Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 12:57
 

Dans la vie, il faut savoir naviguer...Et parfois, également, ramer à contre courant pour se démarquer.

Avant Borgen, il n'existait pas de séries consacrées à la politique *. Peut être qu'un scénariste original y aurait pensé, mais il n'aurait peut être pas rajouté cette touche caractéristique au personnage principal: il s'agit d'une femme, centriste de surcroit, qui va être propulsée au poste de premier ministre au Danemark.

 

Peut-on être centriste et faire preuve de poigne ? Birgitte Nyborg (la charmante actrice Sidse Babett Knudsen) le démontre brillamment. Très à l'aise dans son rôle et particulièrement séduisante dans ses tailleurs guindés dissimulant des formes pulpeuses à souhait (...), elle dirige aussi bien sa barque familiale (mère divorcée élevant deux filles, du moins dans la deuxième saison) que ses collaborateurs.

 

Dans les hautes sphères du pouvoir danois, Nyborg est aussi courtoise que ferme. Dans n'importe quel type de débat, elle sait parfaitement retourner les situations en sa faveur quand ses adversaires tentent de lui faire perdre les pédales.

 

Les pédales ? Elles les perd un peu, de temps en temps, bien à l'abri des caméras, dans les coulisses. On la voit par exemple "péter les plombs" en renversant tout ce qui se trouve sur son passage suite à des révélations médiatiques ordurières, se laisser aller dans les bras de son chauffeur un jour de déprime (et pourquoi pas...), manier le bluff auprès de dirigeants africains mysogines qui la regardent avec curiosité.

 

Bref, Borgen est une série insolite que j'apprécie énormément. La troisième saison est actuellement en cours de tournage. Vivement qu'Arte se décide à diffuser la prochaine saison, comme c'était le cas l'année dernière. En attendant, je déguste la saison 1 en DVD en français, non sous-titrée comme la vidéo ci-dessus. Je conseille vraiment cette série à tous ceux qui ne savent pas négocier ou qui ont toujours peur de prendre des décisions importantes...ou même celles qui se disent intérieurement : «je suis une femme, donc, j'obtiendrai toujours moins qu'un homme.».

 

* Ajout : pour tout dire, il existait déjà une série consacrée à la politique, The West Wing (à la Maison Blanche), mais elle était loin d'être comparable.

Lien utile :

http://www.arte.tv/fr/borgen-saison-1/4317466.html


 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 20:19

winston-churchill.jpg

 

"Réussir, c'est aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme"

Winston Churchill

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 15:31

 

 


 

Souvent, sur le web, je lis des articles complètement "à côté de la plaque" ... Par exemple, un illustre inconnu, relativement doué dans les lettres, mais qui n'a fait ses preuves dans rien du tout sauf en tant que pigiste amadoué, et qui vous balance son texte acheté à prix d'or : "baissez vos critères en amour, l'amitié ou les affaires, c'est mieux et vous serez bien plus heureux", ou, pire encore, les jugements à l'emporte pièce sur telle ou telle personne, sans même prendre le temps de la connaître entièrement.

 

 

Et moi, je préfère vous dire que si vous êtes exigeants, vous êtes exigeants, point barre. Personne ne peut vous refaire, et à la limite, c'est même un atout. Vous n'avez pas envie d'une vie médiocre ? Tout à fait normal. Vous, les hommes, vous rêvez "d'une bombe sexuelle" aux mensurations parfaites et "douée en galipettes", tandis que vous, les femmes, vous attendez le "prince charmant", mixture parfaite entre "bombe sexuelle" et "gentleman" ? C'est un besoin naturel et c'est l'instinct qui commande. Tout le reste n'est qu'hypocrisie, foutaise et baratin.

 

Vous avez tous les moyens de vous créer de la vie que vous demandez !. Elitisme ? Non, pragmatisme décomplexé. En tant que représentant de la gente masculine, je reconnais que des femmes aux physiques "peu avantageux" ou "rondouillards" peuvent facilement compenser par l'intelligence ou le charme. Dans ma jeunesse, je n'ai pas compté les aventures avec des jeunes filles dont j'aurais dit : "sois belle et tais-toi", et rien de plus ... J'ai ensuite craqué sur une femme qui n'était forcément un canon de beauté, mais qui était extrêmement intelligente. Oui, cela peut arriver à tout le monde. Si vous ne vous sentez pas à l'aise devant la glace, vous ne le serez pas bien dans votre tête, c'est relativement simple.

 

Pendant mes vacances en Italie cette année, je suis tombé sur «Julia» (prononcez en français : "rrrullia"). Julia était grassouillette. Elle rêvait d'une carrière de danseuse étoile mais son physique l'en empêchait. Au final, elle s'est rabattue sur une troupe de spectacle qui se produit de campings en campings en Italie, mais elle est très heureuse parce qu'elle gagne sa vie de cette façon. Elle vit maintenant uniquement de sa passion et de son talent. Personne ne la critique parce que tout le monde reconnaît son mérite. Les gens se pressent pour assister à ses cours d'aquagym, les hommes reconnaissent qu'elle est sexy, et elle mène ses séances avec entrain et bonheur de vivre et sait enthousiasmer les clients. A l'heure où je vous parle, je suis sûr qu'elle assume toujours son goût pour la "bonne chère", tout en conservant sa conscience professionnelle et son appétence pour la danse. Elle est toujours aussi "grassouillette", mais quand même heureuse  : ses fans la reconnaissent comme étant l'élite de son groupe. Comme quoi, les critères de la mode actuelle ne sont pas ceux du bonheur assuré !

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 17:45

abraham-lincoln.jpg

«Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l'épargne. Vous ne pouvez pas donner la force au faible en affaiblissant le fort. Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l'employeur. Vous ne pouvez pas encourager la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes. Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche. Vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous gagnez. Vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l'initiative et l'indépendance. Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant à leur place ce qu'ils devraient faire eux-mêmes».

 

Abraham LINCOLN (Déclaration au Congrès des USA, 1860)

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 11:10

 


 

Pour certaines de mes connaissances mélomanes, j'ai déjà entendu comme réflexion qu'André Rieux s'apparentait à de "la purée musicale" (...). Que certains considèrent des oeuvres artistiques comme de la Purée ou du potage, elles doivent rester accessibles à tous. Elles ne sont pas spécialement réservées qu'à un petit cénacle de personnes  richissimes. Quelqu'un comme André Rieux, par exemple, remet au goût du jour de grands classiques musicaux, loin de l'opéra et de son folklore bon chic bon genre.

 

Cette voix est parvenue à dissiper, pendant quelques minutes, ma rage intérieure, et pourtant, croyez-moi qu'elle brûle toujours d'un feu intense. C'est la voix de la grâce, de l'élégance, qui resplendit et vous transperce de toute sa clarté. Un chant qui adoucit les mœurs les plus barbares, qui rayonne et vous emmène très loin de tout ce vous pouvez connaître.

 

Cet air contient sûrement les fondations d'un apaisement perpétuel. Je vous invite à l'écouter en ouvrant les yeux, bien qu'en les fermant, l'effet soit aussi magique.

 

 

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 13:02

canoe

«Le sage ne rencontre pas de difficultés. Car il vit dans la conscience des difficultés. Et donc n'en souffre pas.» Lao-Tseu

 

«Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.» Winston Churchill

 

Un peu d'humour sur ces difficultés...

 

«Quand un homme et une femme sont mariés, ils ne font plus qu'un. La première difficulté est de décider lequel.» Georges Bernard Shaw

 

«Ce sont généralement les gens qu'on aime beaucoup qu'on a le plus de difficulté à endurer» Jean-Marie Poupart.

