Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Certains sont d'entre nous sont un peu trop facilement choqués et/ou indignés. L'une des clefs pour être heureux, c'est justement d'éviter de tomber dans des extrêmes, de ne pas rejeter son échec sur les autres et d'être capable d'introspection. Qui n'a jamais rêvé de grands voyages, d'argent à profusion, de grands moments à vivre ?. Qui n'a jamais reproché aux autres ce qu'il devrait avant tout se reprocher à lui-même ?

 

Le monde est imparfait par essence, il est tel qu'il est, et à un âge mûr, l'on perd ses illusions et ses envies de révolte pour s'assagir et se concentrer sur ce qui est primordial dans nos vies.

 

Laissons les autres profiter de tout ce que l'existence peut leur apporter : un jour, notre tour viendra si nous avons de la patience, de la persévérance et de l'humilité. Le monde entier ne sera jamais comme nous voulons qu'il soit, mais nous posséderons toujours le pouvoir de rendre les gens heureux autour de nous.

 

Si nous sommes mal à l'aise avec certains aspects de la vie, c'est toute une mécanique démoniaque qui peut se mettre en place. C'est à dire que nous pouvons nous gâcher inconsciemment l'existence par des conceptions trop étroites de la vie, conceptions qui nous entraineront inévitablement dans la pente vicieuse de la perpétuelle insatisfaction.

 

Je ne vais citer qu'un exemple. Imaginons que vous soyez trop perfectionniste. Etre perfectionniste, dans l'absolu, c'est plutôt une qualité qu'un défaut. Moi même, je l'avoue, je le suis un peu, c'est ce qui m'a d'ailleurs permis d'obtenir un statut honorable dans la société et de multiplier mes revenus par 44 en 18 ans. (mais bon, cela n'était pas trop difficile, car quand vous êtes au plus bas, vous ne pouvez faire que remonter...). 

 

L'imperfection est (fort heureusement) présente partout : chez tous les êtres vivants, mais aussi dans la forme des objets, etc... A un certain degré, le perfectionniste nuit clairement : chercher à tout prix «le linéaire» et «le beau», c'est perdre son temps, y laisser la santé, tout en ruinant celle de son entourage à qui l'on ne cessera de redresser les torts. (ben oui, parce que tout doit être sans aspérités, conforme à ce qui se fait de mieux, surtout chez nos proches ...).

 

Moi aussi, je rêve d'un monde peuplé d'individus responsables et de gens ouverts d'esprit … Mais «ce monde idéal» n'existe pas, et il faut bien se faire une raison. Savoir accepter les imperfections du monde sans chercher à constamment les corriger, c'est peut être le pas le plus important vers le bonheur...

 

 

D'où me viennent ces pensées ? je lis souvent des magazines consacrés à la psychologie... 

 

Musique : Tal - "rien n'est parfait"

Tag(s) : #psychologie-psychanalyse
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :