Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

indignez-vous.jpgIntrigué par les milliers d'exemplaires vendus de «indignez-vous» de Stéphane Hessel, j'ai voulu en savoir plus et je l'ai acheté.

 

Première surprise, l'épaisseur de l'ouvrage (30 pages) et son prix en rapport. (3 euros).

 

La deuxième surprise m'attend à la lecture, le vocable utilisé est particulièrement simpliste (par la volonté de l'auteur de le rendre accessible à tous), quant aux envolées lyriques, elles ne sont pas au rendez vous. Les motifs d'indignations, rares, ne sont traités que superficiellement...

 

Les principales diatribes sont adressées à l'encontre du libéralisme économique (de façon très brève), elles sont un peu plus étayées pour ce qui concerne le traitement réservé au roms et aux sans papiers, et encore plus étoffées pour parler du sort peu enviable des palestiniens.

 

 

 

Je m'attendais à un pamphlet sans précédent, à un met délectable qui dénonce tout et n'importe quoi contre vents et marées, mais j'ai plutôt goûté à un plat très amer.

 

Stéphane Hessel est un grand bonhomme de la résistance, je l'admire et je le respecte énormément, mais de mon point de vue, son livre est plutôt un survol magistral de l'indignation, totalement dépourvu d'idées novatrices et peu en rapport avec un personnage de son ampleur.

 

Qui plus est, le titre de son fascicule est tape à l'oeil et ne correspond en rien au contenu. C'est un petit peu comme les bandes annonces alléchantes de films qui ne dévoilent que les meilleurs extraits pour nous vanter les mérites de navets.

 

Stéphane Hessel a quand même lancé une mode qui n'est pas prête de s'éteindre, celle d'ouvrages aux titres racoleurs dont le contenu, famélique, et vendu à des prix défiants toute concurrence. (crise oblige). D'une certaine façon, c'est aussi un moyen de réconcilier une certaine frange de lecteurs qui n'a plus les moyens financiers de lire ou qui n'en a pas le temps matériel.

 

Nous sommes à l'ère du zapping, mais nous avons le choix de ne pas tomber dans cette tendance nocive du bâclage dans tous les domaines. Puisqu'il en est ainsi, je zapperai également ceux qui lui ont emboîté le pas, aguichés par ce marché porteur d'une littérature taillée à la serpe et très bon marché.

 

Tag(s) : #mes lectures
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :