j'ai découvert ce site il y a deux ans, j'ai beaucoup ri rien qu'au nom de domaine.

 

Aujourd'hui "radins.com" est devenu l'une de adresses incoutournables du web, pour qui souhaite réaliser des économies, ou faire de bonnes affaires avec un bugdet  très limité voire inexistant.

 

Bons plans, astuces, conseils, ce site ne manque pas d'arguments pour vous convaincre que tout n'est pas payant et qu'au pire, vous pourrez toujours dénicher une promotion sur l'objet ou le service que vous cherchez.

 

Les adeptes du troc trouveront aussi leur bonheur dans les petites annonces !

 

Bien sûr, c'est le genre d'adresse web que tout le monde fréquente mais dont personne n'ose réellement parler à haute voix... En effet, qui irait se vanter de flâner sur un site au nom si évocateur qu'il vous ferait passer immédiatement pour un avare ?

 

Personne...  Pourtant, au delà de cette étiquette, le travail de "radins.com" reste un travail de fond et de partage équitable des ressources, pour les "riches pingres" comme pour les "pauvres".

 

A noter aussi : Bien que je n'y suis pas retourné depuis quelques mois, je me souviens parfaitement que l'inscription n'entraîne pas l'arrivée d'une profusion de spams dans votre boite mails, un avantage très appréciable...

 

Cliquez ici pour accéder à "radins.com"----->link

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article
19 novembre 2010 5 19 /11 /novembre /2010 22:11

billets.jpg

L'argent, dans toutes ses dimensions (liquidités, placements, propriétés, etc...) est un sujet brûlant et tabou, particulièrement en France.

 

Je vais vous livrer ici mon point de vue personnel, sans doute assez éloigné de quelques conceptions purement matérialistes et égoïstes.

 

Il y a 16 ans, lorsque j'ai commencé à travailler comme ouvrier dans diverses usines, je n'ai connu quasiment que de mauvaises expériences, et j'en garde bien évidemment de très mauvais souvenirs.

 

J'ai frôlé la misère, connu des gens très limités intellectuellement auprès de qui je passais pour un savant avec mon CAP (au royaume des aveugles, les borgnes sont rois), mais surtout, ce qui m'a le plus interloqué, c'est la faculté qu'avaient certaines de ces personnes à se complaire dans la médiocrité ambiante.

 

La grande majorité des ouvriers sont des gens simples. Trop simples, sûrement  : la plupart se contentent d'effectuer leurs besognes routinières sans se poser la question de savoir si ils peuvent faire mieux, ce qui constitue un gâchis d'ambitions, mais aussi d'intelligence.

 

En effet, il semble qu'au bout d'un certain nombre d'années effectuées à la chaîne ou comme manutentionnaire, on perd tout espoir : l'être humain subit un tel lavage de cerveau qu'il en devient presque une machine, conditionné à se croire incapable d'effectuer d'autres tâches.

 

Pour ma part, j'avais décidé de dire "non" à cette avenir qu'on me proposait. Il était impensable pour moi de ne pas croire en d'autres perspectives.

 

Aujourd'hui, j'ai enfin un travail qui nécessite que je fasse fonctionner ma matière grise et me permet d'écrire tous les jours. Mais je me souviens amèrement de cette période sombre... Dans ma première entreprise, il y avait deux entrées: une porte pour les cadres et les administratifs, et une autre pour "les ouvriers".

 

La ségrégation commençait donc déjà sur le pas de porte, et elle prenait une forme encore plus cruelle dans la pratique : les uns venaient en automobiles (tous les administratifs et les cadres), quand le reste débarquait à vélo ou au mieux, en scooter.

 

Je me souviens avoir cherché des réponses à ces questions en fréquentant des libraires ésotériques, sans trouver réellement de réponses logiques à ces disparités révoltantes.

 

Et puis, un jour, je suis tombé par hasard sur un ouvrage très pragmatique, illustrés de nombreux exemples de la vie courante. Ce bouquin traitait d'une nouvelle façon de voir la vie, il m'a été très utile. Bien que j'y tenais énormément, je l'ai offert par la suite à quelqu'un qui se posait les mêmes questions que moi.

 

De toute façon, je l'avais déjà parcouru de long en large, et j'en ai retiré notamment cet enseignement :

20% des ménages concentrent 80% des ressources disponibles, c'est une réalité qui s'étend à la planète entière.

 

D'après les scientifiques, si tous les individus de cette planète se trouvaient dans l'obligation de "redémarrer de zéro" financièrement parlant, ce seraient toujours les mêmes individus qui tireraient leurs épingles du jeu, dans les mêmes proportions que celles citées précédemment.

 

Mon opinion, c'est que tout le monde devrait avoir pour objectif d'arriver dans ces 20%, mais en respectant une certaine éthique, c'est à dire sans avoir "des oursins dans les poches", et en respectant certaines valeurs (comme l'écologie).

 

Utopique ? je suis persuadé que non. En tous cas, cela permet de se regarder dans la glace tous les matins sans avoir envie de vomir.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Finances-investissements
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.