 

«Si ceux qui ne possèdent rien avaient un peu du peu que beaucoup possèdent... Et si ceux qui sont beaucoup et qui possèdent avaient un peu du beaucoup que possèdent un petit nombre, il y aurait moins de difficultés.» Quino

 

«Tout le monde savait que c'était impossible. Il est venu un imbécile qui ne le savait pas et qui l'a fait.» Marcel Pagnol

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 17:50

Cultiver l'humilité (même quand l'on est en pleine bourre...), c'est bon pour la santé, peut être même plus, cela peut nous aider à améliorer nos comportements au quotidien. Vous savez pourquoi la Française des Jeux accompagne ses gagnants après leur avoir fait un gros chèque ? Des statistiques prouvaient que beaucoup d'entre eux «pétaient les plombs» après avoir touché le jackpot. L'argent, l'amour, et de façon générale, toutes les passions, peuvent nous  déconnecter entièrement de la réalité. La quête du juste milieu en tout n'est pas une honte, je dirais même que cela dénote toujours une grande sagesse intérieure. C'est une façon de montrer que nous sommes humains avant tout, et c'est un premier pas vers l'introspection. L'équilibre parfait qui mène à la réussite réside peut être dans cette faculté à se remettre en question.

 

Aventures pokériennes...

L'année dernière, par exemple, je suis parti de 100 euros au poker, avec l'objectif (démesuré) d'atteindre plusieurs milliers d'euros avant la fin de l'année (!). Après avoir dépassé les 250 au bout de deux mois , un phénomène assez curieux s'est produit, ce que tout joueur de poker appréhende... «Un tilt», autrement dit : un phénomène d'énervement dû à l'acharnement de la malchance sur une seule et même session. Bref, l'orgueil m'a poussé à me rendre sur des tables où je n'avais rien à y faire, et à tout perdre en quelques heures. J'ai longuement hésité avant d'en parler, puis il m'a semblé important de faire «mon mea-culpa» aux yeux de tous, sur ce blog, ne serait-ce que pour l'aspect préventif vis à vis des jeux d'argent. Et, croyez moi ou pas, je me suis senti beaucoup mieux après. Maintenant, je sais pourquoi j'ai perdu, et ce qu'il me faudra faire à l'avenir pour faire «des résultats» . 

 

BSPP

Autre exemple, de taille : la Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris. Je suis arrivé au centre de formation de cette Brigade situé à Villeneuve-Saint-Georges très jeune, vers 18 ans, en devançant l'appel. Cette expérience était inestimable au niveau purement spirituel, un petit peu comme si vous débarquiez chez des martiens qui parlent un tout autre langage et qui n'ont pas les mêmes codes que nous.

 

Dans cette section, nous étions un peu plus d'une trentaine «de bonhommes», tous étaient beaucoup plus âgés que moi et au départ, je ne pensais pas avoir affaire à des cadors en sport. Certes, je me doutais qu'ils étaient bons, ça oui, étant donné que le recrutement s'effectuait sur dossier, mais jamais je n'aurais imaginé qu'ils le soient à ce point là.

Dès mon arrivée, j'ai pourtant bien vite remarqué que la majorité d'entre nous étaient taillés en «V», alors que pour ce qui me concerne, mon physique était plutôt en «V» inversé, si vous voyez ce que je veux dire. (lol)

 

Je n'ai commencé à prendre conscience qu'ils étaient tous exceptionnels à tous points de vue qu'à la lueur de ces questions, aux réponses édifiantes... "dit-moi, tu as quel niveau en sport ?" : "Oh, moi, tu sais...j'ai juste participé à une petite finale nationale d'aviron" (!?!). Un autre qui se voyait poser la même question : "tout ça importe peu, nous sommes tous au même niveau... Je n'aime pas trop en parler, parce que j'ai perdu mon titre de champion de France de boxe l'année dernière (!?)". Mais le ton était donné dès le premier jour de ma venue, à l'appel : "Lacrue... Lacrue...cela me dit quelque chose... dites-moi, vous ne faites pas de l'athlétisme ?". "Oui, caporal. Mais l'année dernière j'ai été blessé une bonne partie de la saison.». «Oui, mais Lacrue, quelle est votre spécialité, déjà ?»... "Le saut en hauteur, Caporal". "Ok, Lacrue, c'est bien tout ça. Mais vous sautez combien, parce qu'il me semble vous avoir déjà vu à la télévision ?"... "Pour l'instant, mon record se limite à 2,10m, Caporal" (?!).  Tant et si bien que l'évocation de mon classement dans les 100 premiers de la région en cross devenait ridicule et que je n'avais qu'à faire profil bas. Ces types étaient les plus humbles sur la Terre malgré des performances sportives qui se passent de commentaires.

 

Retour d'expériences...

 

Le fait d'avoir cotoyé ces personnes très  jeune, justement, m'a fait prendre conscience très tôt que le succès s'écrit toujours avec des pointillés. Quelqu'un qui vous dit d'emblée qu'il est «le meilleur» (ou un modèle de vertus...) dans son domaine est clairement un imposteur. Quelqu'un qui vous dit «je n'ai fait que ça», ou éventuellement «je crois pouvoir faire mieux», ou même «je doute de ce que je fais actuellement» vaut toujours plus en toutes circonstances.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 12:50

 

 

Depuis que suis muni d'une cervelle (ce qui n'a pas toujours été le cas étant jeune...), je suis en quête perpétuelle de vérité, même si elle fait mal à entendre. J'aime par dessus tout les gens francs et honnêtes.

 

A chaque fois que j'ai eu l'occasion de me venger de manière terrible d'un coup de poignard dans le dos (parce que mes fonctions me permettaient parfois de le faire), je l'ai rarement fait. Pourquoi ? c'est assez simple. C'était trop "facile", et voir la tête de ceux qui se moquaient auparavant m'admirer ou "se faire petits" me suffisait très largement.

 

En revanche, je crois qu'il ne pas ménager ceux qui présentent des troubles psychologiques rédhibitoires à l'amitié. (pervers narcissiques, mythomanes, etc...), ceci afin qu'ils comprennent bien qu'ils n'ont rien à attendre à se comporter ainsi.

 

Quand vous repérez des tares psychologique de ce type, surtout, fuyez-les comme la peste, car ils ne vous apporteront jamais rien que de la misère humaine ou d'énormes problèmes, j'insiste toujours là dessus, parce que faire son malheur par ses propres relations est déjà arrivé à tout le monde. Si vous fréquentez des personnes qui sont pleinement épanouies, vous le serez aussi, et cela, c'est une constante que j'ai remarqué très tôt, car le bonheur est contaminant.

 

La richesse, s'il en existe vraiment une, se trouve dans la tête et pas autre part. En développant son sens critique, sa culture, en rencontrant des personnes différentes et en ayant toujours un comportement correct et loyal avec elles, il ne peut nous arriver que «du bien», et ce, quelles que soient les époques.

 

Vous pouvez être manquer de tout, mais si vos amis répondent toujours présents ou s'ils sollicitent toujours votre avis pour prendre des décisions importantes, c'est que vous êtes forcément "plus riche" que la moyenne, et le reste suit un processus naturel de croissance. Là se trouve sûrement la toute première pierre de la richesse, là repose certainement ce qui existe de mieux chez tous les êtres vivants : la sociabilité.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 14:35

 

Aux trois traditionnels canaux d'information du public (Radio, presse, télévision), s'est greffé ces dernières années internet, qui peut être aussi de très mauvais conseil.

 

La plupart des médias sur la toile ont une ligne éditoriale précise, une orientation politique plus ou moins ouvertement assumée, et sont, pour l'immense majorité d'entre eux, dépendants de revenus publicitaires, lesquels les mettent à la merci de l'influence de lobbies écclectiques.

 

Sans chercher le diable partout, «la ligne éditoriale» (définition ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_%C3%A9ditoriale) incarne très souvent cette nécessité de maintenir une liberté d'expression cloisonnée. Ainsi, la moindre information, si «neutre» soit-elle au premier abord, peut cacher des intérêts de type financiers, politiques ou économiques. Pour ce qui me concerne, j'ai fort heureusement l'immense honneur de travailler sur un site qui me laisse totalement «les mains libres» tant sur la forme que sur le fond pour traiter des sujets que je dois aborder. C'est une chance inouïe et c'est quelque chose auquel je tenais énormément, parce que cela n'est jamais agréable que de se voir imposer une façon de penser ou d'écrire contre monnaie sonnante et trébuchante.

 

Des événements récents (tels l'attentat perpétré par quelques scélérats contre Charlie Hebdo), sont là pour nous rappeler que la liberté d'expression est parfois en danger, alors qu'il s'agit pourtant d'un bien précieux qu'il nous faut absolument préserver, coûte que coûte. Quelqu'un qui, comme moi, voue un culte à des amoureux de la libre pensée comme Voltaire, Diderot ou Rousseau ne peut qu'être inquiet face à la multiplication de ces entraves à la liberté d'expression.

 

Aussi, avant de consulter une source d'information quelconque, je me pose systématiquement la question de sa neutralité ou de ses penchants, quels qu'ils soient. Ce travail préalable m'est indispensable pour relativiser certaines actualités et les interpréter en toute objectivité.

 

En 2012, l'on nous vendra encore la fin du monde, celle du capitalisme, et bien sûr, quelques événéments bouleversants qui n'ont existé que dans la tête de ceux qui les ont inventés.

 

Comme nous sommes rentrés de plein pied en période électorale, la démagogie va encore faire son grand retour. On va brosser l'électeur dans le sens du poil, le tenter avec une hotte remplie de cadeaux qui vont s'évanouir aussitôt l'élection terminée. Les blogs et Twitter se feront l'écho des promesses de tel ou tel candidat qui paraît être l'homme providentiel, mais pour ma part, j'éviterai volontairement cette kermesse attrape-tout qui me donne la nausée.

 

La manière de traiter l'information, pour un journaliste ou quelqu'un qui travaille dans les médias, de façon générale, devrait s'inspirer plus souvent du principe d'Archimède : «tout corps plongé dans un fluide reçoit de la part de celui-ci une poussé verticale, dirigée de bas en haut, égale au poids du volume de fluide déplacé». Et à force de vouloir plonger les individus dans une mélasse informative uniformisée (ce que l'on appelle aussi l'info obésité), il ne faut pas être surpris que vous et moi fassions une overdose de tout ce qui est censé faire de nous «des citoyens modèles» parfaitement informés. Que nous souhaitions remonter à la surface d'un lavage de cerveau médiatique n'en est que plus méritoire et salvateur.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 20:12

 

 

 

L'écriture, c'est le cri angoissant d'une bête blessée qui nous rappelle qu'elle vit encore. Des idées qui accouchent de mots plus ou moins enivrants, suivant qu'ils soient pudiques ou provocants d'émotions. Une forme de perdition intellectuelle répondant à un besoin inaltérable de réflexion et de solitude. Une immersion totale dans des lignes qui ne demandent qu'à être pétries de doutes dans un magma de sanglots, de joies ou de peines. Un tête à tête avec soi-même tantôt salvateur, tantôt destructeur.

 

Ecrire, c'est dévoiler nos peurs qui se mélangent avec nos espoirs jusqu'à se fondre ensemble, sans se soucier un seul instant du «quand dira-t-on», au nez et à la barbe des lecteurs à la curiosité insatiable. Ecrire, ce sont des phrases qui virevoltent dans nos pensées et que nous attrapons à la volée pour ne pas les perdre, tant elles nous paraissent envoûtantes et désirables.

 

Ecrire, c'est tout ça à la fois, du moins pour moi. En gros, un feu d'artifice destiné à célébrer tous les moments d'une existence, des plus ordinaires au plus insolites. Je suis quelque part un homme heureux de jouir de cette faculté d'expression.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans Mes pensées et quelques citations
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.