Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 19:06

Questions de base...souvent c'est le diable qui se mord la queue. Ce sont des questions que je me suis déjà posées... Il y'a bien longtemps maintenant. Cet article s'adresse principalement aux «d'jeuns» et éventuellement à leurs parents. 

 

 

Quand l'on débute sur le marché du travail sans aucun atout ou très peu ...

 

Pour avoir un boulot stable, on demande toujours de l'expérience, une voiture et le permis B... On fait comment sans tout ça ? On s'intéresse de près à tout ce qui peut nous apporter un plus (psychologie, présentation, etc...), on garde un moral de battant, et l'on serre les dents et en rencontrant des personnes d'horizons différents. On aime les grandes villes par simplicité : accessibilité des transports en commun, opportunités de rencontres, travail plus courant que dans les petites villes.On fait des jobs «merdiques» en attendant, et surtout, on a pas peur de voyager, de gagner peu, de changer de région ou de pays, quitte à perdre de son «petit» confort personnel chez papa/maman.

 

Quand l'on perd son premier emploi ou le deuxième ...

 

On fait comment ? On garde toujours un moral de battant, on multiplie les contacts, on ne laisse jamais une mauvaise image derrière soi, quelqu'un qui lâche au moindre obstacle rencontré. Parce que l'on sait que les patrons sont susceptibles de se téléphoner entre eux pour donner "un coup de sécurité", surtout en période de crise.

 

Quand l'on veut investir très jeune...et voir la vie «en grand», avec un job forcément pas trop bien payé ...

 

On fait comment ? On serre la vis côté dépenses avec des parents peu fortunés, aucun secret. On assure «ses arrières», en n'investissant qu'après avoir constitué un fonds d'urgence solide, c'est à dire six mois de dépenses courantes ou de salaire. Et on "envoie du lourd" avec le reste, parce ce que l'on est futé et que l'on sait que les taux des livrets proposés par les conseillers bancaires permettent juste de vivoter en effleurant l'inflation.

 

Et si on veut réussir un concours administratif quelconque, on fait comment ?

 

On s'entraîne avec des bêtes de guerre (lol), c'est à dire les gens les plus compétents pour se donner les meilleures chances d'arriver à l'oral et de décrocher le concours que l'on désire. Parce que les places dans les concours administratifs deviennent de plus en plus rares, et malheureusement, cela ne va pas aller en s'améliorant...

 

L'avenir pour un jeune, actuellement,  en France ? radieux pour peu qu'il n'ait pas peur d'aller "au contact", de bouger, d'entreprendre, de rencontrer et de ne pas limiter ses recherches d'emplois à son petit coin.

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
3 novembre 2011 4 03 /11 /novembre /2011 10:04

moteur-recherche.jpg

Dans vos recherches sur internet, vous êtes parfois amenés à taper des «mots-clefs» sur les moteurs de recherches.

 

Quand vous effectuez vos recherches via ces derniers, ils enregistrent vos «adresses IP», puis stockent ces informations à des fins purement publicitaires. 

 

Ainsi, tous les bandeaux publicitaires que vous verrez apparaître par la suite seront en rapport avec «vos mots-clefs» du moment. Qui n'a jamais ressentie cette vague sensation d'espionnage sur la toile ? Même si tout n'est pas forcément négatif (les publicités collent à nos aspirations), je trouve cette forme de marketing trop agressive, à la limite de l'incursion au forceps dans la vie privée.

 

Pour vous prémunir de ces tentations d'achat, il est possible de procéder autrement en court-circuitant carrément cette avalanche de pubs ciblées. Comment ?

 

En utilisant «ixquick.com», moteur de recherche totalement gratuit qui n'enregistre pas votre adresse ip et vos recherches. En route vers d'autres voies que celles du pistage commercial...

https://us.ixquick.com/fra/  

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 11:48

meleeBon, voilà.. je vais devoir contacter des bricoleurs (des vrais, pas ceux du dimanche comme moi )... ce qui m'a inspiré ce texte, qui peut faire suite à "s'entourer des bonnes personnes pour réussir ses projets" dans la catégorie vie pratique.

 

Ils portent le nom de réseaux, connaissances, relations, ou encore «groupes d'amis». Ce sont de petits cercles fermés qui fonctionnent avec leurs propres règles, et dont les membres se regroupent par affinités. Il peut s'agir de collègues de travail, ou encore de gens qui sont passionnés par l'art, les jeux, et beaucoup d'autres thématiques.

 

 

Si je ne dois absolument rien à personne sur le plan strictement professionnel, je dois en revanche beaucoup de sérénité à toutes ces personnes de mon carnet d'adresse, qui, à un moment donné ou à un autre, m'ont donné un magistral coup de main dans des domaines où je n'étais pas compétent.

 

Je ne sais reconnaître les gens fiables que depuis quelques années seulement. Dans l'amitié, j'ai évolué de la quantité à la qualité, n'ayant finalement saisi que bien tardivement l'importance de savoir sur qui compter en cas de problèmes.

 

Auparavant, comme bon nombre d'entre vous, il m'est arrivé de faire confiance à des personnes qui n'ont pas tenu leurs promesses ou qui se vantaient de pouvoir faire ci ou ça d'un simple battement de cil. Des profiteurs, j'en ai connu également, et ceux là, inutile de les dépeindre, vous en avez forcément quelques uns, intégrés de gré ou de force dans vos relations.

 

«les vrais amis ne vous lâchent pas quand vous êtes en difficulté, ils vous tendent la main». Savoir les identifier m'évite dorénavant beaucoup de déconvenues. Le fait d'être devenu plus expansif qu'auparavant m'a aidé aussi à tisser une espèce de toile d'araignée autour de moi, aussi indispensable que le souffle de la vie.

 

J'ai maintenant accès à pas mal de corps de métier par l'entremise d'untel ou d'untel. Vous n'imaginez pas à quel point cela simplifie la vie. Tenez, «Les pages jaunes», par exemple, et bien elles ne me servent quasiment plus à rien. Si ces personnes m'aident, c'est parce qu'elles savent qu'en retour, elles obtiendront quelque chose , je renvoie toujours l'ascenseur d'une façon ou d'une autre. Je ne suis pas un exploiteur et j'ai assez souffert du manque de gratitude pour le faire rejaillir dans mon noyau privé.

 

Avec ces réseaux, et sans aller jusqu'à fricoter par simple intérêt, l'on peut obtenir beaucoup de choses. Quand je dis beaucoup de choses, cela peut aller d'une simple place pour un concert à un logement. Mais j'espère que vous l'aurez compris, je ne me suis jamais intéressé à la poterie parce que quelqu'un qui pourrait m'être utile s'en passionne, ces tentatives seraient pathétiques et je serais bien vite démasqué. La plupart du temps, ce sont les rapports humains qui ont conditionné la suite des événements, et il faut croire que j'ai un bon contact.

 

Le jardinier consciencieux choisit d'abord les meilleurs graines qu'il souhaite planter, puis il prend soin de son lopin de terre s'il veut de belles pousses.

 

En amitié, dans les réseaux, les relations ou les connaissances, l'effet que je recherche me paraît identique : plus je m'entoure volontairement de personnes dotées de grandes qualités, moins j'aurais à me soucier d'ennuis causés par elles. Et lorsqu'elles souhaitent mettre à contribution leurs connaissances pour me rendre service, je m'impose toujours de reconnaître leurs mérites, puis de les récompenser à leur juste valeur, d'une façon ou d'une autre.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 13:07

intemperies.jpgPour ceux qui ne le savent pas, je rappelle que mon logement a été dégradé par une tempête de grêlons fin Août. Les dégâts se chiffrent à des milliers d'euros : crépis à refaire, volets, arbres arrachés, etc...

 

Ma voiture a payé aussi un lourd tribut à cette catastrophe. (vous reporter à la photo dans mon dernier journal personnel le cas échéant)

 

Personne ne comprends vraiment ce qui est arrivé. Personne non plus n'y était préparé, cet incident était totalement imprévisible et ne connaissait pas d'antécédents. Je ne sais pas vraiment ce qui se passe au dessus de nos têtes, mais plus grand chose ne tourne rond de ce côté là aussi, il suffit de jeter un œil sur la moyenne des températures en septembre. Bientôt, nous pourrons faire des barbecues en pleine période hivernale, vous préférez les merguez ou les saucisses blanches ?

 

Pour l'instant, je n'ai trouvé le temps que de m'occuper de mon véhicule. Comme vous serez, je pense, de plus en plus nombreux à être confrontés vous aussi à cette situation dans les années à venir, j'ai voulu vous faire partager mon expérience.

 

La mairie joue un rôle de plaque tournante dans le recensement des victimes de ces catastrophes, c'est à elle qu'il faut s'adresser à elle en priorité. C'est aussi elle qui peut demander le classement de l'intempérie en catastrophe naturelle, la procédure peut durer jusqu'à trois mois. Si l'événement est effectivement classé «catastrophe naturelle», les gens qui sont assurés au tierce pour leurs véhicules pourront être indemnisés en s'acquittant d'une franchise d'état. Si «la catastrophe naturelle» n'est pas reconnue, ces mêmes personnes ne pourront rien réclamer du tout pour leurs automobiles, sauf clauses particulières dans le contrat d'assurance.

 

La déclaration du sinistre obéit un délai très strict (5 jours ouvrables pour l'assurance auto notamment). Ma déclaration de sinistre a été effectuée par mail. La mairie m'a délivré un document officiel attestant de l'intempérie, ce qui s'est avéré être bien pratique pour les assurances.

 

Pour ce qui concerne les dégâts occasionnés sur les véhicules en formule «tous risques» (ce qui était mon cas), deux possibilités :

 

====> soit le montant des réparations est minime par rapport à l'argus du véhicule, dans ce cas là les réparations seront prises en charge par l'assurance

 

====> dans l'autre cas (le montant des dégâts est trop important par rapport à l'argus du véhicule) vous aurez sûrement le choix entre :

---> être remboursé à la valeur estimative du véhicule (et bien entendu, vous ne le conserverez pas), celui-ci sera alors classé économiquement irréparable, pour employer le terme consacré.

---> être remboursé pour préjudice esthétique. Vous le conserverez, et éventuellement, il vous sera proposé de déduire la franchise de l'indemnisation.

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 13:27

appel.jpgAvec une inscription sur Pacitel.fr, 80% des démarcheurs téléphoniques vous laisseront tranquilles.

 

Mais comme moi, vous le savez bien, il ne suffit pas d'une simple pancarte ou d'une inscription sur un site de ce genre pour être définitivement à l'abri d'un appel intempestif : il restera toujours des commerciaux pour proposer de la glace à des esquimaux.

 

S'en rend-il toujours compte, ce pauvre bougre à l'autre bout du fil, qu'il devient vite un boulet lâché à grand vitesse dans notre quotidien quand nous sommes occupés ?

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 16:57

terre.jpg

Je suis persuadé qu'il faut inventer une nouvelle façon de consommer, qui marie l'utile à l'agréable, c'est à dire qui répond concrètement non seulement à des préoccupations environnementales, mais aussi au problème récurrent du pouvoir d'achat des clients.

 

Le gaspillage des ressources naturelles de la planète ne pourra pas se poursuivre indéfiniment, nous voyons quotidiennement les ravages que nous occasionnons à la nature par simple gloutonnerie consommatrice. Je vomis ceux qui polluent, oui, quand je remarque un paysage à couper le souffle au milieu duquel vole un sac poubelle ou un papier de friandise, venu de je ne sais où. Je me demande sincèrement ce que nous allons léguer à nos descendants si nous ne changeons pas radicalement nos comportements de consommateur ...

 

Pour les biens de consommation durable (et j'évoque uniquement ceux ci dans cet article), l'avenir est le recyclage, les appareils peu énergivores ou à «énergie verte», l'utile bon marché qui ne transite plus par des intermédiaires avides de bénéfices avant de nous arriver dans les mains.

 

L'émergence de cette mentalité chez le consommateur est relativement récente, elle a le vent en poupe depuis la crise de 2007. Bien plus qu'un effet de mode, c'est surtout l'instinct de survie qui a poussé le consommateur à pousser les portes d'établissements qui rachètent des objets usagés et les revendent pour leur donner une seconde vie.

 

 

Mais tout cela ne s'est fait pas fait d'un seul coup et sans douleurs, voyons ensemble pour quelles raisons certains hésitent encore à se lancer dans l'achat (ou la revente) d'articles d'occasion dans ces commerces.

 

===> Premièrement, nous ne sommes pas habitués à fouiner dans des enseignes d'achat/revente d'articles d'occasion, ce qui peut être vécu comme une forme de rétrogradation sociale.

 

===> Ensuite, nous nous posons souvent la question de la qualité de ce nous achetons dans ces enseignes, car les prix, cassés (ou fracassés) invitent à la retenue et à la méfiance. Pour ce qui est des garanties, quand elles existent, elles sont très limitées dans le temps, ce qui peut aussi rebuter plus d'un potentiel acheteur.

 

===> Enfin, pour beaucoup d'entre nous, cette façon de vivre ses achats peut être vécue comme un bond en arrière, un retour dans la vague hippie des années 60. En effet, pourquoi utiliser cette machine à remonter le temps, surtout si l'on a les moyens financiers de s'offrir du «tout beau tout neuf», tout frais sorti d'usine ?

 

Parce qu'acheter dans ces bazars (euh, pardon, magasins ) n'est pas plus réservé «aux gueux» qu'aux «nobles». Cela n'a jamais été un sujet tabou pour moi, qui m'y rend de plus en plus. j'ai déjà fait d'excellentes affaires chez easy cash (les franchises sur toute la France ici> http://www.easycash.fr/nos-magasins/pid8.html )

ou encore la trocante (les franchises sur toute la France ici > http://www.trocante.fr/groupe_mag.php)

 

Dans l'électroménager ou encore la hifi, j'ai toujours trouvé rapidement ce que je voulais, avec des garanties jusqu'à 3 mois... et tous les appareils (sans exceptions) que j'ai acheté dans ces magasins fonctionnent encore parfaitement à l'heure actuelle, même après l'expiration de cette fameuse garantie...

 

Achetez dans ces enseignes, c'est aussi un moyen détourné de préserver la planète et de se tenir à l'écart d'une société de consommation complètement dérégulée, qui a perdu tout sens de la mesure.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
24 août 2011 3 24 /08 /août /2011 16:09

 Londrestaxicab.jpg

La voiture n'est pour moi qu'un instrument qui me permet de me déplacer d'un point A à un point B. Outre le fait qu'elle peu s'avérer polluante pour l'environnement, ce moyen de locomotion a bien d'autres défauts. (coût d'entretien et de réparations, frais d'assurance, etc...)

 

Pour vous révéler plus précisément le fond de ma pensée, si je venais à hériter d'une grosse somme d'argent, m'acheter un véhicule tape à l'oeil serait sûrement la dernière chose que j'envisagerais. Vous en déduirez que je n'envie pas spécialement ceux qui roulent dans des 4x4, dans des grosses berlines ou des modèles sportifs hors de prix, et vous aurez raison car cela n'est pas du tout «mon truc».

 

L'homme des cavernes reconnaitrait d'ailleurs sûrement son homologue dans quelques spécimens masculins actuels qui comparent l'argus de leur automobile à la taille de leur phallus. Par ces journées d'été étouffantes, nous pouvons souvent remarquer la grâce de leurs méthodes de séduction, qui ont fait leurs preuves auprès de jeunes femmes aussi écervelées que vénales.

 

Mais passons à tout autre chose...Sur le podium du «plus mauvais crédit qui puisse exister pour vos finances personnelles», celui qui a été contracté pour l'achat d'un véhicule flambant neuf truste toujours les premières places, c'est parfois une vérité qui fait mal à entendre.

 

Sur les marché des véhicules d'occasion, en revanche, vous pourrez toujours dégotter la perle rare, et cela, quelle que soit la saison.

 

Si j'habitais dans une très grande ville et qu'un véhicule me serait indispensable, il est plus que probable que je louerais la voiture d'un particulier, c'est en moyenne 40% moins onéreux qu'un loueur professionnel. Cela m'éviterait de payer l'entretien et l'assurance, et de m'en sortir en moyenne à 35 euros la journée d'utilisation.

 

Malheureusement, je vis dans «un bled» ... Enfin, comme je ne pense pas que pour moi, je vous communique quand même l'adresse de ces deux concurrents qui se partage le marché de la location de véhicule entre particuliers :

http://fr.zilok.com/

http://www.voiturelib.com/

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 11:39

 

J'ai la rate qui se dilate, j'ai le foie qui est pas droit...Vous connaissez la chanson !

Ce petit dossier relatif à la santé sera découpé en deux parties : l'une sera purement préventive et l'autre vous dévoilera quelques bons plans pour se soigner.

 

 

VOLET PREVENTIF

 

---> Pratiquer une activité physique régulière

---> Veiller à une alimentation variée

---> Sélectionner la mutuelle la plus proche de nos attentes

---> Adopter une attitude zen et positive...

---> Savoir reconnaître les signaux inquiétants du développement de certaines maladies, sans pour autant être hypocondriaque.

 

 

LES BONS PLANS...

 

Tarifs des praticiens : au delà de 70 euros de prestation, le professionnel de santé est tenu de vous remettre un devis qui permet quelques comparatifs. Usez de cette disposition réglementaire pour les soins les plus chers (dentistes, chirurgiens...) ainsi que les examens (scanners, analyses sanguines...).

N'hésitez pas à vous reporter sur le site officiel de la sécurité sociale pour consulter ces tarifs en ligne : http://ameli-direct.fr/

Ce que je ne savais pas, c'est que les honoraires des actes médicaux les plus importants sont négociables. Je l'ai appris il y a quelques mois grâce au mensuel 60 millions de consommateurs.(merci à eux )

 

Soins des dents : vous pouvez limiter vos dépenses au prix de la prothèse en vous faisant soigner dans les facultés de chirurgie dentaire. petite liste ici > http://www.ordre-chirurgiens-dentistes.fr/no-cache/devenir-chirurgien-dentiste/les-facultes-de-chirurgie-dentaire.html

Personnellement, je n'ai jamais essayé de le faire et le délai d'attente semble assez long... Mais pourquoi pas ?

 

Pour ce qui est des pharmacies, des écarts considérables de prix pour un produit identique ont été relevés par des associations de défense des consommateurs... (d'où l'intérêt de noter les moins chères)

Sur internet, le business des médicaments est devenu un marché florissant, sur fond de pouvoir d'achat qui se réduit comme peau de chagrin. Comme dans tout marché lucratif, les brebis galeuses ne manquent pas à l'appel. Méfiez vous comme de la peste d'un remède miracle proposé par un site douteux, ils s'approvisionne peut être du côté de la Chine !

A mon humble avis, vous pouvez quand même réaliser de bien belles économies sur internet, surtout si vous n'êtes pas pressés, notamment grâce à des sites dans ce genre : http://www.vitalprix.com/

 

 

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 14:20

 faillite.jpg

Au milieu des années 90, j'ai poliment refusé une proposition d'emploi en intérim émanant d'une société d'agroalimentaire (appelons la société «B» pour les besoins de cet article). Ce refus de ma part était somme toute logique puisque j'étais déjà employé autre part.

 

Le travailleur précaire que j'étais sur le marché du travail n'avait d'autres choix que de travailler pour (sur)vivre, le plus souvent en acceptant tout et n'importe quoi, pour des émoluments évidemment faramineux.

 

Tenez, pour vous dire mon désarroi, vous m'auriez proposé d'escorter une femme cougar, j'aurais sûrement sauté sur l'occasion. (rires, mais la mode n'en était pas encore à ce stade là)

 

J'alternais ainsi des périodes «de calme plat» ou je n'avais aucune possibilité de travailler et d'autres moments ou je me sentais comme une sorte de vache laitière sur le point d'être vendue dans une foire aux bestiaux à la criée.

Le choix entre deux ou trois offres d'emplois était souvent pour moi l'occasion de turpitudes incessantes : quelle société choisir ? Que va-t-il se passer si je refuse cette offre ?

 

Telle société me rémunérait un peu mieux qu'une autre, mais pour combien de temps encore ?

Pour un peu, j'étais presque devenu un mercenaire du travail intérimaire. Sauf qu'un ouvrier n'a rien à attendre à ce petit jeu là, même avec de hautes qualifications, puisque la plupart du temps il y laisse sa santé pour rien (ou pas grand chose) sauf en de rares exceptions, sur le long terme.

 

De plus, je trouvais que "les boîtes d'intérim" étaient rarement en mesure de répondre à la question qui brûlait les lèvres de tout bon intérimaire : un CDI est il possible au bout du tunnel ?

Bref, je composais souvent avec les moyens du bord. J'aurais probablement été contraint d'accepter une offre si je n'avais rien d'autre sous la main. Figurez vous que bien m'en a pris puisque la société «B» a déposé le bilan quelques mois seulement après m'avoir contacté par l'intermédiaire d'une agence d'intérim.

 

C'est dire si parfois la situation peut être exaspérante pour un demandeur d'emploi, d'autant plus que l'on m'avait fait miroiter un CDI pour me forcer la main.

Vérifiez la solidité financière d'une entreprise qui va embaucher, que ce soit pour vous ou l'un de vos proches : c'est un réflexe sage qui aide à la prise de décision.

 

Lien vers societe.com > link

consultation gratuite.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 13:17

 assmaladie.jpg

La sécurité sociale vient de lancer ce site (en phase d'achèvement) :

http://Ameli-direct.fr

 

Grâce à ce portail de l'assurance maladie, vous pourrez comparer les prix pratiqués par tous les professionnels de santé sans exception, en trouver un qui vous convient et éventuellement noter sa prestation.

 

1 français sur quatre ne se soigne pas par manque de moyens financiers, une proportion aberrante pour un pays comme la France. Pour leur permettre de bénéficier quand même d'un accès aux soins, je vais préparer prochainement un dossier santé pour les budgets serrés.

Repost 0
Published by gestiondevie.over-blog.com - dans vie pratique
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de gestiondevie
  • Le blog de gestiondevie
  • : Tout pour le développement personnel. Articles certifiés 100% originaux.
  • Contact

Présentation du blog

Des outils pour atteindre votre indépendance financière au travers d'expériences personnelles.